IRaMuTeQ est un logiciel d’analyse statistique de textes, conçu initialement pour la sociologie et les sciences politiques. Il combine une interface graphique, des programmes en python, et la librairie R, un langage puissant pour le calcul matriciel. Ce tutoriel a pour objectif de faire découvrir les fonctionnalités du logiciel, notamment les concepts les plus originaux, en les appliquant à un corpus connu, l’œuvre complète de Molière (format iramuteq, sources XML/TEI). La longue histoire critique de ces textes permet de vérifier les résultats produits. Ce tutoriel s’adresse à des utilisateurs déjà dégourdis sur le logiciel qui pourront reproduire les manipulations, ou bien à des profanes qui veulent mesurer ce qu’ils peuvent en retirer. Les aspects les plus laborieusement techniques ne sont pas couverts, ils sont laissés à la documentation et à la communauté des utilisateurs. La connaissance de Molière n’est pas requise, au contraire, les instruments pourront dévoiler un auteur différent du monument national enseigné dans les écoles. Les spécialistes y trouveront peut-être des ressources pédagogiques, ainsi que quelques surprises produites par la sottise numérique.

Attention, ce billet n’est pas écrit par un littéraire, encore moins par un spécialiste de l’œuvre, il peut comporter des formulations fausses ou maladroites qui ne sont pas voulues par l’auteur. Le propos est principalement méthodologique, les énoncés ne sont pas tranchants pour affirmer des thèses, mais parce que la modélisation informatique oblige à choisir entre 0 ou 1. Le tact consiste à poser des frontières aux endroits les plus significatifs. Si des assertions semblaient discutables, il ne faut pas qu’elles gâchent l’opinion sur la méthode et l’outil, mais plutôt donner envie de les réfuter avec des moyens similaires.

Généalogie d’IRaMuTeQ

IRaMuTeQ ne sort pas tout seul armé de la tête d’un programmeur, c’est une branche de la tradition française de textométrie. Comme trop souvent en France, l’acte de naissance de cette discipline est en partie politique. En 1960, le Général de Gaulle soutient le projet de Paul Imbs et Bernard Quémada d’un dictionnaire du français des XIXe et XXe siècle, le Trésor de la Langue Française (TLF), établi par un dépouillement mécanographique d’un corpus littéraire, Frantext. Nancy a ainsi hébergé un ordinateur Bull d’une salle entière, et un atelier de dactylographes perforant des fiches, afin d’encoder un canon de la littérature française. Les concordances produites automatiquement ont nourri une école de statistiques lexicales, autour de Charles Muller (1968, Initiation à la statistique lexicale).

L’apparition des ordinateurs personnels dans les années 1980-1990 a permis l’explosion d’innovations et de logiciels, dont Hyperbase d’Étienne Brunet, Lexico d’André Salem, ou Alceste de Max Reinert. Ces plateformes partagent plusieurs concepts statistiques, notamment les spécificités de Pierre Lafon (1980, Sur la variabilité de la fréquence des formes dans un corpus) ou l’analyse factorielle des correspondances de Jean-Paul Benzécri (1981, Pratique de l’analyse des données, Tome III : Linguistique et lexicologie). Ces logiciels étaient généralement payants, conçus par et pour Microsoft. L’arrivée de linux et du logiciel libre dans les années 2000 a conduit Serge Heiden (ENS Lyon, préalablement St Cloud) à refondre une grande partie de ces idées dans un logiciel plus récent, TXM. Iramuteq résulte de la même intention, proposer aux chercheurs un logiciel libre, afin d’extirper les algorithmes du repli propriétaire et commercial de certains chercheurs de la génération précédente. IRaMuTeQ poursuit la branche ouverte par Alceste, avec notamment sa fonctionnalité phare : la classification Méthode Reinert. Cet algorithme permet de dégager les thématiques d’un corpus, sans aucune catégorisation a priori, dévoilant souvent un sous-texte qui courre à travers les mots sans toujours frapper la conscience du lecteur.

Malheureusement, il faut préciser que IRaMuTeQ est un logiciel de chercheurs, qui ne sont pas intéressés économiquement au déboguage de leur produit. La progression de leur salaire est indexée sur leurs publications, pas sur leur logiciels, et encore moins sur l’assistance aux utilisateurs qui explorent les recoins mal testés des fonctionnalités. L’installation par exemple, peut être pénible, selon que l’on soit en Apple, Microsoft ou Linux ; il vaut mieux ne pas se lancer seul mais plutôt lors d’une session collective de formation, avec une personne rompue à toutes les mauvaises surprises. Certains boutons ne semblent pas avoir été bien testés sur tous les systèmes (ex : vue 3D), certains algorithmes sont capricieux, notamment la classification Reinert. On se limitera donc ici à un usage basique, sans modifier les paramètres par défaut, pour ne pas produire de décevantes erreurs d’exécution.

Quelle partition pour Molière ?

Le corpus est tiré de l’édition numérique du Labex OBVIL, établie sous la direction du professeur Georges Forestier, par ailleurs éditeur de Molière à la Pléiade. Le texte est donc vérifié sur les originaux imprimés. Le choix philologique a été de moderniser les mots (pas de diroit et autre savoient), ce qui simplifie le travail des machines qui peuvent utiliser des dictionnaires de langue actuelle. Par contre, les éditeurs ont fait le choix de conserver les majuscules d’époque (cf. ci-dessous). Cet usage perturbe les lemmatiseurs communs, mais ne gêne pas IraMuTeQ qui ne s’encombre pas de ces nuances. Il convertit par défaut les textes en minuscules, ce qui d’ailleurs le rend peu pertinent sur les noms propres.

DORINE
Sachez que d’une Fille on risque la vertu,
Lorsque dans son hymen son goût est combattu ;

Tartuffe, II.2

Afin de motiver cette enquête aux instruments, nous nous donnerons une hypothèse à confirmer ou réfuter : est-ce que le mariage est la grande affaire des comédies de Molière ? Il sera facile d’accumuler des indices pour appuyer la thèse, il s’agira aussi d’instruire l’affaire à décharge, afin d’éclairer le jugement du lecteur. L’enjeu de ce billet est surtout de montrer un bon usage de l’objectivation numérique pour se faire une idée d’un corpus de textes.

Un corpus selon IraMuTeQ n’est pas qu’une longue suite de mots, il peut être divisé en textes (séparateur ****), munis d’étiquettes. Cette partition a beaucoup d’intérêt statistique pour révéler des contrastes. Le théâtre classique est très structuré, en pièces, actes, scènes, et répliques par personnage. Les répliques sont parfois trop courtes pour constituer un texte « — TOINETTE. Ha ! — ARGAN : Il y a… — TOINETTE. Ha ! — ARGAN. Il y a une heure… — TOINETTE. Ha ! » (Le Malade imaginaire, I.2). Les scènes ne sont pas non plus très comparables en taille, par exemple celle-ci, parmi les plus courtes : « — CÉLIMÈNE. Encore ici ? — CLITANDRE. L’Amour retient nos pas. — CÉLIMÈNE. Je viens d’ouïr entrer un Carrosse là-bas, / Savez-vous qui c’est ? — CLITANDRE. Non. » (Le Misanthrope, III.2). L’acte est une unité plus stable, sa mesure est contenue par l’endurance des acteurs et l’attention du public. Cependant, il y a peu de révélations à attendre dans la comparaison entre les actes, par exemple les premiers avec les derniers. On se proposera ici une partition beaucoup plus prometteuse, par personnage. Les sources XML/TEI des pièces sont en effet encodées assez soigneusement pour que chaque réplique soit attribuée à un mot clé, si bien qu’un petit programme peut redistribuer les répliques d’un même personnage à la suite. Ceci permet potentiellement de comparer les mots que Molière met dans la bouche des hommes et des femmes ou des domestiques et des maîtres.

Un typologie des rôles n’est pas triviale. Paul Fièvre, sur 1350 pièces de théâtre classique, distingue de très nombreux types de personnages.

Paul Fièvre, typologie de personnages du théâtre classique, établie sur 1350 pièces.

On voit vite que l’on risque un éparpillement statistique qui ne conclura rien si l’on veut absolument distinguer les exempts et les capitaines. Mais tout autre étiquetage des rôles procédera d’une interprétation, propre à une époque, voire à une vision politique. Il est impossible de sortir de son temps, mais on peut s’imposer la prudence de comprendre les structures intrinsèques au texte et à la scène avant de plaquer des projections.

Tous les rôles sont tenus par des humains, même les dieux, en général adultes, avec quelques variables biologiques inévitables comme le sexe et l’âge. Le théâtre est le lieu du déguisement, la vieillesse peut s’y croire plus jeune, mais le travestissement confirme justement la règle de ces catégories, l’homosexualité est taboue. La société d’Ancien-Régime est par ailleurs fortement hiérarchisée, cela se constate dès l’annonce des rôles, où l’ordre est très significatif, par exemple ici pour les Fourberies de Scapin :

Argante, Père d’Octave et de Zerbinette.
Géronte, Père de Léandre et de Hyacinte.
Octave, Fils d’Argante, et Amant de Hyacinte.
Léandre, Fils de Géronte, et Amant de Zerbinette.
Zerbinette, crue Égyptienne, et reconnue Fille d’Argante, et Amante de Léandre.
Hyancinte, Fille de Géronte, et Amante d’Octave
Scapin, Valet d'Octave, et Fourbe.
Silvestre, Valet de Léandre.
Nérine, Nourrice de Hyacinte.
Carle, Fourbe.
Deux porteurs.

Scapin a beau avoir le rôle titre, avec 56% du texte dit, il est en 7e position dans la distribution, après les bourgeois, premier des domestiques. On notera aussi que les parents passent avant les enfants, et les fils avant les filles ; ce qui confirme bien l’importance de l’âge et du genre. Enfin, Zerbinette, « crue Égyptienne », c’est à dire gitane, d’origine obscure et de mœurs peu recommandables a priori, monte dans la hiérarchie parce qu’elle est reconnue fille d’un bourgeois. Comme pour le sexe, le travestissement de l’origine sociale est là pour confirmer l’ordre. Chaque pièce a ainsi une économie sociale propre au monde mis en scène.

Par exemple, si un bourgeois peut avoir le haut de l’affiche dans une pièce parisienne, il sera en bas dans un thème espagnol comme le Festin de Pierre (1665). Don Juan est certes méchant homme, mais grand seigneur, et donc supérieur à Monsieur Dimanche. Il faut donc se garder d’établir une classification par ce que les personnages sont, en cherchant plutôt les traits par quoi ils se distinguent les uns des autres.

Afin de limiter les suppositions, on considère d’abord que la qualité normale d’un rôle est de ne pas en avoir. Par exemple, un notaire, ou un garde, ces utilités qui arrivent parfois dans un acte, n’ont a priori pas d’âge. Acteurs jeunes ou vieux peuvent prendre le rôle, le corps est secondaire relativement au costume. Ces métiers qui peuvent entrer dans les familles, comme un commissaire ou un médecin, sont généralement des hommes, sauf des entremetteuses et autres « femmes d’intrigue » (Frosine, l’Avare). Ces métiers ont des statuts sociaux variables, mais ils n’entrent pas dans une relation hiérarchique avec les personnages principaux, ils sont avant tout utiles mais ne servent pas, on ne les commande pas. Le trait de ces rôles est donc essentiellement d’être extérieurs à l’intrigue, et sans âge.

Les paysans et paysannes, 90 % de la population française à l’époque, ont un statut encore inférieur. Ils ne sont pas dénués de jugeote, notamment les femmes (Don Juan II.2), comme les bergères des pastorales antiques ou médiévales, mais Molière ne les fait pas parler notre français, il invente un patois à effet comique qui n’est pas au dictionnaire, et restera donc invisible à nos instruments. Les ouvriers et artisans de Paris sont pratiquement invisibles ; ainsi que le clergé. Il n’y a pas de prêtres sur scène, Tartuffe n’est qu’un dévot, est-ce que les médecins habillés en noir et qui parlent latin en sont comme des images ? Par contre, il y a des esclaves, mais hors de France, généralement en Méditerranée, que ce soient dans les fictions antiques et mythologiques, ou dans Le Sicilien, et surtout l’Étourdi, repris d’une comédie italienne, où le vieillard Trufaldin enferme une jeune esclave, Célie, que le jeune Lélie essaie d’enlever avec l’aide de son valet Mascarille. Évidemment on découvrira que Célie est de bonne naissance, afin que le jeune homme ne prenne pas « en dot que la seule beauté » (l’Étourdi, IV.3). L’esclavage domestique méditerranéen est donc connu, mais il n’est pas véritablement vécu sur scène, contrairement à la relation avec les domestiques.

Servantes et valets peuvent quitter leurs maîtres et maîtresses pour une autre place et sont payés « SGANARELLE : Ah mes gages ! mes gages ! […] » (le Festin de pierre, V.6), ce ne sont pas des esclaves. Ils sont très genrés, un jeune maître aura son valet, une jeune femme sa suivante, mais le croisement des genres entre deux plans hiérarchiques est déconseillé. Par exemple, « Ascagne, Fille sous l’habit d’homme », ne rencontre sa confidente Frosine qu’en secret (le Dépit amoureux). Le commerce sexuel d’un maître avec une servante peut être suggéré : « Couvrez ce Sein que je ne saurais voir » (Tartuffe, III.2), mais pas exposé. La relation entre maîtresse et valet est taboue, ainsi lorsque Don Juan n’ose pas affronter Done Elvire et fait répondre Sganarelle à sa place (Festin de pierre, I.3) ce n’est pas qu’un effet comique mais aussi une scène de malaise qui blesse la pudeur du sexe et la fierté du rang. Les domestiques n’ont pas d’enfants à marier, ils servent les amours de leurs maîtres, pas les leurs. Ils n’ont pas d’âge, un Sganarelle peut être jeune ou vieux. une servante peut être jouée comme une soubrette ou avec la maturité de sa répartie.

Les intrigues se jouent donc surtout entre des hommes et des femmes de statuts comparables, généralement bourgeois ou nobles, ils seront appelés ici les maîtres, parce qu’ils peuvent commander à des domestiques. Il y a très peu de personnages supérieurs aux maîtres, on notera le comte Dorante, la marquise Dorimène et le grand Mamamouchi dans le Bourgeois gentilhomme ; ou la statue du commandeur et le spectre dans le Festin de Pierre. Ce niveau supérieur est un plafond pour rappeler à chacun à son rang : le bourgeois qui veut se faire noble est ridicule ; et si la noblesse de Don Juan lui évite la justice des hommes, il reste mortel et n’échappera pas au châtiment divin. Les pièces se déroulent en général sur un seul plan, avec quelques rares exceptions, notamment Amphitryon (1668), qui sous couvert mythologique montre Jupiter séduisant une mortelle, articulant deux mondes, celui des dieux, et celui des humains. Il fut reproché à Molière de se moquer des amours du roi Soleil, alors qu’il s’agit plutôt d’une célébration tout à fait chrétienne de la royauté incarnée. Le succès de cette pièce, à la Cour comme à la Ville, manifeste la clé de voûte du système social du moment, et le personnage généralement absent des pièces mais souvent dans le public : le Roi. La Fronde (1648-1653) a définitivement mis les Grands sous le Trône, avec le soutien des bourgeois de Paris, effrayés par les émeutes populaires et par le massacre de l’hôtel de ville par le prince de Condé. La Cour a maté les nobles, et à la Ville, les bourgeois ont renoncé à leur libertés communales de police et de milice s’abandonnant à la protection royale.

Les maîtres ont toujours un genre, masculin ou féminin, et un âge, essentiellement, celui d’être mariable, ou pas. « […] le Mariage n’est guère votre fait. C’est une chose à laquelle il faut que les jeunes Gens pensent bien mûrement avant que de la faire : mais les Gens de votre âge n’y doivent point penser du tout. » (Le Mariage forcé, 1). La galanterie après le mariage n’est pas interdite, les jaloux sont ridicules. Les enfants doivent obéissance à leur père « [… ] je n’entends rien à toutes ces balivernes, je veux être maître absolu, et pour trancher toutes sortes de discours, ou vous serez mariées toutes deux, avant qu’il soit peu, ou, ma foi, vous serez religieuses » (les Précieuses ridicules, I.4) ; mais on ne les frappe pas pour qu’ils obéissent, contrairement aux valets. Selon la coutume de Paris, les enfants de famille sont mineurs jusque 25 ans avant de pouvoir gérer un patrimoine, mais ils peuvent se marier avec l’autorisation parentale, dès la puberté.

La femme garde un statut inférieur, qu’elle soit fille ou mère, cependant, elle a deux pouvoirs, la faiblesse des hommes, et la dot que lui alloue son père lors de l’alliance avec une belle famille. Ce capital signale son rang sur le marché matrimonial, et elle peut le reprendre si elle devient veuve, mais c’est aussi sa seule part d’héritage, souvent inférieure à celle de ses frères. Selon le droit coutumier, les fils héritent du capital du père à sa mort, mais peuvent être déshérités par testament devant notaire, comme le fils d’Orgon au profit de Tartuffe. Cet effet retard de l’héritage masculin, ou du besoin de faire sa fortune avant de s’établir, aboutit à un âge moyen au premier mariage assez tardif. Les enquêtes historiques et démographiques de Jacques Houdaille permettent de supposer que pour les classes riches de Paris, les jeunes hommes se marient en moyenne vers 30 ans, et les femmes vers 25. Cette maturité des femmes évite la domination initiale par l’âge qui résulte des mariages précoces des filles dans certaines civilisations, du moins, pour le premier mariage. La mortalité des femmes en couches produit beaucoup de veufs, le contrat est alors d’acheter de la jeunesse en renonçant à la dot, le ridicule d’Harpagon est de vouloir les deux : « C’est une raillerie, que de vouloir me constituer son dot de toutes les dépenses qu’elle ne fera point. Je n’irai pas donner quittance de ce que je ne reçois pas ; et il faut bien que je touche quelque chose. […] il y a encore une chose qui m’inquiète. La Fille est jeune, comme tu vois ; et les jeunes gens d’ordinaire n’aiment que leurs semblables, ne cherchent que leur compagnie. J’ai peur qu’un Homme de mon âge ne soit pas de son goût ; et que cela ne vienne à produire chez moi certains petits désordres qui ne m’accommoderaient pas. »

L’enjouement de la comédie ne doit pas cacher une société durement hiérarchique et patriarcale. 3 traits majeurs semblent pouvoir caractériser un personnage : le statut, l’âge, et le genre. Selon l’ordre de la distribution des rôles annoncée à l’affiche, le statut s’impose à l’âge, qui s’impose au genre. Une mère commande théoriquement à ses fils et ses valets. Il semble donc selon ce modèle que la femme riche a des droits plus élevés que les classes inférieures, les inégalités sociales auraient pour effet mécanique d’élever le statut de certaines femmes. Cette hypothèse théorique reste à vérifier.

Essai de typologie des personnages

Afin que différents acteurs puissent en prendre le costume, la définition des rôles doit garder des imprécisions laissant du jeu. On se suffira donc de trois valeurs pour chaque trait : son affirmation, son opposé, et son absence. Pour le genre, il y aurait théoriquement le neutre, mais presque toutes les répliques peuvent être genrée, à part quelques rares chœurs mêlant des hommes et des femmes.

statut maître serviteur extérieur
âge mûr jeune sans-âge
genre masculin féminin  

Selon une combinatoire stricte, cela produirait 18 types de rôles, mais nous avons montré que les rangs n’accèdent pas également aux distinctions d’âge, certaines cases seraient très artificielles avec des chiffres négligeables, le juge de paix sera statistique.

statut pièces rôles texte
maître 30 / 30 63 % 75 %
serviteur 29 / 30 24 % 21 %
extérieur 17 / 30 13 % 5 %

Les utilités (extérieurs) pèsent peu en nombre de rôles, et encore moins en quantité de paroles. Toutes les pièces comportent des serviteurs, sauf Psyche (une tragédie-ballet). Les maîtres sont bien plus nombreux, parlent un peu plus par rôle, confirmant l’hypothèse théorique que la pièce se joue d’abord entre égaux.

âge pièces rôles texte
mûr 28 / 30 36 % 44 %
jeune 24 / 30 27 % 30 %
sans-âge 30 / 30 37 % 26 %

Toutes les pièces comportent des sans-âge, c’est-à-dire selon la convention ici, des domestiques et des extérieurs. 2 pièces ne comportent que des jeunes gens, l’Impromptu de Versailles (1 acte) et le Misanthrope. Même s’il y a 6 pièces sans jeunes (des divertissements de cour ou la matière espagnole), l’âge est un critère plus équitable que le statut dans la répartition des rôles et de la parole. Le dialogue entre les générations tient donc une place importante dans le théâtre de Molière.

genre pièces rôles texte
masculin 30 / 30 69 % 73 %
féminin 30 / 30 31 % 27 %

Les rôles masculins sont plus de deux fois plus nombreux que les rôles féminins. En moyenne, les hommes parlent un peu plus que les femmes, en raison de quelques grands rôles comiques qui prennent toute la place ; mais globalement, l’inégalité sexiste concerne surtout le nombre de rôles.

Relativement aux 18 types que la combinatoire pouvait produire, on en regroupera quelques uns pour en garder 7 : père (maître homme mûr), mère (maîtresse femme mûre), fils (maître jeune homme), fille (maîtresse jeune femme), valet (homme qui sert), servante (femme qui sert), autres (les extérieurs). Ces désignations ne supposent pas une relation familiale explicite dans la pièce, par exemple, les jeunes gens du Misanthrope seront classés comme fils et filles, même si on ne sait rien de leurs parents ; Béralde, le frère d’Argan dans le Malade imaginaire, n’a pas d’enfants sur scène mais sera dit un père.  Ces approximations évitent l’éparpillement de catégories qui n’auraient plus d’intérêt statistique.

fonction pièces rôles texte
père 28 / 30 28 % 36 %
fils 23 / 30 14 % 17 %
valet 20 / 30 15 % 16 %
fille 24 / 30 13 % 13 %
mère 15 / 30 8 % 8 %
servante 24 / 30 9 % 5 %
autres 17 / 30 13 % 5 %

Les hommes se partagent donc les trois quarts des mots, avec en ordre d’importance, les pères, deux fois plus nombreux que les fils, puis les valets, qui parlent moins que leurs maîtres. Contrairement au rang dans la distribution, l’importance des rôles féminins ne confirme pas le pouvoir des mères, seulement présentes dans la moitié des pièces ; il y a plus de jeunes femmes désirables et mariables. Quant aux servantes, elles parlent en moyenne deux fois moins que les valets, malgré l’importance de quelques figures mémorables comme Dorine dans le Tartuffe, ou Toinette dans le Malade imaginaire.

La définition abstraite des catégories permettait de croire à une relative symétrie entre les sexes selon les classes sociales, les masses de mots racontent une dynamique autrement plus patriarcale. La seule lecture de ce tableau, comme s’il s’agissait d’une statistique sociologique, conduirait à l’hypothèse que le pouvoir est aux pères, disputés par les fils, avec les filles pour objets. Les domestiques animent les scènes comiques, mais sont périphériques au nœud de l’intrigue.

Le corpus est maintenant muni de plusieurs partitions : statut, âge, genre, fonction ; qui vont permettre d’explorer les fonctionnalités d’IRaMuTeQ.

Similitudes, ou le nuage buissonnant

IRaMuTeQ, Molière, analyses de similitudes

Chargement — Avec « Fichier / Ouvrir un corpus texte », sélectionnez le fichier téléchargé sur votre poste. Pour les utilisateurs Microsoft, n’oubliez pas l’encodage utf8. La procédure d’import par défaut est réglée au mieux, laissez IRaMuTeQ faire ce qu’il veut de vos textes. La procédure dure de 10 à 30 secondes selon la puissance de votre machine pour tout Molière (2 Mo). Quand les textes sont plus gros, assurez-vous qu’ils soient bien découpés afin de voir la progression. Selon les algorithmes, le temps de traitement peut augmenter bien plus fortement que la taille du texte.

IRaMuTeQ, Molière, Statistiques

Statistiques — Pour commencer, testez la fonctionnalité « Analyse de texte / Statistiques ». L’interface hérite des logiciels des années 1990, à une époque où les calculs coûtaient plus, si bien qu’il valait mieux conserver les résultats de chaque requête, ce qui explique un triple niveau de navigation : les corpus, les analyses, et les vues. La barre de gauche montre un historique des différents corpus, avec dessous les différentes analyses déjà calculées (un double-clic permet de les réouvrir dans la fenêtre principale). Dans la fenêtre principale, la première barre barre d’onglets conserve l’accès à plusieurs analyses, notamment pour les comparer, la deuxième montre les différentes vues produites par une même analyse. L’interface se prend assez vite en main et devient une véritable plate-forme d’exploration.

Ce que IRaMuTeQ appelle Statistiques est un classique tableau des mots les plus fréquents, mais divisé en plusieurs listes : Happax, les formes uniques, des mots rares, des fautes d’orthographes ou des citations en langues étrangères ; Supplémentary Forms, généralement des mots grammaticaux ; Active Forms est un concept spécifique de cette application, ce sont des mots pleins, qui ont l’avantage d’être configurables selon des critères grammaticaux. L’onglet Total montre toutes les formes indexées. Le choix des mots supplémentaires (2) ou actifs (1), se fait dans la boîte de dialogue Paramètres, en cliquant le boutons propriétés, qui donne accès au tableau de sélection ci-dessous.  Ce filtrage de mots selon leur nature sera utile pour ajuster certaines vues.

La théorie grammaticale peut être discutée, le terme adjectif qualifie de moins en moins les déterminants de type démonstratif ou possessif, l’ordre alphabétique place les auxiliaires loin des verbes, mais on finit par s’y faire. Il faudra surtout prêter attention aux formes non reconnues, où se rangent mécaniquement les noms propres réduits en minuscules, en ordre de fréquence : Valère, Lucile, Sganarelle, Sostrate, Léandre, Jourdain, Alcmène, Célie, Mascarille… À noter, le texte généré ici à partir de pièces de théâtre ne comporte que les mots dits, sans aucune didascalie, ces noms sont explicitement prononcés et ne sont pas les entêtes de répliques.

Dans la liste totale, on remarquera que les verbes sont lemmatisés, c’est à dire ramenés à leur infinitif (être, avoir, faire, dire, vouloir, voir…). Le lemmatiseur est à la fois simple et efficace, il repose sur un lexique électronique avec une entrée pour chaque forme fléchie (verbe conjugué, substantif ou adjectif accordé), rapportée à son lemme. En pratique, il y a de nombreux homographes, par exemple la forme est peut se rapporter au point cardinal, ou au verbe être. Une colonne de fréquence pour chaque entrée permet de décider que la forme est sera toujours ramenée au lemme être (le point cardinal étant moins fréquent). Cette approximation produit des erreurs prévisibles, par exemple les fous sont ramenés au verbe foutre, assez fréquent en français actuel quoique moins dans une tragédie de Racine, mais cela perturbe très peu les statistiques.

Cette simple liste contient déjà une information stylistique. En français actuel, ainsi que que pour d’autres corpus de la même époque, par exemple les Fables de La Fontaine, la liste des mots les plus fréquents est très stable : de, le, être, et, l’, la, il, un, en à, ne… Le texte théâtral se distingue par la haute fréquence des pronoms personnels directs, vous, et surtout je, comme dans une correspondance privée, par exemple des Lettres de Madame de Sévigné (de, être, vous, avoir, que, je, ne, à…). En double-cliquant un mot dans cette liste, on peut accéder à des extraits découpés automatiquement (au moment du chargement du texte), les majuscules et les sauts de ligne sont perdus, il s’agit surtout d’un moyen d’éviter les contresens en retournant à des morceaux de textes, chaque extrait est identifié par toutes les métadonnées disponibles pour des partitions (*cle_valeur).

IRaMuTeQ, Molière, concordance sur le mot cœur

Les mots pleins les plus fréquents sont donc dans l’ordre : voir, aller, venir, cœur, donner, prendre, chose, parler, homme, trouver, grand, beau, amour… Cette liste peut être présentée comme un nuage de mots, ce que produisent R ne sont pas les plus beaux, mais IRaMuTeQ propose une vue beaucoup plus originale qui illustre ce billet (l’arbre avec feuilles de couleurs), que le logiciel appelle Analyse des similitudes.

Analyses de similitudes — Le formulaire de paramètres ouvre beaucoup d’options. À gauche, une liste de formes actives (selon les types grammaticaux sélectionnés avec le chiffre 1 dans la fenêtre Propriétés / Clés d’analyse), au delà de 200, la figure devient difficile à lire. Attention, le bouton compter compte ce qui est sélectionné, il ne permet pas de sélectionner, il faut jouer avec les touche majuscule+curseurs pour allonger la liste surlignée, et crtl+click pour déselectionner des mots qui nous intéressent moins. La taille des mots dans le nuage est relative à leur fréquence dans le corpus.

Le secret de leur disposition tient à l’Indice cooccurrence et à Arbre maximum. Si arbre maximum est décoché (à tester sur un petit texte), les relations affichées entre les mots représentent le nombre de fois où ils apparaissent ensemble dans un même segment de texte, ce qui produit un écheveau illisible. L’algorithme arbre maximum part du mot le plus fréquent et rattache chaque mot par son plus gros chemin (la coccurrence la plus fréquente), ce qui a pour effet de rapprocher des grappes plutôt sémantique. Un algorithme se débrouille ensuite pour disposer les grappes sur la surface en évitant les recouvrements, les options Communautés et halo profitent de ces calculs pour colorier ces grappes.

Les autres algorithmes de Présentation que Fruchterman-Reingold pour disposer l’arbre maximal sont généralement plus confus, les autres Indice que Cooccurrence sont parfois très longs à calculer, au risque de devoir forcer l’arrêt du logiciel, et ils sont plus difficiles à comprendre et donc à interpréter. Les Arrêtes courbées sont cosmétiques et n’apportent rien. Les autres Paramètres graphiques ont moins d’intérêt sémantique mais peuvent aider à produire des images plus vendeuses. On regrettera de ne pas pouvoir configurer une liste de couleurs.

Toutes les branches de l’arbre ne sont pas également significatives mais il semble bien que l’amour soit une affaire importante, on notera la branche chose — père — fille— mariage, mais avant d’interpréter trop, il convient de mesurer un peu de quelles pièces le corpus est fait.

Distance de Labbé, Thomas Corneille aurait-il écrit les pièces de Quinault ?

IRaMuTeQ, distance de Labbé appliquée au théâtre de Molière

Dominique Labbé a proposé un algorithme calculant une distance entre des textes à partir des mots qu’ils partagent. On a vu que la seule fréquence des pronoms personnels suffit à révéler le genre théâtral ou une correspondance, l’idiotie statistique peut révéler d’autre relations plus subtiles. Labbé a utilisé cette métrique pour attribuer automatiquement des textes anonymes par proximité avec les œuvres connues d’un auteur. Fort de plusieurs réussites, il a voulu intervenir dans le faux débat qui attribuerait les grandes pièces de Molière à Pierre Corneille. Il est malheureusement tombé dans un genre de textes qu’il connaissait mal. L’algorithme de Labbé est implémentée dans IRaMuTeQ, ce qui permet de répéter facilement l’expérience, et prendre un peu mieux connaissance de l’œuvre de notre comique national.

Soit donc tout le théâtre de Molière. Le logiciel calcule la combinatoire de toutes les distances, ce qui constitue une matrice de 30 par 30 qui défie un peu la perception humaine. Des algorithmes venus de la génétique proposent une vue synthétique sous la forme d’un arbre. Un étiquetage élémentaire de l’œuvre permet de mieux voir à quoi l’algorithme de Labbé est sensible. Le premier grand embranchement sépare les pièces en prose, et les pièces en vers, avec deux exceptions intéressantes : les Amants magnifiques (1670, 5 actes et 6 intermèdes) dite « Comédie mêlée de Musique et d’Entrées de Ballet », et le Sicilien (1667, 1 acte), qui comporte aussi plusieurs passages chantés en vers. Ce sont bien les exceptions qui confirment la règle. La machine est ensuite moins tranchante mais elle groupe assez bien les pièces les plus réputées. Cette très fine sensibilité de l’algorithme au genre permet-il d’attribuer les textes de Molière à Corneille ?

IRaMuTeQ, affaire Corneille Molière

Étienne Brunet a déjà tranché magistralement la polémique Labbé-Molière dans Où l’on mesure la distance entre les distances (2004), on ne peut que le confirmer avec des textes supplémentaires. Soit un corpus avec tout Molière, Quinault qui lui a succédé à la Cour, Pierre Corneille (corneillep) dont il a joué des pièces avec sa troupe, et son frère Thomas Corneille (corneillet), qui a versifié le Festin de Pierre ; 106 pièces de contemporains qui se connaissaient et sont en partie rivaux. L’algorithme sépare très bien la prose, les comédies en vers, les tragédies, et un genre mixte noté ici show, qui sont des pièces à grands spectacle dont Le Berger extravagant de Thomas Corneille (1652) « Comédie mêlée d’ornements et de musique », la Toison d’or de Pierre Corneille (1660), ainsi que les spectacles et opéras de Quinault. En sortant les tragédies en vers et les comédies en prose de la collection, il reste 56 pièces.

IRaMuTeQ, comédies et spectacles en vers de Molière, de Quinault, et des frères Corneille

L’algorithme de Labbé s’avère particulièrement efficace pour distinguer le génie propre de Molière dans ses comédies en vers, à l’exception du spectacle Psyché (1671), œuvre collective avec Quinault et Pierre Corneille, et Dom Garcie de Navarre (1661), une comédie héroïque qui fut un échec commercial, on y a reproché à Molière de ne pas avoir voulu faire rire. S’il faut absolument qu’un Corneille ait écrit les pièces de quelqu’un d’autre, l’algorithme semble signifier que ce serait Thomas qui fut la plume de Quinault. Un spécialiste du théâtre classique pourra mieux expliquer certains embranchements, mais pour l’échelle qui nous importe ici, cette expérience montre surtout que les écrivains retenus par la postérité s’illustrent souvent par leur singularité, tandis que les auteurs moins connus, même à succès de leur temps, auront plus tendance à se confondre dans la mode et l’effet de genre.

La distance de Labbé découvre des phénomènes intéressants, à la condition de ne pas seulement y chercher l’identification d’auteurs. On notera qu’elle est peu sensible au vocabulaire thématique — les noms communs dont un texte parle —, elle révèle plutôt les intrus et les contradictions stylistiques d’un corpus trop composite. C’est une étape préalable nécessaire avant de se jeter dans l’interprétation des mots, cela peut conduire à recomposer son corpus et lui ajouter des étiquettes. On regrettera que les arbres disponibles dans R ne soient pas aussi bien étalés que ceux de Brunet.

L’œuvre de Molière est donc très composite, et ne se limite pas aux grandes comédies (en vers ou en prose). Outre les farces, elle comporte beaucoup de pièces dont le succès à l’époque ne tenait pas seulement au texte, mais aussi aux danses, aux musiques, et même aux costumes et aux décors « — CLIMÈNE. Quoi, vous l’avez vue ? [L’École des femmes] — URANIE. Oui ; et écoutée d’un bout à l’autre. » (La Critique de l’École des femmes, 3).

Mots spécifiques de femmes

Les analyses Spécificités et AFC deviennent très intéressantes quand un corpus est divisé avec des étiquettes. Le premier formulaire Paramètres permet de choisir les mots par leur type (bouton propriétés), on conseillera de mettre ici à 0 les Formes non reconnues (noms propres, conjugaisons rares, patois paysans, latin de médecins…), qui perturbent les algorithmes. Le formulaire Choix des variables permet de sélectionner la dimension selon laquelle découper le corpus (*statut, *age, *sexe, *fonction…).

Le principe consiste à comparer des parties entre elles, en relevant les mots qui sont les plus et les moins spécifiques de chacune relativement à toutes les autres, selon une équation dont on ne détaillera pas les mathématiques mais plutôt les effets. L’onglet Forms donne suffisamment d’informations, les autres tableaux sont moins parlants, et les graphique de l’onglet CA sont ici confus, car les répliques redistribuées par rôle partagent le contexte des scènes et se distinguent mal. Le contraste entre vers et prose permettra de se familiariser avec ce genre de listes de mots.

  • Molière, *style_prose [+] monsieur, cela, médecin, que, y, voilà, vous, chose, ah, être, malade
  • Molière, *style_vers [+] cœur, âme, encor, vœu, trait, courroux, flamme, destin
  • Pierre Corneille, comédies en vers, mots fréquents [+] amour, cœur, âme, œil, beau, esprit, feu, grand, encor, jour, ami…
  • Racine, tragédies, mots fréquents [+] seigneur, cœur, œil, dieu, amour, roi, jour, fils, sang, main…

Le vers impose son dictionnaire. Quoique l’auteur veuille dire, il est porté par un registre, comme un jeu de tuyaux d’orgue avec ses couleurs et son brillant. Que ce soient les comédies ou les tragédies, les personnages à rimes ont des cœurs, des âmes, et beaucoup de sentiments. La prose, par contre, élargit le vocabulaire à des choses concrètes, ici l’obsession de Molière pour les médecins, mais on y trouvera aussi l’argent, ou le mariage (plutôt que l’hymen). Les pièces ne peuvent pas se diviser également selon ce critère, ainsi le Tartuffe en vers reste un thème de farce (le mari caché dans le coffre pour surprendre le séducteur de sa femme), tandis qu’une pièce réputée grave comme le Festin de pierre (Dom Juan) est restée en prose durant le vivant de Molière. Le calcul de spécificités arrive assez bien à neutraliser le vocabulaire du genre quand on observe les partitions selon les rôles, parce que cette division est orthogonale à toutes les pièces, qu’elles soient en vers ou en prose.

  • Molière, *sexe_femme [+] hi, mari, aimer, amant, cœur, papa, sentiment, vous, mère, mériter, époux, on, cousin, prince, sexe…
  • Molière, *sexe_homme [+] diable, aller, je monsieur, debout, la, homme, toi, parbleu, pistole, argent, serviteur, coquin, te, tu, morbleu…

L’interjection hi n’est pas un mot très fréquent, mais il est prononcé tant de fois par la servante Nicole qui se moque de son maître le Bourgeois gentilhomme qu’il est calculé comme le plus spécifique des femmes de Molière. La formule est malheureusement très sensible aux aberrations statistiques habituelles dans les textes littéraire. L’hypothèse sociologique est en tous cas confirmée de manière cinglante, les hommes jurent, parlent d’argent à d’autres hommes, et tutoient leurs valets ; les femmes parlent surtout de leurs sentiments pour des hommes. Molière ne passe pas le test de Bechdel, quand des femmes parlent ensemble, c’est surtout d’hommes.

  • Molière, pères [+] frère, tu, femme, fille, ma, drelin (Argan dans le Malade Imaginaire), te, sol (la monnaie), docteur, je, nourrice, diable, carogne, pendard, coquin
    [–] hi, père, monsieur, il, nous, ça, aimer, madame, vous, aveu, sentiment, papa, li, effort
  • Molière, mères [+] on , laquais, die, vous, Dieu, siège, mari, oreille, qualité, pudeur, chimère, comte, insolence…
    [–] tu, père, je, oui, diable, bon, toi, lui, foi, seigneur, médecin, malade
  • Molière, fils [+] madame, mademoiselle, âme, rival, père, mon, bonheur, sonnet, trop, mes, écrire, aimable
    [–] fille, là, femme, frère, fils, médecin, mari, voilà, hi, Dieu, époux, dire, diable, y, enfant, seigneur
  • Molière, filles [+] cœur, aimer, mon, père, vœu, papa, sentiment, pouvoir, mériter, me, choix, amant, prince, sexe
    [–] monsieur, aller, cela, te, médecin, diable, homme, bon, voilà, elle, fille, toi, maître, fils, femme
  • Molière, valets [+] monsieur, il, ahi, maîtres, ça, coup, bâton, sanglier, musique, danse, voleur
    [–] mon, ma, cœur, me, pouvoir, devoir, choix, âme, ardeur, elle, mes, sœur, hi, sentiment, vœu, aimer
  • Molière, servantes [+] hi, monsieur, mari, ça, madame, votre, poumon, maîtresse, médecin
    [–] mon, mes, argent, dont, sœur, vers, les, me, cœur, ardeur, roi, coquin, peine, respect
  • Molière, autres [+] maladie, contrat, futur, remède, li, guérir, forme, procéder, proposition
    [–] me, madame, tu, je, ma, mon, cœur, te, voir, me, moi, ton

Les spécificités permettent de montrer les mots les plus probables [+] pour une catégorie, mais aussi les moins probables [–] (en cliquant sur les têtes de colonnes). Ces mots négatifs peuvent renforcer les interprétations, comme nous allons l’illustrer en remontant dans l’ordre des rangs.

Les extérieurs sont généralement des professions libérales, médecins ou juristes, leurs relations aux femmes sont rares (pas de madame), ils se doivent d’être objectif et impersonnel, pas de première personne, et pas de tutoiement non plus, même si leur sexe ne l’interdirait pas.

Les domestiques n’expriment pas non plus leur personne et leur sentiments, et généralement placés jeunes à Paris, ils n’ont pas de famille ([–] sœur). Les servantes communiquent surtout avec les maîtres et maîtresses de maison (monsieur, madame) elles parlent souvent de l’un à l’autre (votre mari). Les valets s’adressent surtout à leurs maîtres, monsieur, et peuvent être battus (coups de bâton).

Les filles aiment et ont du cœur, elles ont la première personne passive, me, et s’adressent affectueusement à leur père papa ; mais elle ne tutoient pas. Les fils ont une âme, des dames, des rivaux, ils ont la première personne possessive, mon, mes, mais pas encore de femme, de fille ou de fils ; le tutoiement ne leur ait pas interdit.

Les mères se distinguent comme ménagères « Donnez donc des sièges », avec plus de religiosité traditionnelle, elles n’ont pas de personne à elle, si ce n’est le « on die » (les Femmes savantes). Les pères ont une première personne active, je, ils possèdent le féminin, ma femme, ma fille, ils tutoient, ils jurent, vouvoient moins, et parlent moins de leurs sentiments.

Nous avons vu que les pronoms personnels sont spécialement fréquents dans le texte théâtral, comparé à d’autres genres comme le roman ; ils sont aussi très distinctifs des rôles. Les statistiques lexicales permettent de dresser un schéma grammatical du moi. Le pronom de la première personne au cas objet n’est pas spécifique d’un groupe, par contre, il se déploie différemment pour ses autres fonctions grammaticales. Le personnage maître est celui qui peut être le sujet d’un verbe actif, qui dit je, ce sont les pères. La relation principale s’articule avec celles qui pâtissent de ces je, ce sont les filles, qui insistent sur le me. Les possessifs (ma, mon, mes) sont un peu moins fréquents et opposent ici les pères aux fils dans le droit de posséder du féminin, ou au moins de l’argent, qui permet de se marier. Les mères sont sorties du commerce matrimonial, il leur reste les sièges, Dieu, et l’impersonnel (on). Les domestiques n’ont pas droit au je, ni à parler au nom de tous (on), on reconnaît tout au plus aux servantes d’être parfois plus proches du droit naturel et de rappeler les maîtres au bon sens, lorsqu’elles ne sont pas seulement sottes (hi).

Cet emploi des personnes est assez inconscient pour l’auteur. Mais comme on a vu l’effet du vers sur le lexique, l’écriture est ici conduite par la cohérence des rôles et des situations, qui commandent le genre et le cas des pronoms personnels. Ces petits faits de langue restent dans l’inconscient de la compréhension du lecteur, les statistiques les relèvent, montrant les articulations de la société classique, entre pudeur du sexe et fierté du rang.

Classification inculte, ce que lit la machine

IRaMuTeQ, Molière, classification Reinert

La classification Reinert est la fonctionnalité la plus capricieuse du logiciel, elle prend plusieurs dizaines de secondes, qui se prolongent parfois en minutes, et elle peut s’arrêter sur des messages d’erreur humiliants, mais elle a un grand intérêt heuristique. Elle a été réglée pour dégager des thématiques dans des réponses à des questionnaires, corpus beaucoup plus homogènes que plusieurs décennies d’œuvre d’un auteur. Le paramétrage par défaut (avec les formes non reconnues) donne déjà de bons résultats, comme l’image ci-dessus, mais il est conseillé de reproduire l’expérience avec différents réglages afin de se familiariser avec ce que cette projection voit des textes. Certains paramétrages n’arrivent pas à distinguer plus de deux classes (en gros, le prosaïque et le poétique), ce qui n’ajoute pas grand chose aux métadonnées. L’analyse devient intéressante avec 5 à 7 classes, au-delà, l’intelligence humaine n’est plus capable de s’expliquer ce que la machine a calculé. Modifier le Nombre de classes terminales de la phase 1, dans le formulaire de Paramètres, à un effet sur le nombre final de divisions et fonctionne comme un genre de zoom qui divise des classes existantes mais reste avec une sémantique assez stable. Il faut donc en retenir que le nombre de classes d’un corpus est un choix d’interprétation dans un continu beaucoup plus confus.

Cette fonctionnalités synthétise plusieurs concepts déjà évoqués. Le principe consiste à découper le texte en petits extraits, à calculer une proximité lexicale entre chaque extrait, et à essayer de dessiner automatiquement des groupes (un peu comme les algorithmes d’arbres ou de halos colorés plus haut). Cette procédure mélange tous les textes, et peut par exemple rapprocher des répliques qui auraient été éloignées dans le découpage par rôles, ce qui produit une nouvelle partition automatique dont on peut présenter les mots spécifiques. Le placement spatial des mots est une AFC de Benzecri, il ne faut regarder que les distances relatives, les orientations haut-bas ou gauche-droite ne sont pas significatives.

Il s’en dégage plusieurs thèmes assez clairs : la farce et la bastonnade des coquins en bleu ; les affaires d’argent et de mariage en violet ; la galanterie des cœurs, vœux, choix, amour, comme dans le Misanthrope en vert. Le nuage gris regroupe les scènes des pièces à musique. Enfin, le nuage rouge peut être plus surprenant pour ceux qui ne connaissent pas toute l’œuvre, Molière a pu être critique de lui-même (La Critique de l’École des femmes, 1663), ou mettre sur scène des comédiens jouant leur rôle (l’Impromptu de Versailles, 1663). Les classes constituées artificiellement peuvent aussi être explicitées par leurs métadonnées les plus spécifiques, confirmant le sens dégagé à partir des seuls mots.

IRaMuTeQ, Molière, classification Reinert des métadonnées

Conclusion

La typologie sociologique des rôles — père, mère, fils, fille, valet, servante, extérieur — répartit bien les mots les plus fréquents de Molière, et notamment l’articulation subtile des pronoms personnels ; mais cette théorie juste peut très bien ne pas être le seul axe qui organise les pièces de Molière. Les statistiques lexicales ont beaucoup de peine à montrer les absences, car elles sont toujours relatives à un contexte. La classification Reinert permet de cartographier toute l’œuvre, révélant des pans entiers qui ne sont pas régis par la lutte des sexes et des rangs autour du mariage. Dans les galanteries de Cour et autres mondes imaginaires, des jeunes gens éternels convolent également sans s’inquiéter d’argent.

Un marxisme vulgaire aurait dit que les pastorales insouciantes sont bourgeoises, alors qu’elles présentent surtout des princes et des bergères. Il n’y a pas de bourgeois éternel, mais par contre, on manque une dimension fondamentale de la littérature si on oublie qu’elle veut aussi faire rêver, et que ce rêve montre en creux les lois qui pèsent sur le réel. Ces fictions sont d’ailleurs des utopies qui peuvent conduire l’histoire, ainsi on peut dire qu’en occident, la croissance des 30 glorieuses jusqu’aux années 1970 a abouti à une société galante où le revenu du travail et la contraception ont laissé du temps pour le badinage et les peines de cœur. Mais dans le Capitalisme au XXIe siècle, Piketty annonce une société de croissance lente, avec chômage de masse, et retour à l’héritage comme rare accès à l’autonomie financière. Désormais, les enfants, et plus seulement les fils, vont devoir s’entendre avec leurs parents jusqu’à l’âge de 50 ans, selon l’espérance de vie actuelle, avant de pouvoir en hériter. À noter, c’est au-delà de l’âge de fertilité des femmes, ce qui annonce de tristes marchandages matrimoniaux. Si les domestiques n’habitent plus avec leurs maîtres, c’est que les appartements sont trop petits, mais la nuée des livreurs et aides-soignantes grossit autour des consommateurs qui peuvent se les payer. Il y a sans doute un nouveau théâtre à écrire, mais il n’est pas certain qu’il sera comique, parce que ce nouvel ordre social est encore instable et à peine conscient.

IRaMuTeQ est un excellent outil, fondé sur des algorithmes robustes, cette exploration d’une œuvre connue en valide les fonctionnalités, on regrette que l’équipe ne trouve pas le temps de sortir une nouvelle version, plus polie dans les recoins. Mais remercions les d’avoir rendu leur logiciel librement disponible, avec en plus des exemples d’utilisation. Ce billet est une contribution similaire, pas seulement pour promouvoir le logiciel, mais surtout la démarche d’objectivation des textes dont il est la concrétisation. Pour le lecteur qui veut poursuivre ses expérimentations, ce billet a été l’occasion de remettre en ordre une collection de théâtre et de romans encodés au mieux pour IRaMuTeQ.

Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

More Posts - Twitter - Flickr


Publié par Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.