Pourquoi le traitement de textes ne convient pas à un éditeur de textes

une histoire de l’informatique vue par les lettres, plutôt que les chiffres

Dans chaque histoire, rien ne frappe plus que l’inertie des trajectoires, et la faiblesse des raisons qui ont fait choisir une branche des possibles. Tout aurait pu être autrement, et en même temps, tout est trop lourd à changer. Le traitement de textes a été le logiciel le plus utilisé au monde, il s’impose comme un tout évident, or chacun de ses éléments résulte d’une époque avec ses contraintes techniques et ses intérêts, qui aboutissent aujourd’hui à des limitations qui ne sont pourtant pas des impossibilités logiques. Un logiciel semble une pure potentialité mathématique, libre du meilleur, or c’est un texte qui prend du temps à écrire, avec toujours de l’existant, aussi lourd et difficile à réformer que la loi. Ce billet va parcourir une histoire du traitement informatique du texte du point de vue de l’ingénieur, avec ce travers du métier à voir le bug, et retenir le hack, l’astuce géniale qui peut encore inspirer aujourd’hui. On commencera par l’informatique avant l’ordinateur, pour aboutir à l’état stabilisé de Microsoft Word, au début des années 2000. L’objectif est de construire un rapport critique aux logiciels, afin de se représenter leur modèle du texte.

Informatiser le texte, transmettre et stocker des caractères

Boîte à musique

Est-ce qu’une boîte à musique est un objet informatique ? En effet, l’informatique n’est pas la science des ordinateurs, computer science, mais une science de l’information, et de son automatisation ; elle peut concerner des machines mécaniques, ou humaines. Ces analogies plus proches de nos corps permettent de revenir aux opérations atomiques des algorithmes, exécutées beaucoup plus vite par les machines. Ainsi dans un mécanisme minimal de boîte à musique, un morceau est inscrit sur un cylindre métallique, par des petits ergots qui sont des informations logiques minimales, 1 ou 0, des bits. En tournant le cylindre, les ergots rencontrent des lames qui vibrent, jouant la note voulue par la partition. Sur des modèles plus complexes, il est possible de changer le rouleau, pour jouer des morceaux différents. La reproduction d’un morceau à un coût en matière, elle ne fonctionne que sur le même modèle de machine, avec le même registre de notes, et le même écartement entre les lames. On comprendra que cet objet n’est pas encore informatique en le comparant à un système plus élaboré.

Un piano mécanique (type pianola) ressemble à une boîte à musique en ce que le morceau est aussi inscrit comme des bits sur un rouleau. Un mécanisme lit l’information et exécute un morceau en frappant des cordes. Toutefois, le support du message est ici du papier, trop léger pour déclencher par lui-même un marteau du piano. Il y a découplage entre l’énergie nécessaire à l’effet attendu, entendre la musique, et la lecture de l’information. Cette indépendance signifie que le lecteur du morceau en papier pourrait être connecté à un autre instrument, par exemple à un orgue. Ce format de fichier peut être normalisé parce que le clavier du piano l’est aussi (88 touches). Beaucoup de rouleaux ont ainsi été écrits et vendus durant la première moitié du XXe siècle. De grands musiciens de jazz, et même de musique savante comme Stravinsky, ont composé pour pianola, car la puissance et la qualité sonore était supérieure aux gramophones. On notera tout de même que cette numérisation n’est pas optimisée, il faut une ligne différente pour chaque note.

Code Baudot

Si l’on voulait envoyer un morceau à distance, par exemple sur un fil électrique, il faudrait 88 bits pour chaque note. Pour les lettres d’un texte, il faudrait au moins 26 bits et les espaces entre les mots. Ce problème a vite été vu par la télégraphie, ainsi l’alphabet Morse (1832) joue sur la combinatoire d’au maximum 5 signaux courts et longs pour transmettre les lettres, et dès l’origine, Morse avait conçu un lecteur et un enregistreur du message transmis sur une trace papier, pour vérification. Le succès du télégraphe, notamment de part et d’autre des câbles sous-marins, a multiplié les procédés pour envoyer plus d’un signal en parallèle, sans tirer plusieurs fils, le multiplexage. Le courant se transmettant à la vitesse de la lumière, la cadence de l’information transmise peut être plus rapide qu’un opérateur, le problème revient alors à développer un répartiteur temporel qui redistribue correctement les signaux reçus. À partir de 1874, Émile Baudot, fonctionnaire des postes et télégraphes français, développe une machine électromécanique qui répond aux besoins pressant du marché de son époque : plusieurs opérateurs enregistrent des messages qui sont transmis en impulsions électriques sur un seul fil, pour aller s’imprimer à distance. Plutôt que le code séquentiel de Morse, de longueur inégale selon les lettres, Baudot adopte une numérotation binaire sur 5 bits en parallèle, dont l’ordre ci-dessus nous parait peu mathématique aujourd’hui. Les voyelles sont suivies des consonnes, la série est interrompue par 2 × 2 signaux de contrôle en opposition, l’arrangement a des raisons mécaniques. Le principe d’un encodage du texte sur 5 bits est resté opérationnel dans le réseau Telex jusqu’au moins la fin des années 1970 en France. La table originale ci-dessus montre déjà des limitations, 5 positions permettent d’encoder 25 caractères différents, ou 32, ce qui suffit à l’alphabet mais pas à la ponctuation et aux chiffres. Les codes FIGS (figures) et LTRS (lettres) agissent un peu comme la touche shift d’un clavier pour passer d’un jeu de caractère à un autre. Pourquoi n’avoir pas adopté directement un code à 6 bits ou plus ? Le code transmet les caractères au papier par une marguerite de lettres, une roue de 64 signes aurait été plus longue à tourner qu’une de 32, chaque branche portait deux lettres, comme pour les machines à écrire.

1963, 7 bits, ASCII (American Standard Code for Information Interchange)
ASCII

L’encodage des caractères sur 7 bits (128 signes) s’est imposé à partir de 1963 avec l’ASCII, American Standard Code for Information Interchange, qui continue de perturber la transmission des caractères accentués des différentes langues européennes, car les lettres scandinaves, slaves ou le grec n’ont pas la place de toute rentrer sur 7, ou même 8 bits. Chaque langue a produit sa norme d’encodage nationale sur 8 bits. En 1998, l’UNICODE 4.0 a permis d’encoder les plus importantes langues du monde, et notamment le chinois, sur 16 bits (216 = 32768), il n’est toujours pas universellement adopté, notamment par Apple et Microsoft qui préfèrent entretenir la dépendance à leur encodage maison des différentes langues.

La télégraphie a imposé la nécessité de normaliser l’encodage des alphabets, et même des phénomènes textuels comme le saut de ligne ou la tabulation (voir les commandes ASCII de 0 à 31), afin de transmettre non seulement des mots, mais aussi des documents structurés en paragraphes, ou en colonnes de données. Les machines de composition au plomb, Montotype et Linotype, pouvaient être équipées de lecteur de bandes perforées afin d’imprimer des livres ou des journaux préalablement enregistrés. Ce support a eu une longue histoire, les informaticiens amateurs des années 1970 utilisaient plus souvent des télescripteurs que des écrans pour communiquer avec leur machine. Ainsi le premier produit de la société Microsoft, écrit par Bill Gates et Paul Allen, était un interpréteur du langage BASIC pour l’Altair 8800 (1975), livré sur bande papier, rentré dans l’ordinateur par un Teletype Model 33 ASR. Ces machines auraient pu permettre de traiter le texte, l’appareil fonctionnant comme un banc de montage de cinéma. L’histoire n’a pas retenu d’expérimentations venant de ce milieu, car les télégraphistes qui transmettent des contenus n’ont pas métier de les composer, tandis que les écrivains souhaitent d’abord imprimer pour se relire.

1975, Microsoft, interpréteur BASIC pour l’Altair 8800 livré sur bande papier perforéMicrosoft BASIC 1.0

Informatiser la page, modéliser le document

Le traitement de textes n’est pas venu de la télégraphie, ni de l’informatique, mais des machines à écrire de bureau. À partir de 1962, IBM commercialisa une machine à écrire électrique qui eut un énorme succès, par sa rapidité, la Selectric. Au lieu de marteaux à lettres, c’était une boule animée par des câbles. Elle n’était pas compatible avec les 128 caractères de l’ASCII, mais dès 1964, la compagnie vit l’intérêt de pouvoir brancher ses claviers imprimants sur une mémoire de masse (des cartes magnétiques) afin de stocker des textes à réimprimer. La société du docteur Wang continua et perfectionna l’idée avec d’abord deux magnétophones permettant de copier/coller et d’insérer du contenu déjà écrit ; avant de vendre des mini-ordinateurs pilotant plusieurs Selectric. La fonctionnalité principale attendue d’un traitement de textes était alors le publipostage, c’est-à-dire l’écriture d’une adresse pour personnaliser des courriers types. Ce n’est pas la littérature mais les besoins bureautiques qui ont conduit les développements du traitement de textes. Vers 1970, 1/3 des femmes qui travaillaient étaient secrétaires, réécrivant les lettres à la machine jusqu’à satisfaire un patron généralement masculin.Wang 1200 Word processor

L’apparition du micro-processeur en 1971 (Intel) ouvre la possibilité d’une micro-informatique commerciale qui ne doit ni à la télégraphie, ni aux machines écrire, et qui au départ s’intéresse peu au texte. À partir de l’Apple 2 (1977), l’ordinateur sort des laboratoires, des cercles de passionnés, ou des grosses industries, pour entrer dans les petites entreprises, les écoles, ainsi que les familles. À la suite apparaissent des ordinateurs dits familiaux, comme le ZX 81 ou le Commodore 64, sur lesquels on pouvait programmer. Mais ce feu de paille des année 1980, qui a coûté des plans informatiques dans les systèmes scolaires des pays développés, a surtout servi de consoles de jeux avec des cassettes plus faciles à pirater que les cartouches des consoles dédiées (ATARI 2600). L’Apple 2 servait à jouer, mais aussi à travailler, à programmer, à inventer. Parmi ses centaines de logiciels, plusieurs ont imposé des concepts qui ont encore cours comme le premier tableur : VisiCalc. Cette image d’un ordinateur proche, utile et convivial, avait déjà été imaginé au Xerox PARC (1973), mais il restait très cher en mémoire et en processeur. La souris, l’équivalence entre écran et papier (WYSIWYG, what you see is what you get), l’imprimante laser, les formats d’images, le réseau ethernet, tout avait été pensé et prototypé.

1979, Xerox PARC, Office Alto

Cette courte séquence est incroyable de prémonitions. Le dialogue entre le patron et sa secrétaire électronique imite l’anthropomorphisme de Hal 9000 dans 2001 l’Odyssée de l’espace, à la réserve que l’ordinateur ne parle pas, mais dessine beaucoup mieux. Est-ce que les concepteurs voyaient déjà à l’époque que l’ordinateur personnel supplanterait les secrétaires ?  Les écrans ne sont pas restés verticaux, comme une page, cela aurait été beaucoup plus pratique pour lire et écrire, mais pas pour regarder des films. Non seulement Alto a un traitement de textes, des éditeurs d’images, mais bien avant Internet, il a même une messagerie électronique (interne). Pour le Macintosh (1984), 10 ans plus tard, Steve Jobs a surtout repris un projet de laboratoire abandonné par une société de photocopieurs, pour le rendre abordable avec la baisse du prix des puces.

L’hagiographie actuelle a tendance à opposer Steve Jobs (Apple) et Bill Gates (Microsoft), sans bien mesurer leurs différences et leurs apports. L’analyse technique permet de préciser. Apple était un fabriquant de machines, Microsoft écrivait des logiciels. Le Macintosh a pu prendre de l’avance dans les interfaces parce qu’il a imposé une configuration matérielle fermée et limitée, sur laquelle les logiciels peuvent être optimisés, mais l’écran reste petit et monochrome (512 × 342 pixels ), la mémoire de 128K ne peut pas être étendue avant la sortie d’un nouveau modèle (Macintosh 512K). Apple retient le progrès technique à son profit par le marketing. Il écrit aussi les logiciels (MacWrite, MacDraw, MacPaint…), et au début, même les imprimantes (ImageWriter et LaserWriter), assurant une parfaite correspondance entre l’écran et le papier, au prix d’un contrôle complet de l’environnement.

En 1981, IBM sort son premier PC, déjà conçu selon une architecture ouverte avec des composants standard, et extensible par d’autres constructeurs. Malgré le succès, ce n’est pas la branche d’activité la plus rentable du géant, aussi IBM n’empêche pas la copie, le premier compatible PC de Compaq peut utiliser les mêmes périphériques et cartes d’extension que l’original IBM, et donc les mêmes logiciels. Le PC supportait initialement 3 systèmes d’exploitation différents, PC/IX (une sorte d’UNIX), CP/M 86, et le DOS de Microsoft qui a rapidement gagné la course du support matériel. Avec ses interpréteurs du langage BASIC, Microsoft s’était déjà adapté à la diversité des composants de l’époque, tant des processeurs, que des mémoires et des disques. L’accès à la machine par la ligne de commande était la condition nécessaire d’un prix abordable, et de la puissance des jeux dialoguant directement avec le matériel, sans passer par une couche graphique. Mais Microsoft n’ignorait pas le Xerox PARC, ils y ont débauché des ingénieurs clé, dont Simonyi qui a conduit le projet Word dès 1981. Apple et Microsoft avait le même objectif, mais pas le même nombre d’utilisateurs et de vieux écrans caractères à supporter. Windows 95 proposa enfin des fenêtre graphiques sur PC, et Microsoft.Word est longtemps resté le seul traitement de textes décent sur Macintosh. La conclusion de cette décennie est sur tous les ordinateurs à claviers, le traitement de textes se confond avec la PAO (Publication Assistée par Ordinateur). Les utilisateurs se découvrent typographes et maquettistes, s’occupant beaucoup plus de l’apparence de leurs pages, peut-être au détriment du texte.

1984, WYSIWYG selon WordStar
Wordstar

George R. R. Martin (1948–…), l’auteur de la série Game of Thrones, aime répéter qu’il continue à écrire avec Wordstar 4.0 sous PC-DOS, traitement de textes dominant en 1985, ne fonctionnant que sur écran en mode caractères. Sa raison n’est pas une coquetterie d’artiste, il considère que les logiciels graphiques le distrait de son texte. La souris oblige en effet à ce que toutes les commandes clicables soient visibles alors que les raccourcis clavier connus par la mémoire des mains libèrent l’écran, et rendent plus productif, ce que tous les programmeurs savent. Les années 1980 ont été la période la plus fertile en inventions pour le traitement du textes, plusieurs firmes d’origines et d’intentions différentes rivalisaient sur le même terrain, les compatibles PC. Le gagnant savait qu’il remporterait les entreprises, les écoles et les foyers.

1986, WordPerfect 5.1, Reveal Codes
WordPerfect 5.1, Reveal Codes

En 1986, le leader était WordPerfect, un logiciel venu d’une université mormon. Ce programme s’est appliqué à satisfaire les juristes et fut le premier (WP 4.2) à proposer la numérotation des lignes et des paragraphes, les notes de bas de page et de fin de volume, et les styles (WP 5.1). Ce sont des fonctionnalités majeures pour qui édite un texte, WordPerfect est encore développé pour un marché de niche, le gouvernement américain et des juristes. La rapidité du logiciel repose sur un modèle de données très intéressant. Le texte coule librement, interrompu par des commandes. Ces codes communiquent les mises en forme aux imprimantes. Le flux de caractère ne présume aucune structure ; ni paragraphes, listes, ou sections. Parmi les commandes les plus fréquentes, le saut de ligne doux est inséré automatiquement avant le bord de l’écran, le saut de ligne fort sépare des paragraphes. Les autres commandes sont de deux types : ouvertes, ou par paires. L’italique ou le souligné sont des commandes en paires. Contrairement à des modèles en arbre, tous les recouvrements sont autorisés, c’est-à-dire qu’un segment italique peut croiser un segment souligné, l’intersection sera imprimée en italique, et en souligné. Les commandes ouvertes déclenchent un comportement qui peut être arrêté au prochain saut de ligne fort, ou bien continuer aussi longtemps que la commande n’est pas annulée. Les commandes ouvertes fonctionnent très bien pour des règles de mise en forme globale comme texte centré, ou bien le colonage. À partir de la version 5.1, l’utilisateur peut créer ses propres commandes, les styles, qui sont des raccourcis pour assigner plusieurs mise en forme avec un seul code. Cette fonctionnalité permet d’automatiser la mise en forme, pour par exemple changer l’apparence d’un titre (corps, espacements…) sans devoir intervenir sur chacun des titres d’un document long. Les styles peuvent avoir un emploi plus sémantique, le Diccionario Griego-Español a ainsi été composé sous WordPerfect, seul logiciel permettant de conserver avec rigueur la hiérarchie des sens, la distinction entre les exemples et les définitions, ou même les marques d’usages. Relativement à des formalismes plus fréquent aujourd’hui, comme XML, l’absence d’arbre implicite permet d’encoder des phénomènes parallèles qui ne correspondent pas à la division en paragraphes et en chapitres comme par exemple les fonctions narratives d’un récit. La fonctionnalité distinctive et regrettée de ce logiciel est la vue reveal codes qui change complètement le rapport au texte, en montrant le détail de chaque commande de mise en forme. Un document devient comme un programme qui pilote une imprimante.

Microsoft a repris toutes les innovations de WordPerfect, sauf la vue reveal codes, pour laquelle les tentatives ne furent pas probantes, éloignant les utilisateurs du contrôle de leur texte. Cet échec résulte en partie d’une impossibilité formelle du modèle de texte. D’abord, Word distingue trois niveaux de mise en forme : section, paragraphe, caractère. Cela semble logique, mais beaucoup de composants textuels sont transversaux. Par exemple, l’italique peut servir à distinguer un mot en langue étrangère dans un paragraphe, une citation de plusieurs paragraphes, une section liminaire d’un livre. Les mises en forme de niveau section ne permettent que de modifier les marges et le colonage, il n’est pas possible d’indiquer que par exemple une préface serait par défaut en italique. Un style de niveau paragraphe peut être globalement en italique, mais s’il est appliqué à un paragraphe normal avec quelques mots en italique, les distinctions typographiques seront perdues. Dès qu’un document dépasse la taille d’une lettre, tout devient compliqué, les utilisateurs ne mesurent même plus à quelles contorsions ils sont contraints pour juste obtenir ce qu’ils veulent, tant le logiciel a été assimilé. Un fichier word, surtout dans son format binaire original (*.doc), est un fatras où seul le logiciel s’y retrouve, ce qu’une vue reveal codes aurait montré. Cette complication résulte en premier lieu de cette accélération des innovations dans les années 1980, où les fonctionnalités se sont ajoutées sur des modèles qui n’étaient pas prévus pour. Il y a une autre raison, plus légitime et intrinsèque au projet initial de Word. Adaptant le logiciel Bravo du Xerox PARC, Microsoft a tout de suite proposé son traitement de textes avec une souris, même sur écran caractères, et avec la fonction défaire (undo). Cette possibilité de remonter dans l’historique des interactions avec l’utilisateur est un défi informatique qui empêche tout simplement d’avoir un modèle simple comme WordPerfect, qui d’ailleurs ne propose pas de undo. En effet, pour pouvoir défaire, il faut garder une mémoire de l’état précédent. Les mémoires de l’époque ne permettaient pas de conserver plusieurs versions du document au complet, un logiciel avec historique devait adopter un modèle historique, où l’état visible du document résultait des différentes opérations de l’utilisateur. Défaire consiste à annuler l’opération précédente, par exemple à remettre du texte supprimé. Dans un tel modèle, le logiciel ne sait pas à chaque instant à quoi ressemble le document, il ré-exécute les opérations de l’utilisateur pour afficher, imprimer, ou enregistrer. Montrer une vue reveal codes en temps réel aurait coûté trop cher en calculs.

WordPerfect a raté le passage à Windows 95, contrairement à Word 95. Novell a racheté WP dans l’espoir de gagner un procès contre Microsoft pour entrave à la concurrence, en argumentant qu’il s’était réservé un avantage en ne publiant pas toutes les spécifications de son nouveau système à temps. Personne n’a jamais accusé Steve Jobs d’avoir rendu inutile tous les logiciels Apple II avec la sortie du système Macintosh. De plus, le développement du système ne pouvait pas se faire sans au moins une application pour en tester les fonctionnalités. En analysant les sources, on constate que la stratégie WYSIWYG de Microsoft était déjà inscrite dans le code 15 ans avant. Est-ce que WordPerfect était encore en capacité de se réécrire complètement en si peu de temps ? Microsoft n’a même pas eu besoin de racheter des ingénieurs clé, le résultat des masses de travail en présence était inévitable : la victoire était écrasante, décourageante, mais à peu près loyale.

En 2000, Sun a libéré les sources de StarOffice, une suite bureautique qu’il avait racheté pour l’adapter à ses stations de travail UNIX. Le logiciel avait initialement un concept d’interface en fenêtre unique, très agréable, qui lui permettait de fonctionner sur des machines restées en mode caractère. Sun et d’autres compagnies comme IBM ont prêté de bons ingénieurs pour que sorte un logiciel libre et gratuit, d’abord pour linux, mais aussi pour Windows. En 2002, OpenOffice.org 1.0 a perdu toute l’originalité de StarOffice, c’est juste un Word plus lent et moins agréable. La syntaxe ouverte des fichiers en XML ne modifie pas le modèle du texte, il n’y a pas d’innovation mais au contraire un parallélisme intégral avec Microsoft, pour assurer à l’utilisateur qu’il ne perdra rien de la mise en forme entre les deux applications. Le logiciel libre confirme le modèle Word, et tout ce qu’il doit à la normalisation matérielle et logicielle de l’IBM-PC et de Microsoft, malgré tout le dépit qu’il en ai.

Conclusion

Les histoires de l’informatique ne mesurent pas toujours l’importance des périphériques, or l’ordinateur n’aurait pas pu isoler son importance s’il ne s’était pas distingué de l’entrée par le clavier, de la sortie par l’imprimante, et de la persistance dans une mémoire de masse (papier puis magnétique). La télégraphie a certainement été l’industrie la plus active pour dématérialiser le texte, normalisant l’encodage, développant des modèles diffusés dans l’imprimerie (Monotype, Linotype), et même l’informatique. Ainsi la machine de Türing n’est pas aussi abstraite qu’on veut le croire, elle ressemble à une bande de papier télégraphique que l’on pourrait effacer, à une bande magnétique. Dès 1870 et la machine Baudot, l’électromécanique commençait à développer  les différents équipements qui permirent aux humains de communiquer avec les circuits intégrés, qui n’arrivèrent que vers 1970.

Un traitement de texte requiert peu de calculs, mais surtout de l’interaction avec l’utilisateur, c’est moins un calculateur qu’un ordinateur, qui déplace et classe de l’information en mémoire. La production d’écrits, on l’oublie parfois, nécessite une longue mise au point dont témoignent les journaux d’écrivains : ratures, insertions, recopies. Une partie de la tâche n’a aucune valeur ajoutée intellectuelle, et employait beaucoup de secrétaires dans les entreprises et les administrations. L’encodage des caractères, son stockage, puis sa manipulation sur écran, s’est insérée entre le clavier et le papier de la machine à écrire électrique. La bureautique (avec aussi les jeux) a été un moteur important du développement de l’informatique personnelle. Le traitement du texte semble maintenant arrêté sur le paradigme WYSIWYG, où avec l’imprimante laser, l’ordinateur sert surtout de machine à écrire perfectionnée.

Microsoft Word a ainsi imposé son modèle de document qui mélange un flux de caractères, des commandes de mise en forme, un arbre de composants textuels, des images avec position absolue dans une page, et même des objets venant d’autres applications comme des camemberts Excel ou des ornements WordArt. Cette incohérence coûte cher en temps machine, en déception de l’utilisateur, et en relectures humaines. Le malentendu principal concerne la mise en page. Le principe du traitement de texte est de verser des caractères dans la géométrie des pages. Le résultat est acceptable pour un roman, mais devient rapidement décevant lorsque la page doit faire cohabiter différents flux et illustrations (notes de bas de page, encadrés, tableaux, images…). Dans la mesure où le texte est en cours d’écriture, il repousse par exemple toutes les images, produisant des blancs non désirés. Il ne faut pas demander aux traitements de texte d’être des logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur). Le principe en ce cas est différents, le modèle pose d’abord la structure des pages, leurs règles de répétitions, les liens d’écoulements entre les zones, le texte y est versé ensuite. Si un même logiciel voulait s’occuper correctement d’écriture et de mise en page, il aurait mieux valu séparer deux interfaces, avec des boutons très différents, l’une pour l’écriture en ruban continu, optimisé pour l’écran ; l’autre pour la mise en page et la prévue imprimante. Si l’utilisateur est habitué à deux écrans très distincts, alors il est possible de lui en rajouter un troisième, la vue reveal code de WordPerfect, qui lui donne le contrôle complet sur son document. Cette trilogie aurait moins coûté en ressource machine, et amélioré la structure des textes. La vue de travail pouvait rester en mode caractère et s’imprimer en brouillon sans effets typographiques complexes, la vue imprimable ne nécessitait pas le temps réel et ne se composait qu’à la demande. C’était possible, cela n’a pas eu lieu, parce que le traitement de textes s’adresse d’abord à son marché le plus solvable, les entreprises. Les logiciels ne sont pas écrits pour les universités, qui paient un tarif académique ; ils sont pensés pour la communication commerciale. Les autres types de textes, plus nombreux et moins rentables, sont forcés de s’accommoder d’outils qui ne sont pas pensés pour eux, ce qui les obligent à prendre conscience d’eux-mêmes pour détourner les usages, plutôt que d’être détourné par eux. Un lettré est condamné à mieux comprendre l’informatique que la cible visée par le produit.


Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

More Posts - Twitter - Flickr

Publié par

Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

17 réflexions au sujet de « Pourquoi le traitement de textes ne convient pas à un éditeur de textes »

  1. Article de synthèse intéressant, mais qui véhicule des représentations fausses sur l’usage d’un texte par un « écrivain » ou un auteur de sciences humaines. Les faits sont passionnants, mais leur évaluation repose en partie sur cette assertion : « Le texte qui s’écrit est un ruban infini, un rouleau antique, interrompu par des titres et des alinéas, pas par des pages. »
    Sans que j’aie de références scientifiques sur le sujet, dans mon vécu, cela ne se vérifie pas. Un texte est d’abord un plan, avec des titres, ce qui nuit déjà à l’aspect continu. En effet, certaines parties seront écrites avant d’autres, et pourront être déplacées d’un endroit à l’autre. Pour s’y repérer sans se noyer dans le ruban infini, les titres sont vitaux, et la pagination aide car, en sciences humaines, on a appris à réfléchir dans des codex, avec des renvois aux numéros de page, et non dans des rubans avec des renvois à des titres (comme cela se développe dans l’édition en ligne). Un raisonnement sera ainsi calibré pour ne pas dépasser quelques pages de lecture, sinon il se révèle trop long : un paragraphe de plus d’une page se révèle immédiatement indigeste. La note de bas de page qui prend plus d’une demi-page (ce qui est déjà beaucoup) devra être repensée. On peut réfléchir en nombre de caractères, mais ce n’est pas encore la norme en cours d’écriture. Par ailleurs, il peut y avoir un lien avec une illustration en vis-à-vis, ou un encart qui ne doit pas dépasser une page. Sans parler des tableaux : on ne conçoit pas un tableau de la même manière s’il sert à faire des calculs ou s’il devra être visualisé sur « une page », ou même « une diapo » dans une présentation. Il faut revoir tout le contenu pour que cela soit perceptible en une fois. La page est une échelle vitale de visualisation pour savoir si l’information dépasse la quantité habituellement ingérable par le lecteur !

    1. Bonsoir,

      Merci pour votre lecture attentive. Je vais me relire et me relativiser. Ce n’est pas mon intention de dire ce qu’est ou doit être un texte, je voulais surtout analyser les modèles informatiques qui en donne des représentations, qui elles, conditionnent leurs utilisateurs sans le dire.

      Mon expérience professionnelle m’amène à informatiser des textes pour l’écran, les liseuses, ou le papier (XML/TEI). Ce sont souvent des textes patrimoniaux, qui ont été beaucoup édités, avec peu d’images, dans différents formats de papier. Cela n’épuise certainement pas tout ce qui a pu ou pourra s’écrire. Cette expérience marginale me donne en effet un point de vue critique sur le modèle WYSIWYG le plus fréquent des traitements de textes.

      Que la mémoire informatique soit une ligne, je pense que l’on peut me l’accorder, c’est inscrit dans les microprocesseurs. Les langages et les structures de données consistent justement à pouvoir parcourir cette mémoire autrement que caractère après caractère. Les formats de fichiers de documents sont intéressants à analyser parce qu’ils montrent comment une ligne de mémoire est pliée et liée pour par exemple, représenter un livre imprimable avec un format de page (PDF).

      Je crois que ce qui me gêne le plus, c’est le manque de logiciels alternatifs qui donneraient d’autres modèles du texte, amenant à écrire autrement. Je n’ai pas été utilisateur de WordStar ou WordPerfect à l’époque, je les ai installé à travers un émulateur, c’est une expérience intéressante. Je ne conseillerais certainement pas d’y revenir, c’est un peu rustique, il y a eu de vrais progrès depuis ; par contre, ça donne envie de programmer un traitement de textes, sans aucune considération commerciale, avec des idées abandonnées qui ne semblent pourtant pas mauvaises (tant qu’on n’en a pas refait l’expérience).

  2. Article tres interessant, que j’ai lu avec plaisir. Je m’interroge quand meme sur l’absence de mention de l’article celebre de Coombs et al (CACM 1987) qui exprime tres bien (et deja) la tension entre le texte comme flux et le texte comme structure … http://xml.coverpages.org/coombs.html

    1. Lou, merci beaucoup pour cette excellente référence, que je n’avais pas lue. Ce texte mérite peut-être à soi seul un billet de commentaire, 30 ans après.

      Comme tu l’as remarqué, il n’y a pas de références bibliographiques, ce que j’ai consulté le plus, ce sont des documentations de vieux logiciels, et leurs formats de fichiers. L’objectif initial du billet est pédagogique, il introduit un cours d’édition électronique que l’on donne en ce moment, c’est par exemple accompagné d’une démonstration en temps réel de WordPerfect avec un émulateur DOS. Ce que l’on ne comprend plus aujourd’hui, c’est le contexte technologique de chaque époque, il faut en faire l’expérience pour mieux comprendre ce qui a conduit les choix. En 1987 comme en 2017, un balisage sémantique de type XML/TEI est certainement ce qu’il y a de mieux. Mais en 1987, est-ce que le WYSIWYG ne semblait pas le progrès et les balises un retour en arrière au mode texte ? Cette analyse des résistances passées m’aide à comprendre les résistances présentes, qui tiennent toujours à des raisons qui méritent l’examen.

      1. Pour analyser les resistances passees il faut arriver a connaitre un peu leur contexte… l’article que je t’ai cite temoigne aux concernes des personnes pour lesquelles le wyswyg n’etait pas de tout un progres! a l’epoque on disait aussi « le probleme du WYSIWYG c’est que WYSIAYG » (what you see is *all* you get). Ce debat animait egalement le communaute DH naissant aux annees 1990, par ex a la liste Humanist, qui debutait 1988 (voir http://dhhumanist.org/text.html pour l’archive)

        1. Salut Lou,

          Merci pour cette autre référence. Cette liste Humanist sera certainement une autre source très intéressante à interroger. Il y a matière à une belle étude de textométrie. Les gens vivants l’actualité de ces transitions technologiques pourront avoir des arguments plus fins, cependant, il s’agit cependant d’une communauté très particulière et spécialement avertie.

  3. Votre point de vue d’informaticien sur les outils d’« écrivains » est intéressant. En tant que chercheur, j’ai un point de vue inverse : j’utilise des outils d’informaticiens pour écrire. Pour les articles scientifiques, j’écris en texte brut (Markdown) dans un éditeur de texte (et non « traitement »). Cela ressemble beaucoup à ce que vous appelez « ruban ». Une fois le texte prêt, il passe une petite « compilation » pour être exporté en PDF, doc, etc. avec la mise en forme et la bibliographie qu’il faut.
    Ce procédé sépare écriture et mise en forme : j’ai mon texte brut à gauche de l’écran et mon texte formaté pour la lecture et l’impression sur la droite (il s’actualise automatiquement en fonction de ce que je tape dans l’autre fenêtre).
    Bref, tout cela pour dire que les auteurs utilisent des outils d’informaticiens pour échapper à ces affreux traitements de texte – même s’ils arrivent difficilement à s’en échapper puisque les éditeurs demandent des fichiers .doc.

    1. Cher Vincent,
      Je serais curieux de savoir dans quel discipline vous écrivez, car le dispositif que vous décrivez me paraît très contraignant à titre personnel. Je ne peux pas circuler aisément dans un texte brut, que je ne construit pas de manière linéaire. Par ailleurs, ce dispositif consomme beaucoup d’espace-écran, alors que j’ai souvent besoin d’avoir une ou deux fenêtres de texte visibles à côté du texte que je produis, et d’où proviennent les informations que je synthétise

      1. J’utilise l’écran scindé en deux lorsque je décide de me concentrer sur le texte, évidemment. Lorsque j’ai besoin de voir mes sources, je ferme l’aperçu et ne garde que l’éditeur de texte. Éditeur et mise en page sont dans un même logiciel : Ulysses pour Mac. Il m’aide à construire mon texte en petits bouts (qu’il appelle « sheets »). Pendant l’écriture, je peux organiser ces bouts comme bon me semble. Quand je veux relire ou imprimer, je génère un aperçu.
        Comme je l’ai dit, ce dispositif fonctionne avec des textes courts. Pour ma thèse par exemple, j’utilise Scrivener qui est lui aussi fondé sur la séparation (moins stricte) entre forme et contenu : j’y écris mon texte et je compile via la fenêtre de dialogue entièrement dédiée à la mise en forme / page.

        1. Très intéressant. J’aimerais évidemment avoir un meilleur contrôle sur certaines options de mise en forme, mais j’aurais du mal à me passer de certaines options, comme des insertions automatiques de mots que j’emploie souvent et dont la saisie est fastidieuse (le é majuscule accentué dans l’Etat par exemple, ou des noms propres longs qui reviennent dans mes recherches), ainsi que de l’option « révision » pour corriger des textes et les échanger.

    2. Bonjour,
      Je ne sais pas si votre expérience peut être généralisée au “grand public”, disons à l’enseignement dans les lycées par exemple, mais en effet vous êtes exactement dans cette expérience du texte qui aboutit à une maîtrise complète de la structure. Est-ce que Makdown vous comble ? Dans la version que j’utilise il n’y a rien pour les notes de bas de page.

      1. Bonjour,
        Markdown me comble, sauf pour les tableaux. L’insertion d’une note de bas de page est très simple. Voici un exemple : http://www.chriskrycho.com/2015/academic-markdown-and-citations.html. Cela se fait en MultiMarkdown (une version enrichie pour les notes de bas de page et les tableaux par exemple). Il suffit d’écrire les notes comme elles viennent (pas besoin de les placer en fin de document) et l’export gère numérotation et mise en forme.
        C’est vrai que cette méthode nécessite une adaptation. À la base Markdown sert avant tout à l’écriture de textes sur le web. C’est en le détournant de cet usage d’origine avec l’outil Pandoc qu’il peut servir à écrire des textes imprimés. Je pense qu’on peut l’enseigner à des lycéens : une fois les réflexes pris, Markdown libère complètement de la figure de la « page » pour se concentrer sur le « texte ». Mais je vous rejoins : il y a du chemin à faire !
        Même le gouvernement s’y met et rédige des lois en Markdown : https://github.com/GouvernementFR/RepubliqueNumerique

        1. Je ne connaissais pas ces extensions de Markdown. C’est intéressant. La difficulté va être d’éviter ce qui est arrivé à Wikipedia. Le système semblait très simple au départ, puis de macro en macro, il est devenu tellement compliqué pour les utilisateurs qu’ils passent maintenant par un éditeur WYSIWYG, sans compter la complexité pour programmer un parseur. Il faut peut-être accepter de régulièrement réinventer la roue pour repartir de l’essentiel. En me replongeant dans cette histoire pour un cours, je suis en réalité surpris par la très grande stabilité des structures de contenus. Merci aussi pour la référence au GitHub de la loi. Le plus décisif n’est pas la syntaxe, mais l’historique. Ce sera une mémoire extraordinaire pour les historiens. Reste à installer une forge indépendante de Trump.

          1. Certains combinent Markdown et LaTeX, et on perd toute la simplicité du système, en effet ! Personnellement je me limite aux notes de bas de page et aux références biblio (avec pandoc). C’est tout ce dont j’ai besoin pour écrire mes textes académiques. Même si Markdown peut faire des tableaux, je trouve plus facile de les réaliser dans un éditeur WYSIWYG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.