Catalogue, chercher le littéraire, du papier au numérique

Michel Bernard et Alexandre Gefen m’ont invité au séminaire « Le littéraire, du papier au numérique » (Paris III, le 14 novembre 2017), afin de partager mes explorations bibliométriques du catalogue de la BnF (dans sa version data.bnf.fr, ce billet peut d’ailleurs servir d’introduction à ce que j’ai pu déjà écrire ici ou ). En quoi cet objet serait intéressant ? J’en suis convaincu, je me trouve forcément passionnant, mais ma vanité doit se rendre à la raison budgétaire, cela ne justifie pas d’occuper 2 heures de cours dans une formation. Je voudrais m’efforcer d’être utile aux étudiants. La notice du « Master 2 recherche Lettres modernes » propose une liste de débouchés professionnels : enseignement, et autres concours administratifs ; édition, journalisme, et autres industries culturelles ; recherche. Inégalement attirantes, ou accessibles, qu’est-ce que ces professions ont un commun ? La fréquentation des textes, et des auteurs, forme certainement l’esprit ; mais il s’agirait d’appuyer sur une compétence à la fois plus précise, et pourtant transversale, utile à tous ces métiers.

Ce billet relève de la critique historique de sources quantitatives, afin de mesurer les biais d’un catalogue, et ne pas prendre la politique d’une bibliothèque pour un phénomène culturel. Cet exercice méthodologique pourrait intéresser le journalisme de données. Afin de comprendre l’organisation de ces informations, il est nécessaire de parcourir l’histoire du catalogage, du papier à Internet. Les futurs chercheurs, usagers intensifs de ces instruments, pourraient en tirer parti. Les métiers du livre s’intéresseront probablement aux projections séculaires de la production imprimée. L’enquête montrera enfin comment le littéraire n’est pas un domaine évident à délimiter (automatiquement), ce qui peut rendre plus indulgent à l’égard d’élèves qui le découvre. Avec ses formalismes, et ses statistiques, la compétence transversale exercée ici est peut-être l’esprit de géométrie, appliqué à un objet familier des littéraires. Cette étude souhaite en effet s’inscrire dans une idée des humanités numériques qui commence bien avant l’ordinateur, avec des sciences humaines quantitatives comme la démographie, la sociologie de Durkheim, ou l’histoire des annales.

Informatique du papier

Un catalogue est une série de notices représentant une collection de documents.

Catalogue vient du grec, comme catastrophe ou catapulte, qui désignait déjà presque tout ce que ces mots sont pour nous. À Athènes, le κατάλογος était la liste des citoyens mobilisables pour le service militaire. Aristophane le mentionne dans Les Cavaliers, une comédie de jeunesse, où le vieux Démos est tiraillé entre deux démagogues. Au dénouement, le peuple retrouve sa jeunesse et la force de la justice, il promet :

Nul hoplite inscrit au catalogue ne sera ajouté au registre civil par faveur, il restera dans sa liste comme il doit l’être. (Aristophane, les Cavaliers, v. 1369-1371)

Un catalogue contient des individus égaux qui ne peuvent sortir de leur rang sans privilège injuste. Le verbe enrôler relève d’une même réalité matérielle, le rôle médiéval était un rouleau de parchemin qui servait à inscrire les gens d’armes mobilisables dans les féodalités, des comptes, des titres (de propriété), des actes (les Rolls of Parliament anglais), toutes sortes de listes officielles, et notamment, l’ordre des causes à plaider dans une cour de justice, la parole était ainsi donnée, à tour de rôle, comme au théâtre. Le préfixe κατά, beaucoup plus productif en grec que dans nos langues, ajoute le sens d’un mouvement vers un but, une fin, par exemple dans catastrophe, ou ce joli mot rare καταβίωσις, catabiose : « vieillesse ». Le catalogue est non seulement ordonné, mais complet, fini.

National Union Catalog Pre-1956 Imprints, 754 volumes, 40 mètres, 3 tonnes.

Le plus grand catalogue du monde est probablement le National union catalog, pre-1956 imprints, une initiative de la bibliothèque nationale américaine (Library of Congress, LoC) pour recenser tous les imprimés d’avant 1956 dans les bibliothèques américaines et canadiennes. Il en résulte 754 volumes d’environ 700 pages, 40 mètres linéaires, 3 tonnes, compilés et imprimés de 1968 à 1981 (Le Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale : auteurs, 1897–1981, ne fait que 231 volumes). Avant la télématique, ces ouvrages permettaient de faire connaître les fonds disponibles auprès des autres grandes bibliothèques. Les ouvrages sont rangés par auteurs, puis par titres, les anonymes sont placés dans l’ordre alphabétique général selon leur titre. La rigueur de l’ordre dans un catalogue imprimé produit nécessairement du dérangement, des exclus, et des enfants trouvés. Ainsi, 9% des volumes (69) du NUC sont des suppléments. Des suppléments aux suppléments auraient pu être imprimés si l’informatisation n’était pas intervenue avant. Parce qu’il se donne un but, le catalogue est nécessairement incomplet, imparfait. Dans l’idéal, il faudrait le recopier continuellement pour pouvoir insérer les nouveaux enregistrements, et corriger les anciens. Dès l’origine, c’est un problème informatique.

The National union catalog, pre-1956 imprints, V. 684 ZILLIACUS, KONNI (M) – ZOLA, EMILE (TEREZA), p. 684, extrait : Zola, Fécondité en anglais, et une traduction en hébreu.

Les volumes du NUC n’ont pas été composés, ni au plomb, ni en photocomposition, et ni au traitement de textes ; les pages photocopient des notices d’époque. Les bibliothèques américaines avaient standardisé leur fiches cartonnées depuis la fin du XIXe siècle (horizontal 5×3 pouces), permettant un agencement régulier des pages en 3 colonnes. Dès 1901, la LoC distribuaient ses notices imprimées auprès des bibliothèques américaines, fiches qui devinrent le noyau de son NUC. Le catalogue entre ainsi en dialectique avec le fichier. La bibliothèque commence par le registre des acquisitions, où chaque titre est inscrit dans son ordre d’entrée. Très vite, il devient utile de chercher par auteur (sinon par titre), si bien qu’il faut réécrire régulièrement le catalogue. La fiche est une représentation plus légère du document, elle se réordonne plus facilement et peut même se dupliquer.

[Les exemples] étaient écrits sur de petits carrés de papier, portant chacun le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage, la page ou le chapitre. Chaque écrivain formait un paquet de ces carrés, déjà rangés alphabétiquement. Cela dut être transformé en un arrangement alphabétique général [de la nomenclature des mots]. Cette besogne toute matérielle, dont je me chargeai, m’occupa pendant plus de trois mois plusieurs heures par jour.  (Littré, 1880, Comment j’ai fait mon dictionnaire)

La fiche est un instrument intellectuel. C’est ainsi que les lexicographes, dès Du Cange (1610–1688), rédigent leurs dictionnaire sur fiches, afin d’ordonner une matière qui au cours des recherches en bibliothèque, ne se présente pas dans l’ordre où elle doit être exposée. Mais ce « tas de petits papiers » n’est pas encore un fichier. Linné (1707–1778) est crédité d’avoir inventé la fiche standardisée, stockée dans un meuble dédié. La rigueur classificatoire du Système de la Nature doit certainement beaucoup à ce procédé technique permettant de rebattre les cartes des espèces selon une nouvelle hypothèse.

Linné (1707–1778), fiches d’espèces.

La fiche a été un instrument intellectuel important, jusque même Lévi-Strauss, qui projetait d’analyser tous les mythes en cartes de mythèmes, dont il pourrait librement tester la combinatoire. Cette matérialité de la recherche peut nous sembler triviale, désuète, tant nous vivons dans un nuage d’informations binaires, mais ceux qui programment et produisent ce monde virtuel se posent exactement les mêmes questions que les manipulateurs de fiches. Il n’y a pas de rupture intellectuelle entre le papier et le numérique, mais une accélération.

Il est fâcheux que les conditions précaires de la recherche scientifique en France ne permettent pas, pour l’instant, de pousser plus loin le travail. Les textes mythiques sont extrêmement volumineux. Leur analyse en unités constitutives exige un travail d’équipe et un personnel technique. Une variante de dimension moyenne fournit plusieurs centaines de cartes. Pour découvrir la meilleure disposition de ces cartes en colonnes et en rangées, il faudrait avoir des classeurs verticaux d’environ 2 m. × 1,50 m., garnis de casiers où l’on puisse répartir et déplacer les cartes à volonté. Et dès qu’on se propose d’élaborer des modèles à trois dimensions, pour comparer plusieurs variantes, autant de classeurs que de variantes sont nécessaires, ainsi qu’un espace suffisant pour les mouvoir et les disposer librement. Enfin, si le système de référence fait appel à plus de trois dimensions (ce qui risque de se produire rapidement, comme on l’a montré p. 242) il faut recourir aux cartes perforées et à la mécanographie. Sans espoir, pour le moment, d’obtenir même les locaux indispensables à la constitution d’une seule équipe, nous nous contenterons de présenter trois remarques, en guise de conclusion à cet exposé. (Lévi-Strauss, 1955, Anthropologie Structurale I, « Chapitre XI, La structure des mythes »)

Bibliothèque Sainte-Geneviève, le catalogue capsenthétique (1851), réputé premier fichier de bibliothèque avec cartes normalisées (parfois à jouer), montées sur tringle.

La bibliographie américaine reconnait une origine français à la fiche bibliographique, ils traduisent encore1 l’Instruction pour procéder à la confection du catalogue de chacune des bibliothèques sur lesquelles les directoires ont dû ou doivent incessamment apposer les scellés, 1791, 15 pages2. Ce petit guide vaut la peine d’être lu intégralement, il respire l’urgence de classer les biens saisis à l’église catholique, de ne rien en perdre, par l’inventaire. La méthode est simplifiée pour pouvoir mobiliser rapidement des gens peu formés, pourvu qu’ils aient « quelque teinture des lettres ».  Les livres ne sont pas déplacés de leurs armoires, « on a recommandé aux personnes qui seront chargées de dresser les catalogues, de se dispenser de réformer le désordre qu’elles pourroient remarquer dans les bibliothèques où elles seroient appelées » ; les volumes sont d’abord numérotés, dans l’ordre des étagères, avec un fichet, sorte de signet portant le numéro. Ensuite, pour chaque volume, on renseignera une carte à jouer, fiche cartonnée normalisée facile à trouver, dont le dos est blanc.

1791, Instruction pour procéder à la confection du catalogue de chacune des bibliothèques sur lesquelles les directoires ont dû ou doivent incessamment apposer les scellés.

Les exemples de cartes bibliographiques ci-dessus, données dans l’Instruction, indiquent les zones de la fiche. Le haut est réservé « dans le cas où les comités désireroient faire ajouter quelques numéros ou notes ». Le bas permet d’indiquer le lieu de conservation selon une forme abrégée du général au particulier : numéro du département, commune, établissement. Le corps commence par la cote, en plus gros, puis l’auteur, le titre, la date, et une description matérielle intéressant moins la science que le trésor public, en insistant sur les volumes en vélin, parchemin, grand papier, ou au contraire, les ouvrages abîmés ou incomplets. Le point en bas à gauche, scrupuleusement réservé avant toute écriture, permet d’enfiler une aiguille avec un fil ciré. Les cartes d’inventaire sont alors rangées en ordre alphabétique des auteurs et des titres, comme un trousseau de cartes, et deviennent un catalogue, envoyé à Paris, pour alimenter un catalogue collectif.

IFLA, 2011–2013, Full ISBD Examples, Chinese 9 — Book

La métaphore organisationnelle de la fiche sert toujours à la norme ISBD, International Standard Bibliographic Description, qui est à la base des formats informatisés *MARC. 8 zones, c’est un peu plus que l’Instruction de 1791, mais même en chinois, on pourrait presque deviner l’usage de chaque partie de la notice.

  • 0. Forme du contenu, type de médiation  (audio, texte…)
  • 1. Titre et mention de responsabilité
  • 2. Édition
  • 3. Zone spécifique pour certains formats
  • 4. Publication, production, distribution, etc…
  • 5. Description matérielle
  • 6. Collection
  • 7. Notes
  • 8. Identificateur et modalités d’acquisition
    (IFLA, BnF, 2013 ; ISBD, traduction française)

Le catalogue est une pure forme logique dont l’application demande une normalisation technique (taille des fiches, définition et position des champs), c’est aussi une organisation économique et politique. Ainsi, avec le lieu de conservation et la cote, la carte révolutionnaire identifie un document, sa notice officialise son existence, et donc la possibilité de sa perte. Au même moment (1790), la Convention demande aux communes un recensement  individualisé et nominatif de la population, à des fins fiscales et militaires ; alors que durant l’Ancien-Régime il se faisait encore par feux (foyers). Tous y sont inscrits, les riches ne peuvent pas se soustraire à leurs obligations militaires par l’argent, du moins, jusqu’à une loi de 1804 où ils purent se faire remplacer par des pauvres en les payant devant notaire, un Aristophane n’aurait pas manqué d’ironiser. Les méthodes de l’inventaire se développent dans le même contexte que celles du recensement, et font violence aux bibliothèques organiques patiemment constituées, vivantes comme des villages. La Bible n’est pas traitée autrement qu’un traité de droit. Elle a beau porter le numéro 1 (deuxième exemple de l’Instruction), la carte du premier livre dans l’ordre des rayons sera rangée à sa place dans l’ordre alphabétique, à la lettre B, comme les autres. Le catalogue est un monde fictif, de droit, où toutes les cartes sont égales et individualisées, sans égard pour les disparités d’importance, et les communautés reliant les auteurs, les textes, et leurs lecteurs. Mais l’indivision théorique se complique vite, faut-il par exemple compter séparément volumes matériels, ou les regrouper ? L’Instruction impose une règle claire : une carte par titre, même pour plusieurs volumes. Cependant, pour une bibliothèque de prêt, un tome 2 peut être emprunté sans le tome 1. À la Recherche du temps perdu est une seul œuvre, avec plusieurs titres, dont certains furent publiés en plus d’un tome. Sodome et Gomorrhe I entre au dépôt légal en 1921, il portera une cote différente de Sodome II arrivant un an après, le fichier doit portant garder le lien ; ainsi qu’avec toutes les rééditions postérieures, même selon d’autres tomaisons ou compilations, comme par exemple un volume de La Pleiade. La multiplication des titres, et la dématérialisation numérique des fiches, ouvre de nouveaux problèmes, imposant de plus en plus un modèle ou la relation n’est plus l’exception, mais la règle. Le catalogue se distingue définitivement de ses origines grecques et des registres, passant d’une mathématique des séries, à celle des réseaux.

Dématérialisation et parcours de réseaux

Un catalogue sert à trouver des documents par des clés dans les notices.

L’informatique a commencé bien avant l’ordinateur, ainsi les fiches papier dématérialisent les volumes, peuvent être recopiées, ce qui permet de produire plus d’un instrument de recherche, découplé du rangement physique des documents. Fichiers rangés par auteurs, matières, dates (ex : périodiques)… ; plusieurs zones de la notice peuvent devenir une entrée. Assurer l’ordre lexicographique selon un champ impose d’en normaliser le contenu, ainsi les noms de personne sont mis dans l’ordre « Nom, Prénom (dates) », les titres sont triés sur le premier mot significatif en rejetant les articles à la fin, ainsi la même entité doit s’écrire de la même manière dans toutes les fiches, pour devenir une clé. Afin d’en assurer l’unicité, et pour se repérer plus rapidement dans un fichier des documents, les clés sont consignées dans des notices d’autorité, elle aussi rangées dans un fichier. On consultera ainsi la liste des auteurs pour savoir si par exemple le philosophe Alain est rangé à A ou à Chartier, Émile ; avant d’aller ouvrir les tiroirs des documents. L’ordinateur ajoute une souplesse supplémentaire aux fiches en accélérant l’accès, jusqu’à l’immédiateté d’aujourd’hui. Cette vitesse de circulation entre les identifiants autorise à penser autrement les articulations, comme par exemple le modèle FRBR3, ou à imaginer de nouvelles interfaces.

En 1876, Charles Cutter chercha à penser rationnellement la structure d’un catalogue4, selon une hypothèse sur les souhaits des usagers, variant notamment selon les établissements publics, bibliothèques pour lire, ou pour étudier. Réordonnée et adaptée très légèrement, la liste imbriquée reste encore très significative.

  • Retrouver ce qu’on cherche par :
    • auteur
    • titre
    • sujet
    • date…
  • Assister au choix selon :
    • auteur,
    • genre,
    • éditeur et collection,
    • sujet…
  • Évaluer le contenu d’une bibliothèque par :
    • auteur,
    • sujet…

120 ans après, l’IFLA (International Federation of Library Associations and Institutions, dans un texte actuellement fondateur : 1998, Functional Requirements for Bibliographical Records5 (FRBR), adapte le même plan apparemment déductif, proposant un modèle documentaire répondant aux usages d’un catalogue informatisé. Les 4 verbes souvent répétés semblent clairs : find, identifiy, select, obtain (trouver, identifier, sélectionner, obtenir), mais les explications sont beaucoup plus confuses.

[1] utilisation des données afin de trouver les documents qui correspondent aux critères de recherche exprimés par l’utilisateur (par exemple, la recherche de tous les documents relatifs à un sujet donné, ou bien la recherche d’un enregistrement paru sous un titre déterminé) ;
[2] utilisation des données afin d’identifier une entité (par exemple, pour obtenir confirmation que le document décrit dans une notice correspond bien à celui que recherchait l’utilisateur, ou bien pour établir une distinction entre deux textes ou deux enregistrements qui portent le même titre) ;
[3] utilisation des données pour choisir une entité qui soit en adéquation avec les besoins de l’utilisateur (par exemple, pour choisir un texte rédigé dans une langue que l’utilisateur comprenne, ou une version de logiciel qui soit compatible avec le matériel et le système d’exploitation dont il dispose) ;
[4] utilisation des données pour avoir accès (à titre gratuit ou onéreux) à l’entité décrite (par exemple, pour lancer une commande de document édité, pour demander le prêt d’un exemplaire figurant dans les collections d’une bibliothèque, ou bien pour consulter en ligne, à distance, un document numérisé sur un autre ordinateur).
(FRBR, 2.2)

[1] Trouver  se comprend bien ; [3] choisir une version semble un cas particulier de recherche avec filtrage sur le champ langue, ce que propose déjà un catalogue imprimé en ordre auteur, titre, langue (cf. NUC plus haut) ; [4] l’accès aux exemplaires, le prêt ou la vente, est un problème de gestion ; [2] identifier est pour l’instant incompréhensible. L’ordre caché de cette énumération n’est pas perceptible parce qu’elle ne cherche pas à analyser des usages, mais à justifier le modèle théorique présenté ensuite, par ce que des usagers seraient sensés attendre. La mauvaise foi intellectuelle de ce raisonnement est plutôt inattendue chez des bibliothécaires. Philippe Le Pape (Chargé de mission Normalisation à l’Abes, Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur) le dit assez franchement : « les FRBR sont censées adopter le point de vue de l’usager (il faut admettre cependant qu’aucun usager n’a été consulté durant les travaux) »6 . FRBR s’articule principalement autour d’une colonen vertébrale documentaire de 4 entités : work (is realized through) expression (is embodied in) manifestation (is exemplified by) item.  La traduction française n’aide pas vraiment à comprendre la distinction entre expression et manifestation, ou bien realized, embodied, et exemplified : « une œuvre (trouve sa réalisation dans) une expression (qui se concrétise dans) une manifestation (représentée par un) item ». Nous assistons à une théologie de l’œuvre qui participe au monde par le truchement de deux armées d’anges hiérarchisées, les expressions, et les manifestations. Les dieux FRBR ne se manifestent jamais sans s’exprimer, ce qui relève d’une théologie du verbe que d’autres religions pourraient contester, mais un exemple serait plus loyal.

Homère, Odyssée, traduction nouvelle par Leconte de Lisle, Paris : A. Lemerre, 1868.

Prenons en main une manifestation (niveau 3), la traduction de l’Odyssée par Leconte de Lisle dans son édition originale de 1868, présente dans le catalogue de la BnF par au moins 3 notices et 9 exemplaires, dont deux avec la même cote. Les lieux de conservation donnent un indice : Tolbiac – Rez-de-jardin – magasin ; Richelieu – Arts du spectacle – magasin ; Arsenal – magasin ; Arsenal – magasin de la Réserve ; Gallica. Par précaution, une notice originale du catalogue de l’Arsenal a été conservée (le doublon), et une notice pour la version électronique a été ouverte, mentionnant l’exemplaire papier qui a du être envoyé à la numérisation, la troisième notice fusionnant au mieux les exemplaires entre Tolbiac, Richelieu et l’Arsenal. Courage à tous les bibliothécaires, leur tâche est séculaire, mais il faut bien constater que le 4e niveau FRBR, item, demande encore du travail, alors qu’il ne pose aucun problème théorique. La suite de l’analyse devient plus problématique. L’Odyssée est certainement l’œuvre (niveau 1) à laquelle rattacher ce livre, mais cette traduction de Leconte de Lisle n’est plus lue comme une traduction de référence d’Homère, et peut même être apprécié comme une œuvre à part entière du poète. Ceci s’accorderait d’ailleurs avec la définition juridique du droit d’auteur en Europe continentale, où les traductions sont légalement protégées, ce qui en fait des œuvres. Ainsi, la traduction de Jaccottet (1925–…), qui n’est pas mort depuis plus de 70 ans, ne peut pas être reproduite librement, si bien que celle de Leconte de Lisle se trouve dès lors décliné sous de très nombreuses formes : abrégées, scolaires, livres électroniques gratuits, illustrées… L’analyse de l’entité œuvre apporte d’autres surprises, aucun attribut n’est prévu pour indiquer une langue. Par contre, on pourra préciser l’audience (adultes, enfants…), alors qu’il s’agit notoirement d’un motif d’adaptation. Les attributs d’une manifestation ne possède pas non plus de champ pour indiquer la langue, cette propriété ne peut être précisée que dans une entité expression (niveau 2). L’effet produit peut s’observer dans  Databnf, première interprétation massive du modèle FRBR (en syntaxe RDF)7. Les champs d’information des notices MARC sont éparpillés et répliqués pour remplir les cases du modèle. Il est obligatoire de créer un nœud expression pour indiquer la langue. Est-ce que cette poignée apporte des regroupements intéressants, pour par exemple traquer les rééditons d’un même texte ? Il y a exactement le même nombre de manifestations et d’expressions, 8 911 112, une relation 1–1, sans aucun apport informationnel. Le nœud est obligatoire pour y raccrocher 7,6 % des documents (677 039) à 189 626 autorités titres (rebaptisées œuvres).

FRBR, relations primaires.

Le texte même du modèle FRBR est subtil et permettrait des articulations plus fines, « lorsque l’intervention sur une œuvre implique un degré significatif de recherche intellectuelle ou artistique autonome, le résultat en est réputé être, pour les besoins de la présente étude, une nouvelle œuvre » (FRBR 3.2.1). Il faudrait oublier l’étage expression, ajouter un attribut langue aux manifestations, et continuer l’indexation des œuvres comme sujet d’un document. Ce modèle est permis par la norme, mais les images ont une force de conviction qui produisent l’inconscient de ce qui est considéré comme normal.

Le Pape, Philippe ; Ar(abes)ques 87, 2017-10, p. (cercle rouge ajouté)

Le plus gros des évangélistes FRBR reprennent les mêmes exemples dans leurs diaporamas, imposant cette chaîne hiérarchique de l’œuvre à l’item, comme si tout document émanait d’une œuvre. Est-ce que Le Petit futé d’Amiens 1987,  dirigé par Dominique Auzias, est l’expression d’une œuvre en français ? Il est pourtant au catalogue de la BnF8, comme 1223 autres titres de la collection, entrés par le dépôt légal. La plus grande masse des documents se suffisent largement de la relation manifestationitem.

La marche forcée à la FRBRisation risque de produire des méprises, et des déceptions chez les utilisateurs. Il ne suffit pas de renommer les champs pour créer magiquement de l’information. Ainsi, l’indexation titre est de plus en plus proposée comme la liste des œuvres d’un auteur par la BnF, sur Databnf, ou le catalogue général. Mais les procédures ne sont pas du tout synonymes. Les autorités titres proviennent de l’indexation des études sur une œuvre, ensuite répercutées (dans la mesure du possible), aux éditions de cette œuvre. Mais cela ne signifie absolument pas que toutes les œuvres d’un auteur ont fait l’objet d’une étude spécifique. Soit par exemple la notice d’autorité de Denis de Rougemont9, auteur de l’Amour et l’Occident et plusieurs dizaines de monographies. Le lien « Œuvres de l’auteur » ne propose qu’un titre : L’Avenir est notre affaire (1977) ; parce que c’est le sujet de Autour de « L’avenir est notre affaire » : les entretiens de Crêt-Bérard / textes réunis et présentés par Gérard de Puymège (1984). D’autres livres, plus réédités et traduits, auraient mérité d’être signalés. Pourquoi montrer un bouton œuvres aussi insatisfaisant dans le catalogue en ligne ? Est-ce un management des bibliothécaires par les réclamations des utilisateurs, ou une invitation discrète au crowdsourcing, remplaçant des postes manquants de catalogueurs par la contribution collective ? Il est certain que le regroupement des titres est hautement souhaitable, mais c’est un travail qui ne pourra pas se suffire d’automates. Des intelligences artificielles pourront apporter de l’aide, mais elles seront toujours programmées, entraînées, et validées, par des humains.

La présente étude pose en postulat que les données figurant dans des notices bibliographiques produites pour les bibliographies nationales et les catalogues de bibliothèques servent à une large typologie d’utilisateurs : lecteurs, étudiants, chercheurs, personnels de bibliothèque, éditeurs, distributeurs, revendeurs, courtiers en information, gestionnaires de droits liés à la propriété intellectuelle, etc. (FRBR, 2.2)

FRBR est compliqué parce qu’il concerne surtout : les « éditeurs, distributeurs, revendeurs, courtiers en information, gestionnaires de droits liés à la propriété intellectuelle, etc. ». Dans un contexte commercial américain, une œuvre a un sens juridique très clair, c’est Fifty Shades of Grey ; dont les droits sont négociés pour les traductions ou les adaptations au cinéma (expressions) ; fabriqués en poche, brochés, ou DVD (manifestations) ; vendus sur Amazon ou en VOD (item). Le droit d’Europe continentale demanderait un autre modèle, avec un lien fort entre l’auteur et ses œuvres, dont il doit partager la paternité avec d’autres, dès qu’elles sont traduites ou adaptées, produisant de nouvelles œuvres à l’intersection entre les personnes. La culture médiévale aurait un tout autre régime d’attribution, où le nom des vivants importe moins que l’autorité morte à dont une œuvre se réclame. Ces trois traditions, fréquentes dans nos collections, suffisent à montrer qu’un modèle documentaire n’est pas culturellement neutre, et que la bibliographie ne cache pas seulement de l’informatique, mais aussi, de l’économie, et de l’anthropologie culturelle.

Le modèle FRBR se déclinera prochainement dans une norme de catalogage, Resource Description & Access, RDA, successeur du standard anglo-américain ACCR2 (l’Anglo-American Cataloguing Rules, second edition), que la BnF semble promouvoir10, alors qu’elle n’est pas membre du comité et ne peut donc pas influencer la norme11. Mais heureusement, à la BnF, comme à l’ABES, des personnes en capacité de décision considèrent que « si son adoption [RDA] constituait bien pour la France un objectif, ses règles actuelles n’étaient pas satisfaisantes au regard de l’analyse et de la pratique catalographique françaises, voire constituerait une franche régression, assortie d’importants coûts humain et informatique. » (Frédérique Joannic-Setan, Directrice du Département des métadonnées, BnF ; David Aymonin, Directeur de l’Abes ; Ar(abes)ques, 87, p. 7). L’invitation à augmenter l’intégration relationnelle des catalogues est souhaitable, mais sans perdre l’indépendance de notre tradition, qui s’exprime par la contribution à des projets internationaux, comme l’a été UNIMARC, alternative, à l’époque, à USMARK. Les intérêts des « courtiers en information » et autres « gestionnaires de droits liés à la propriété intellectuelle » ont proposé leur modèle, leurs idées méritent l’examen, mais elles doivent maintenant être soumises à la critique de l’intérêt général.

Altavista, leader de la pertinence sur Internet, avant le pageRank de Google (début années 2000)

Les usages du catalogue ont aussi été influencés par l’irruption des moteurs de recherche sur Internet. L’utilisateur s’est habitué à des formulaires plus simples. Les bibliothèques n’avaient pas toujours les moyens technologiques de suivre, mais était-ce souhaitable ? Sur Internet, un document est accessible d’un clic, le texte peut être indexé, mais les métadonnées ne sont pas fiables, et parmi des milliards de documents, une grande partie reste invisible. Le but d’un moteur de recherche Internet n’est pas de rendre compte d’une collection, mais de satisfaire un désir avec une page. Un premier niveau d’algorithme était d’utiliser les mots du texte pour inférer le document le plus pertinent pour une requête, selon le modèle vectoriel de Salton (avant que Google ne fasse la différence en utilisant d’autres propriétés que les mots eux-mêmes, comme les le réseau des liens entre les pages, ou la réaction des utilisateurs du moteur).

BnF, Catalogue général, Recherche simple : Valéry

Une bibliothèque se situe a une échelle quantitative plus basse, des millions ou des milliers de références, mais ses documents sont généralement matériels, et donc le plein texte n’est pas disponible pour un score de pertinence. Un clic ne suffit pas à ramener un livre, des corps se déplacent, l’engagement et le temps par document trouvé est bien supérieur au web, particulièrement dans une bibliothèque de recherche. Est-ce qu’une requête Valéry dans le catalogue de la BnF va suffire à un chercheur pour se déplacer jusqu’à Tolbiac ? Premier résultat : « Weight watchers France, 2012, 180 recettes Weight watchers : saines et gourmandes de l’apéritif au dessert : + 2 semaines de menus / photographies de Valéry Guedes ». Cela s’explique par un score de pertinence calculé sur tous les mots de la notice ; comme elle est très courte, le mot Valéry y a beaucoup de poids, il est répété dans le champ titre et dans le champ auteur. Le résultat différent suivant est encore moins pertinent : « [Exposition. Vichy. 1988], Jacques Prévert poète et cinéaste : du 8 mars au 1er avril, Bibliothèque Valery Lartbaud, Vichy » (Bibliothèque Valéry Lartbaud, répété 3 fois, comme titre, auteur, et sujet). N’importe quelle personne de bon sens aurait pu voir l’absurdité d’un tel algorithme, et si le dispositif de la prestation l’avait permis, les bibliothécaires aurait su proposer des règles beaucoup plus pertinentes selon ce qu’ils connaissent de leur catalogue, par exemple : pour chaque mot de la requête, regarder dans l’ordre, s’il est dans l’auteur, le titre, un sujet ; pour les auteurs, les trier par nombre de documents associés ; de même pour les titres, et les sujets. Un algorithme de pertinence plein texte n’a pas de sens sur une notice, il vaut bien mieux s’appuyer sur la structure du catalogue pour dégager un score. Le champ unique ne serait qu’un raccourci pour pré-remplir le formulaire avancé traditionnel à plusieurs champs, qui doit rester la fierté de la bibliothèque. Google n’a aucun moyen de proposer une recherche par auteur. La grande innovation récente s’appuie justement sur les champs, ce sont les facettes, inventées pour les catalogues de produits (marque, prix…). La requête Valéry rend 9 111 notices peu satisfaisantes dans les premiers résultats, mais il est possible de filtrer par Accessibilité, Accès en ligne, Nature du document, Localisation… (quelle logique préside donc à cet ordre ?) et tout de même, Auteur, où Paul Valéry est en premier avec 1 266 notices de documents. Les facettes, ou la suggestion d’entrées dans un champ de recherche, sont des innovations venues Internet qui tirent beaucoup mieux parti des forces du catalogue.

Un modèle théorique comme FRBR, ou l’implémentation d’une fonctionnalité comme un tri de pertinence, ne peuvent pas se concevoir sans analyse de l’existant, et de ses perspectives. Les propriétés d’une notice documentaire peuvent être ainsi distinguées selon leurs dépendances : celles qui sont attachées au document et ne variant pas selon les contextes, celles qui dépendent d’une relation avec d’autres notices dans un catalogue, celles qui résultent d’une relation avec des usagers. La normalisation souhaiterait attacher le plus possible de propriétés au seul document, afin de diminuer le travail spécifique d’adaptation à un environnement. L’objet catalogué a ainsi des propriétés intrinsèques, qui ne doivent pas varier : le titre, la date, ou la description physique… D’autres propriétés, comme les auteurs, se réfèrent à des entités externes partagées avec d’autres documents. Le nom indiqué sur le document suffit à un humain pour identifier la personne, mais beaucoup de variations peuvent compliquer l’appariement automatique : fautes d’orthographe, homonymes, pseudonymes… Ainsi les auteurs antiques varient selon les langues européennes (Aristote, Aristotle, Aristotele, Aristoteles, Aristóteles…). La notice de document a ainsi des propriétés de relations qui peuvent dépendre de la langue de son catalogue. De grands systèmes bibliographiques, comme la BnF ou la LoC, ont établi des notices d’autorité pour les auteurs, avec plusieurs graphies possibles sous un même identifiant. L’ouverture des données depuis Internet a permis de fusionner ces référentiels, autorisant des identifiants uniques, universellement accessibles et vérifiables à l’échelle mondiale ; de simples adresses Internet (URL)12 , telles que celles offertes par VIAF, ISNI, ou Wikipedia et ses dérivés. Ceci permet à un document de pouvoir se séparer de son catalogue d’origine, et pourtant retrouver ailleurs ses relations à des personnes et des organisations. L’unification des titres, à laquelle invite le modèle FRBR, relève informatiquement d’un effort similaire, mais moins avancé, l’individualité des œuvres étant plus discutable que celle des personnes. Le souhait serait par exemple de pouvoir dresser automatiquement la liste de toutes les interprétations d’une cantate de Bach, dans tous les enregistrements sonores. Les œuvres, comme toutes les entités qui précisent un document, sont destinées à avoir une adresse universelle, et fixe. Toutefois, une notice doit parfois être adaptée à son public. Ainsi, les éditeurs produisent aussi leurs propres fiches descriptives de leurs produits, qui sont commercialisées par le service Electre13. Les médiathèques municipales apprécient souvent la notice éditeur, parce qu’elle comporte l’illustration de couverture, et une accroche de présentation. Ce texte est écrit pour attirer le public, il surprendrait dans une bibliothèque universitaire, mais l’informatique permet sans coût de conserver une information sans obligatoirement la montrer (contrairement à la place limité d’une fiche papier). L’indexation matières, aussi, doit s’adapter à son public. La hiérarchie Rameau de la BnF est parfois complexe, un centre de documentation de collège (CDI) lui préfèrera motbis14. Il suffit que les vocabulaires d’indexation soient identifiés pour choisir le plus à propos selon les contextes. Les notices pourraient ainsi progressivement s’enrichir par leur acclimatation à différents catalogues. Cela ne pose pas de problèmes techniques, mais plutôt organisationnels. Quelle autorité validerait et redistribuerait les suggestions ? Il y a aussi une conséquence juridique, notices et vocabulaires doivent alors être librement téléchargeables, et modifiables.

Un catalogue résulte donc d’une histoire des techniques, mais aussi des organisations, qui élèvent le nombre des notices, pour atteindre l’universalité actuelle d’Internet. La libération des données documentaire semble inévitable, la Bnf y contribue en offrant Databnf15, ou en participant à plusieurs référentiels internationaux. Mais il ne suffit pas d’abandonner les catalogues au crowdsoursing pour en assurer le développement durable et cohérent. Des professionnels critiques, aguerris, et conscients de la tradition qu’ils poursuivent, sont nécessaires pour déjouer les séductions techno-idéologiques, cachant assez souvent, des intérêts très particuliers de profits à court terme.

À la recherche du littéraire

Il semble techniquement simple d’ajouter un champ pour typer le genre d’un document, il devient plus complexe de maintenir des catégories qui traversent les siècles. La définition de la littérature, ou des belles-lettres, a ainsi beaucoup évolué, si bien qu’une étiquette posée à la date de publication pourrait ne plus avoir beaucoup de sens aujourd’hui. Et le présent n’est pas protégé du doute, les discours de Rousseau par exemple, relèvent ils de la littérature, ou de la philosophie ? Il ne suffit pas de lire une colonne pour trouver le littéraire dans le catalogue de la BnF, de l’astuce et des contournements seront nécessaires.

Cotation Clément (1684)
A. Biblia et Bibliorum interpretes
B. Liturgiæ
C. Sancti Patres
D. Theologi
E. Concilia et jus Canonicum
F. Jus civile
G. Geographi et chronologi
H. Historia ecclesiastica
I. Historia græca et romana
K. Historia italica
L. Historia germanica et belgica
M. Historia gallica
N. Historia anglica
O. Historia hispanica et indica
P. Historia miscellanea
Q. Bibliothecarii
R. Philosophi
S. Historia naturalis
T. Medici
V. Mathematici
X. Grammatici
Y. Pœtæ
Z. Philologi
–. Grands livres de figures

Nicolas Clément a proposé un système de cotation pour les exemplaires de la bibliothèque royale (1684), une lettre en préfixe, répartissant le savoir selon l’alphabet latin (pas de J, de U ni de W, 23 lettres). La religion prend 5 lettres (A–E), l’histoire 8 (H–P) ; elle est distinguée de ce que nous appelons littérature, placée en Y sous le titre de poésie, mêlant aussi le théâtre et le roman. Après deux siècles (1896), les déséquilibres sont devenus importants, il était nécessaire d’ouvrir de nouvelles catégories, et particulièrement pour la littérature.

Cotation Clément, extension de la catégorie Y Poésie (1896)
Y. Introduction et généralités de la poésie
Ya. Poésie orientale
Yb. Poésie grecque
Yc. Poésie latine
Yd. Poésie italienne
Ye. Poésie française
Yf. Théâtre français
Yg. Poésie espagnole et portugaise
Yh. Poésie allemande
Yi. Poésie néerlandaise
Yk. Poésie anglaise
Yl. Poésie scandinave
Ym. Poésie slave
Yn. Poésie celtique
Yth. Théâtre
Y2 . Romans

Cette catégorisation très ancienne a longtemps dispensé la bibliothèque nationale d’un système de classification universelle, type Dewey16. Les lettres Clément ont fonctionné jusqu’au déménagement des collections à Tolbiac (1996), il existe désormais plusieurs types de cotations dans le catalogue général, un transitoire de 1996 à 1998, un définitif depuis, mais aussi les cotes de la Bibliothèque de l’Arsenal, sans compter les microfiches, les enregistrements audios, les textes numérisés, les pièces d’archives… 17. Quand on passe en revue des séries chronologiques pour un auteur, par exemple Albert Camus, les patrons identifiants manifestent la diversité des collections, et la lettre Clément peut varier pour un même titre. Le Mythe de Sisyphe en 1942 est classé  Z (Polygraphie et mélanges), à partir de 1946, ce sera R (Sciences philosophiques, morales et politiques), puis après la mort de l’auteur en 1961, de nouveau Z, mais Y (Littérature) pour une traduction allemande de 1967, ou R pour une traduction italienne de 1971. Ces variations sont en elles-mêmes significatives, un intellectuel français est classé comme essayiste au pays de Kant et d’Hegel, ou comme philosophe pour l’humanisme latin. Depuis octobre 2017, la BnF ouvre un accès à toutes les notices du catalogues général (selon le protocle SRU18 ). Relativement à Databnf, ce nouvel accès libre et total  permet d’obtenir les informations d’exemplaire, et donc la cote Clément. Il n’a pas été possible d’apprivoiser ces nouvelles données pour ce billet, elles le seront pour un autre.

  • 000 – Informatique, information, ouvrages généraux
  • 100 – Philosophie, Parapsychologie et Occultisme, Psychologie
  • 200 – Religion
  • 300 – Sciences sociales
  • 400 – Langues
  • 500 – Sciences de la nature et Mathématiques
  • 600 – Technologie (Sciences appliquées)
  • 700 – Arts, Loisirs et Sports
  • 800 – Littérature (Belles-Lettres) et techniques d’écriture
    • 800 – Généralités sur la littérature et les techniques d’écriture
    • 810 – Littérature américaine de langue anglaise
    • 820 – Littératures anglaise et anglo-saxonne
    • 830 – Littérature des langues germaniques. Littérature allemande
    • 840 – Littérature des langues romanes. Littérature française
      • 841 – Poésie de langue française
      • 842 – Littérature dramatique française
      • 843 – Fiction française
        • 843.0 – Anthologies et analyse
        • 843.1 – des origines à 1400
        • 843.2 – XVe siècle
        • 843.3 – XVIe siècle
        • 843.4 – 1600–1715
        • 843.5 – 1716–1789
        • 843.6 – 1789–1815
        • 843.7 – 1815-1848
        • 843.8 – 1848–1900
        • 843.9 – XXe siècle
      • 844 – Essais de langue française
      • 845 – Discours de langue française
      • 846 – Correspondance littéraire, lettres de langue française
      • 847 – Humour, satire de langue française
      • 848 – Écrits divers de langue française
      • 849 – Littératures occitane, provençale
    • 850 – Littératures italienne, roumaine, rhéto-romane
    • 860 – Littératures espagnole et portugaise
    • 870 – Littératures des langues italiques. Littérature latine
    • 880 – Littératures des langues helléniques. Littérature grecque
    • 890 – Littératures des autres langues
  • 900 – Géographie, Histoire et disciplines auxiliaires
    (Classification décimale Dewey)

Depuis 1992, les documents de la BnF destinés au libre-accès utilisent la classification décimale Dewey, en se concentrant d’abord sur les documentaires, beaucoup de type textuels, et notamment les romans, ne sont pas catégorisés. Il est intéressant d’observer que pour aider le public à retrouver des livres dans les rayonnages, la BnF a préféré un codage différent de Clément. Un arbre de classement est destiné aux documents matériels, chaque embranchement doit être exclusif, évitant de répliquer les documents dans plusieurs catégories (ou de les remplacer par des notices de renvoi). La littérature est ainsi divisée en 10 domaines, de 10 genres, de 10 périodes ; la commodité doit supporter de l’artifice. Ces aires culturelles paraissent discutables, pourquoi le français relève seul des langues romanes, et pas l’italien, l’espagnol, ou le roumain ? Et où classer les traductions ? La Library of Congress emploie systématiquement ce cadre décimal, et range les traductions de romans français en 843 : « Fiction française », ainsi que les traduction de l’Odyssée en 883 : « Poésie épique et fiction grecques classiques ». Depuis 2000, la BnF a élargi Dewey aux documents entrés par le dépôt légal, quoique pas pour les romans, les albums pour enfants, ou les livres scolaires.

Cette notation a été ajoutée à la notice des auteurs, afin de qualifier leur domaine d’activité. Ainsi, Zola aurait exercé en 800 (Littérature) et 944 (Histoire de France, pour l’affaire Dreyfus) ; Flaubert : 800 ; Camus : 800 ; Voltaire : 100 (Philosophie) et 800 ; Rousseau : 100, 780 (Musique) et 800. Il serait donc théoriquement possible de retrouver la littérature par les document attribués à un auteur 800, mais malheureusement, cette indication ne concerne que 68 286 auteurs (dont 9 466 écrivains) sur 1,7 M personnes (4 %) ; la sélection risque d’informer plus sur les pratiques de la BnF que la place de la littérature à une époque.

Databnf, nombre de sujets Rameau indexé par titres de plus de 50 pages.

Dans les années 1980, la BnF a commencé à développer son vocabulaire d’indexation matières, Rameau, appliqué principalement aux documentaires (non fiction), à certains recueils de textes ; mais pas à la littérature19. Les termes ont été appliqués progressivement aux document entrant par le dépôt légal, un nombre résiduel est observable à des dates de publication antérieures, explicable par des acquisition postérieures ou des politiques d’indexation ciblées de certaines collections (images, partitions, manuscrits…). L’étiquette Roman est attachée à 5 422 titres, généralement des études littéraires sur le genre, mais pas à un seul des 2 102 Zola. Rameau se destine à un public difficile à trouver. Une bibliothèque spécialisée de mathématiques, par exemple, est classée par auteurs, accès le plus naturel aux chercheurs qui connaissent les noms importants de leur domaine ; un accès thématique concernera plutôt les quelques manuels destinés aux étudiants, dûment sélectionnés et mis à jour selon les programmes. L’accès au savoir est socialisé, rarement autodidacte. La tradition anglo-américaine est très différente. Sur Worldcat20, Germinal est classé comme political fiction,  Madame Bovary est une domestic fiction, et Le Rouge et le Noir, un bildungsroman. Ces catégories répondent à des attentes différentes, on imagine un lecteur explorer systématiquement le genre du roman de voyages, tombant par hasard sur Le Tour du monde en 80 jours, sans connaître Jules Verne. L’enseignement français de la littérature, et la presse, habituent à moins se soucier du genre que de l’auteur.

Après des décennies de catalogue papier, l’auteur est l’entité la plus solidement attachés aux documents. Il est ainsi possible de calculer le nombre de titres par personnes. Le palmarès de la bibliothèque nationale commence avec une surprise, Louis XIV signe 16 007 documents, et Louis XV, 12 324. Ils sont auteurs officiels de la loi du royaume, déposée dans leurs archives personnelles, la bibliothèque royale. Il existe ainsi des auteurs très prolifiques de leur vivant, et oubliés depuis, comme les paroliers, chansonniers ou librettistes : Paul Briolet (?–1937, 1 476 documents), Félix Montreuil (?–1928, 1 088 docs), Charles Blondelet (1825–1888, 1 284 docs)… En rangeant les auteurs par nombre de titres parus après leur mort, le palmarès comporte moins d’intrus qui n’écrivent pas eux-mêmes : Cicéron, Balzac, Shakespeare, Molière, Hugo, Voltaire, La Fontaine, Dumas, Virgile…21 . La littérature, ou plus globalement, les humanités en continuité avec l’antiquité, pourrait se définir comme les titres les plus souvent réédités. Cependant, cette métrique a des biais, plus un auteur est ancien, avec une œuvre importante, plus il a de chance d’être réédités. L’objectivité du chiffre ne dispense pas de tact dans l’interprétation, chacun de ces cas est particulier.

Databnf, réseau des co-auteurs.

Le réseau ci-dessus résulte d’un calcul un peu plus complexe. Un titre peut être signé par plus d’un auteur, notamment les recueils et les anthologies. Les auteurs qui apparaissent le plus souvent en collaboration sont les poètes, souvent repris en mélodies par des musiciens, et adaptés par des paroliers. On pourrait ainsi proposer cette définition purement formaliste de la poésie, texte pouvant être mis en musique. De même, on peut montrer que les auteurs qui sont le plus souvent liés à des films sont généralement les romanciers, d’où cette proposition de définition : roman, le genre textuel qui s’adapte le mieux en film. Ces relations sont moins précises qu’un étiquetage, mais ne relèvent pas d’une interprétation.

Conclusion

Le catalogue de la BnF s’est retenu jusqu’ici de qualifier la littérature. Le mineur de données regrette de ne pas avoir une colonne facile à projeter sur une chronologie, pour observer par exemple, la naissance et la mort des genres (comme Franco Moretti 2003 dans Graphs). Au lieu de regretter cette absence, il vaut mieux y réfléchir, et toujours supposer aux autres plus d’intelligence que l’on ne peut en avoir seul. Les variations d’effectifs d’une étiquette résultent-elles de l’histoire éditoriale, ou des pratiques bibliographiques ? Plus une donnée est élaborée, plus elle est susceptible d’interprétations variant selon les individus et les époques. Il est peut-être plus prudent, et plus fertile, d’explorer les propriétés les plus matérielles des documents, comme une archéologie qui n’est pas influencée par les valeurs de ceux qui laissent les vestiges, découvrant par exemple, les pratiques alimentaires ou mortuaires d’une majorité dont ne parlent pas les textes. Le type de document, ou le rôle d’une personne dans sa contribution, sont des informations sans interprétation, plus fiables à long terme, que des conjectures sur ce que serait une œuvre, son expression, ou la littérature. Les catalogues, initialement instruments au services des chercheurs pour accéder à des documents, peuvent ainsi devenir en eux-mêmes, le document d’une recherche. Cette perspective, évidemment marginale, peut cependant fournir quelques orientations désintéressées aux doctrines de catalogage.

Quelques lectures

Sur le sujet des notices, une réflexion de synthèse selon un autre axe :
— Gautier Poupeau, 2012, « Histoire(s) de notices », dans Lisette Calderan,  Pascale Laurent, Hélène Lowinger et Jacques Millet ; Le document numérique à l’heure du web, ADBS, pp.25-40, 2012, Sciences et techniques de l’information, 978-2-84365-142-7. https://hal.inria.fr/hal-00740295/

Un manuel de catalogage un peu ancien, mais qui va à l’essentiel :
— 1791, Instruction pour procéder à la confection du catalogue de chacune des bibliothèques sur lesquelles les directoires ont dû ou doivent incessamment apposer les scellés. 15 p. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64658219/

Expérience critique de FRBR à la bibliothèque de Fresnes
— Pierre Bournerie, 2017, Enrichir son portail et gérer les fichiers d’autorité : l’exemple de la BM de Fresnes. https://www.transition-bibliographique.fr/17-06-20-enrichir-portail-gerer-fichiers-autorite-exemple-bm-fresnes/

Un exemple d’exploitation d’une indexation genre en histoire littéraire, avec sa critique :
— Franco Moretti, 2003, Abstract Models for Literary History—1: Graphs.
— Cosma Shalizi, 2011, «Graphs, Trees, Materialism, Fishing», in Reading Graphs, Maps, Trees: Responses to Franco Moretti.

 

 

  1. Joseph Smally, « The French Cataloging Code of 1791: A Translation,Offsite Link » The Library Quarterly, 61, Number 1 (January 1991) 1–14. []
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64658219/ []
  3. [FRBR] Functional Requirements for Bibliographic Records, International Federation of Library Associations [IFLA], 1998 []
  4. Cutter, Charles. 1876. Rules for a printed dictionary catalogue []
  5. IFLA, 1998, https://www.ifla.org/files/assets/cataloguing/frbr/frbr.pdf []
  6. Ar(abes)ques 87, 2017-10, p. 6, http://www.abes.fr/Publications-Evenements/Arabesques/Arabesques-n-87 []
  7. http://data.bnf.fr/fr/opendata []
  8. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34412139m []
  9. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb11922790g []
  10. http://www.bnf.fr/fr/professionnels/rda/s.rda_objectifs.html []
  11. http://www.rda-jsc.org/archivedsite/members.html []
  12. Depuis 2005, la casuistique des URL, URN, URI, ou IRI, n’a apporté aucune fonctionnalité décisive, relativement à un lien qui répond aux humains et aux machines, une URL. Depuis 1998, les appels à un web sémantique, résumé à RDF, ont tenté de tirer les conséquences théoriques de ces identifiants mondiaux. 20 ans après, le dogmatisme formel des triplets s’est montré complexes pour les humains, et pourtant contre-performants pour les machines. La bibliographie doit se dégager de RDF pour tirer les conséquences documentaires des URLs selon sa propre tradition. []
  13. http://www.electre.com/ []
  14. http://www.cndp.fr/thesaurus-motbis/site/index.php []
  15. http://data.bnf.fr/semanticweb []
  16. https://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_décimale_de_Dewey []
  17. http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_catalogage_indexation/a.cotation_bnf.html []
  18. http://www.bnf.fr/fr/professionnels/recuperation_donnees_bnf_boite_outils/a.service_SRU.html []
  19. http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_catalogage_indexation/a.politique_indexation_recapitulatif.html []
  20. http://www.worldcat.org []
  21. http://obvil.lip6.fr/cataviz/palmares.php?orderpers=posthum []

Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

More Posts - Twitter - Flickr

Publié par

Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

2 thoughts on “Catalogue, chercher le littéraire, du papier au numérique”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.