Femmes de lettres, démographie (data.bnf.fr 2017)

Comme chaque année, la BNF offre en téléchargement une nouvelle version libre de son catalogue et de ses autorités, data.bnf.fr. Rappelons qu’il s’agit des notices publiques, et relues. Autrement dit, le catalogue général comporte d’autres enregistrements qui ne sont pas dans Databnf. Il est frustrant de se savoir privé de quelque chose, sans savoir ce que c’est. Étienne Cavalié (Lully) donne des précisions depuis l’intérieur de la bibliothèque, Databnf sélectionne 80% des notices de documents, et 50% des notices d’autorités. Que peut-on dire d’un iceberg avec sa seule pointe visible ? Il est imprudent de conclure sur sa taille absolue, par contre, on ne se trompe pas en affirmant que c’est de la glace. Databnf est ici projeté dans une base de données SQL (code en ligne), qui réagit assez rapidement pour produire des courbes séculaires à la demande, renouant 20 ans après avec ce qu’Emmanuel Le Roy Ladurie attendait d’un catalogue numérisé lorsqu’il dirigeait la BNF (1995). La livraison 2017 de databnf ne justifiait pas de réimporter la totalité des données, on ne le sait qu’après, le nombre de documents est identique à 2016, à la réserve de quelques corrections d’encodage. Le billet précédent sur ce sujet reste valable, pas celui de 2015 sur les personnes auteur. Ce texte cherche donc à réactualiser l’enquête démographique sur le catalogue, mais surtout, à répondre à un excellent billet de Pierre-Carl Langlais : Les femmes ont-elles disparu de la littérature en 1830 ? Il a ajouté une donnée encore indisponible dans Databnf, la cotation Clément, afin d’observer un genre textuel spécifique, les romans publiés entre 1700 et 1900. Il constate que la place des femmes dans la littérature n’est pas un mouvement continu mais varie selon les époques, avec une moyenne approchant parfois les 50% de romancières entre 1800 et 1830, pour 20 à 30% avant et après. Ses hypothèses d’explications invoque des causes externes (industrialisation de l’édition après 1830), difficiles à vérifier avec les données du catalogue. Je veux montrer ici que cet épisode de féminisation de la profession s’explique beaucoup plus par un abandon des carrières littéraires par les hommes, après la Terreur et l’Empire. Tous les graphiques programmés sont accessibles dans une application en ligne, en cliquant l’image, permettant à chacun d’explorer les données et se construire d’autres interprétations.

Avertissement — Depuis la publication de ce billet, Olivier Ritz y a répondu dans «La Terreur, la littérature et les femmes», Littérature et Révolution, publié le 18 août 2017, https://litrev.hypotheses.org/847. Meilleur connaisseur de la période, il pointe avec justesse plusieurs formules exagérées dans le présent texte. Elles furent écrites sans thèse préjugée, à la recherche d’une explication des données, dans un style assez net pour être réfutable. En ce cas, il faut accepter d’être réfuté, et ces phrases étant désormais citées, je ne peux plus les corriger, malgré mes regrets. Je me range derrière son explication plus fine de ce qu’il appelle la «période sans nom» (1780–1820). Mon propos n’est pas de soutenir des conclusions historiques sur 5 siècles de catalogue, science universelle bien prétentieuse, mon objectif est plutôt méthodologique : établir des chiffres, étalonner les limites de leur interprétation, attirer les spécialistes sur des anomalies. En ce sens, ce billet est une réussite, puisque la critique d’Olivier Ritz a permis d’améliorer plusieurs graphiques au bénéfice d’autres époques.

Critique des sources

Un article scientifique doit pouvoir se rendre falsifiable, et donc dire son fait. Cette section établira la fiabilité des champs Databnf par quelques chiffres globaux. Ces premières proportions ont une utilité méthodologique, mais ne doivent pas encore être interprétés. Ainsi par exemple, une proportion globale de femmes auteur sur tout Databnf ne signifie rien pour la Renaissance, car le nombre de documents déposés par an a beaucoup varié sur 5 siècles. Globalement, il augmente depuis les origines de l’imprimerie, de quelques centaines durant l’Ancien-Régime, à 12 000 en moyenne entre 1860 et 1960, pour atteindre 70 000 aujourd’hui. Cette croissance exponentielle doit toujours rester à l’esprit avant de hasarder une conclusion.

Databnf, 1500-2016, nombre de titres par an.

Sources — Les autorités auteurs peuvent concerner les organisations, ce billet se concentrera sur  les personne, qui se trouvent dans les fichiers compressés databnf_person_authors_{format}.tar.gz.

Sexe — On obtient 1,7 M de fiches personnes (contre 538 k en 2015), avec toujours au moins un nom. Les notices peuvent comporter un champ gender (homme ou femme, pas plus), renseigné à 70 %. Toute personne physique a théoriquement un sexe, l’information peut être complétée par une inférence sur les prénoms, et couvrir 93 % des noms. Les notices non récupérées n’ont pas de prénom, ou un prénom étranger inconnu des listes, et concernent généralement des noms qui ne sont rencontrés que sur un seul document. Sur ces notices genrées, 27 % sont des femmes, proportion surtout influencée par la masse des auteurs vivants.

Documents — La base complète permet de relier les auteurs à des documents, selon le rôle qu’ils y prennent. Ceci permet de se concentrer sur les personnes auteur principal d’un document écrit, et d’exclure les illustrateurs, traducteurs, ou les musiciens signant des partitions et des disques. Il y a 1,05 M de personnes avec au moins un texte attribué : 62 %, (2 ou + : 29 %, 10 ou + : 5,5 %), selon une proportion homme / femme de 74 % / 26 %.

Nations et langues — La BNF ne conserve pas seulement ce qui se publie en France, mais aussi beaucoup de documents étrangers. Les notices personne comportent un champ indiquant le pays principal d’exercice. 16% des auteurs ne sont pas rattachés à un pays, les apatrides ayant signé plus de 1 document sont 11%, et cela diminue rapidement. Plus un auteur revient dans le catalogue, plus sa notice aura l’occasion d’être complétée. 409 k auteurs sont rattachés à la France : 38 % (USA : 9,3 % ; Italie : 5,23 % ; Allemagne : 4,95 % ; Royaume-Uni : 4,94 % ; Espagne : 2,65 % ; Canada : 1,32 % ; Belgique : 1,1 %…). Les auteurs ont aussi une langue majoritaire, 460 k écrivent en français, 43 % (anglais : 23,14 % ; allemand : 8,14 % ; italien : 5,04 % ; espagnol : 4,19 % ; pas de langue : 2,88 %, notamment pour les documents iconographiques ; néerlandais : 1,09 % ; russe : 0,86 % ; arabe : 0,86 %…). Deux propriétés produisent nécessairement des intersections. Ainsi, les auteurs de France écrivent en français à 97 %, mais aussi dans d’autres langues, anciennes ou régionales qui ont leur importance pour les siècles passés ([sans indication] : 2,26 % ; latin : 0,30 % ; moyen français : 0,20 % ; anglais : 0,20 % ; occitan : 0,07 % ; breton : 0,07 % ; ancien français : 0,04 %…) Les auteurs francophones viennent majoritairement de France : 86 %, mais pas seulement ([sans indication] : 5,07 % ; Belgique : 2,07 % ; Canada : 1,58 % ; Suisse : 1,32 % ; Algérie : 0,41 % ; Maroc : 0,40 % ; Cameroun : 0,32 % ; Sénégal : 0,21 %…). Selon les siècles, il est délicat de décider qu’un colon québecois est déjà canadien, que Jean-Jacques Rousseau est suisse, que la Belgique existe avant 1830. Pour cette étude on considèrera donc ensemble les auteurs français et/ou francophones avec au moins un document attribué : 475 k, 28% de tout le fichier personnes. La proportion de femmes est stable dans ce sous ensemble : 27 %.

Dates — Mais les études de démographie historique commencent à devenir intéressantes avec des dates.  Une personne peut avoir une date de naissance, une date de mort, et des dates de publication ; mais les notices ne sont pas également renseignées. Beaucoup de dates sont approximatives, parfois à un siècle prêt (17..). Pour ne pas surcharger les décennies, il vaut mieux s’appuyer sur les notices avec des dates précise à l’année. Les projections peuvent se concentrer sur la naissance ou la mort, l’essentiel est d’avoir au moins une date, ce qui concerne 260 k = 57 % des auteurs français avec au moins un document.

Le catalogue de personnes est donc structuré par deux axes, la chronologie, mais aussi, le niveau de renseignement des notices, qui est fonction du nombre de documents signés. Assurer un nombre minimal de champs comparables conduit à se concentrer sur le haut de la pyramide, ce qui affecte la proportion de femmes (21 %). Cette population n’est donc pas homogène comme une démocratie électorale ou sondagière, la pure statistique doit être pondérée par un tact d’historien.

Population

Databnf, nombre d’auteurs vivants par an, ratio sexuel.

Méthodes démographiques — En considérant les auteurs du catalogue comme une population, on peut leur appliquer des méthodes démographiques conventionnelles. Un auteur sera dit vivant dans le paysage social à partir de sa première œuvre, jusqu’à sa mort. Si une personne n’a pas de date de mort, et une naissance après 1920, elle est considérée comme encore vivante actuellement. Ce calcul réagit vite à l’entrée de nouveaux auteurs dans la carrière, comme par exemple au moment d’une Révolution, par contre, il y a une grande inertie à la sortie, laissant vivre beaucoup d’auteurs d’un seul livre. Cette population ne participe peut-être moins à la vie intellectuelle, mais elles forment tout de même une masse de gens instruits qui doit peser dans le public.

Variations de la croissance — En 5 siècles, la population des auteurs croît bien plus vite que la population française. La part des femmes est très faible, moins de 5 % pendant des siècles. Cette proportion croît de façon continue depuis 1860, mais avant, il y a des points d’inflexion, des flux et des reflux. Les taux sont beaucoup moins rassurants que ceux de Langlais, mais lui se concentre sur les romans. Il en mesure 200 par an durant la Restauration ; sur la même période, Databnf enregistre 3 260 textes en moyenne, dont 2 500 du vivant de l’auteur principal, dont 700 de plus de 50 pages. Le roman n’est pas le seul genre textuel, et peut-être pas le plus noble à cette époque. Si Databnf ne permet pas de retrouver les mêmes chiffres que Langlais, les données montrent des variations analogues avec plus de précision.

Databnf, 1760–1880, population des auteurs vivants, variation du ratio sexuel.

Révolution et guerres — La part des femmes est surtout affectée par l’afflux et le reflux du nombre de titres, et d’auteurs masculins. Les périodes révolutionnaires sont  des moments d’agitation éditoriale, avec plus de titres plus courts, et l’on voit dès 1788 ou 1847, que ce nouvel espace est conquis par les hommes, au détriment des femmes.

Databnf, 1760–1960, nombre de titres par an, ration sexuel.

Titres — Quand on ne projette plus les auteurs, mais les titres de livres supérieurs à 50 p. selon le sexe, on observe d’abord la grande croissance du XIXe (1804 : 1 166 ; 1880 : 12 339), puis un pallier de 1880 à 1960. Les courbes sont crantées par les événements historiques, la part des femmes diminue toujours pendant les guerres et les révolutions, mais on notera une stabilité structurelle de 1804 à 1914, autour de 4 % (puis une hausse ensuite jusqu’à nos jours). La Révolution creuse encore plus les inégalités. De 1780 à 1791, le nombre de titres féminins est en croissance, accompagnant un élan général de l’édition, puis la Révolution abandonne les livres pour une agitation avec des titres courts, réduisant la part des femmes. Mais la reprise ne se fera pas au même rythme. Les femmes reprennent avant même le début de l’Empire, tandis que les hommes attendront 1813. Cette croissance des Lumières arrêtée plus durement pour les femmes, et cette reprise plus tardive pour les hommes, suffit à expliquer une part féminine relativement plus importante pendant l’Empire et la Restauration.

Mortalité et longévité

France, population globale, 1740–2015, longévité, source : INED.

Instruits, mieux nourris que la moyenne, les auteurs forment un échantillon particulier de la population, qui n’est pas affecté par la mortalité infantile, puisque leur acte de naissance est rétroactif, après une première publication. Une projection du nombre de morts par an, ainsi que l’âge à la mort, permet de visualiser les traumatismes de cette population.

Databnf, 1760–1960, auteurs, mortalité, longévité des hommes et des femmes.

La Terreur — Sur un fond global de croissance de la population des auteurs, et donc du nombre de morts par an, il y a des pics de mortalité pour les hommes pendant la première guerre mondiale (1913 : 303 ; 1914 : 573 ; 1915 : 576 ; 1916 : 493 ; 1917 : 386 retours du front ; 1918 : 520, à cause de la grippe espagnole ; 1919 : 360), ainsi que la seconde (1938 : 400 ; 1939 : 451 ; 1940 : 518 ; 1941 : 395 ; 1942 : 465 ; 1943 : 477 ; 1944 : 555 ; 1945 : 454 ; 1946 : 328). À l’échelle du milieu littéraire, la Terreur peut être considérée comme aussi traumatique que la Grande Guerre (1791 : 54 ; 1792 : 110 ; 1793 : 156 ; 1794 : 215 ; 1795 : 91). La place prise par les femmes dans la culture, à partir de l’Empire, doit tenir compte de cette saignée.

Longévité — La longévité des auteurs varie plus que pour la population globale, car les effectifs sont moindres, donc plus sensibles aux accidents. Malgré le lissage, la courbe de la longévité féminine est ainsi affectée de beaucoup de variations chaotiques, qu’il serait imprudent d’interpréter. Pour les hommes, la courbe de longévité ne suit pas exactement les mêmes variations que pour le reste de la population, ainsi, les guerres napoléoniennes et 1870 sont peu visibles, car la conscription n’affectait pas également les classes sociales. 1914, par contre, manifeste la démocratie réalisée, par l’égalité devant la mort.

Inégalité sociales — Cependant, par delà les variations conjoncturelles, la longévité des auteurs n’observe pas la même croissance que la population globale, et même, une grande stabilité de 1600 à 1945, bien supérieure au reste du peuple, 66,6 ans pour les hommes, 62,6 pour les femmes (moyenne des moyennes annuelles, pour donner le même poids à 1600 et 1945).  On peut en déduire que les progrès de la médecine n’ont pas eu d’effet durant cette période, la longévité tenant presqu’uniquement à l’alimentation, aux conditions sanitaires et sociales. En regard, l’âge moyen à la mort entre 2000 et 2016 est de 79,5 pour les hommes, et de 77,8 pour les femmes. Il ne s’agit pas d’une espérance de vie à la naissance aujourd’hui, mais des années effectivement vécues selon l’état-civil, pour des individus nés vers 1930.

Inégalité des sexes — Contrairement à la population globale, les femmes de lettres vivent moins longtemps que les hommes. C’est surprenant. Pour la période d’avant les progrès de la médecine, on peut incriminer la mortalité en couches, mais pour aujourd’hui, que peut-on en déduire ? Les statistiques nationales confirment une corrélation forte entre niveau de diplôme et espérance de vie élevée. Cependant, les tableaux statistiques s’arrêtent généralement au niveau BAC et +, voire BAC+2, ils ne permettent pas de déterminer s’il y aurait une convergence des modes de vie pour les milieux les plus cultivés.

L’augmentation relative de la part des femmes dans les écrits publiés pendant l’Empire et la Restauration ne doit pas être considéré avec des catégories anglo-américaines (deux histoires qu’il faudrait d’ailleurs distinguer), en amalgamant, par exemple, ce moment du XIXe au féminisme des années 1970. Notre histoire a été agitée de soubresauts qui eurent à chaque fois un effet profond sur l’édition, par exemple sur la traduction des antiques, ou la réédition des auteurs du XVIIe siècle. Après la Terreur et la censure de l’Empire (17 janvier 1800, le nombre de journaux parisiens est réduit de 76 à 16), la culture française sort d’un traumatisme qui rompt avec le siècle des Lumières, tant dans les personnes, que dans les institutions, et les genres textuels. Les femmes ont pris des places après 1793, parce que les hommes les ont laissées vacantes.

Natalité et générations

Databnf, natalité des auteurs (pour chaque année, nombre de naissance au catalogue)

La projection de la population d’auteurs selon leur date de mort a montré les pics de mortalité. La projection à la date de naissance permet d’observer d’autres phénomènes. D’abord, la croissance est logarithmique. La proportion de femmes ne cesse d’augmenter et atteint enfin la parité pour les générations nées vers 1990, mais ces chiffres ne sont plus très significatifs, car on ne peut pas dire aujourd’hui que tous les auteurs se sont déclarés dans leur vingtaine, d’autant plus que l’âge moyen au premier livre ne cesse d’augmenter.

Effets retard — La Guerre 1914 est un cas d’école montrant plusieurs mécanismes. La courbe des hommes et des femmes à naître sont crantées pendant la guerre, ce sont les auteurs qui n’ont pas été conçus pendant la mobilisation, jusque 1918 plus 9 mois (1919). Un cran similaire s’observe pour 1870, mais pas pour la guerre 1940 (retour des prisonniers). La guerre 1914 a aussi un effet sur la génération mobilisable des hommes, ce qui explique ce faux plat dans des naissances entre 1867 et 1909, dans un contexte de croissance. Sartre explique comment il a l’impression d’arriver dans un monde sans hommes, le laissant libre d’aller à sa carrière. Pour les femmes, la cause la plus importante de la croissance s’explique certainement par les différentes lois sur l’enseignement de la 3e République : 1879, École normale de jeunes filles dans tous les départements ; 1880, ouverture de la Sorbonne aux femmes, lycée de jeunes filles ; 1881, gratuité ; 1882, école obligatoire pour les garçon et les filles. La natalité est un effet à longue traîne, mais les phénomènes les plus intéressants concernent les baisses qui ne sont pas l’effet direct d’une catastrophe démographique pour tout le pays.

Databnf, Révolution, natalité des auteurs.

Vocations — Ce graphique à échelle linéaire permet de mieux visualiser ce que représente réellement 3 à 5 % de femmes, les surfaces grisées montrent les variations du ratio sexuels. Les Lumières amenèrent une croissance continue des vocations, parallèle à une augmentation des titres, et qui profite aussi aux femmes. En 1794, Condorcet a 50 ans quand il est exécuté, la Terreur en fauchera de plus jeunes, si bien qu’à partir de 1759, les jeunes de 30 ans qui verront la Révolution et l’Empire sont dissuadés de se lancer dans la carrière. Sur le conseil d’un spécialiste de la période, Olivier Ritz, j’ai ajouté l’effectif des auteurs ayant signé des “livres”, ou en tous cas, des documents de plus de plus de 50 pages. En effet, l’agitation éditoriale de Révolution concerne surtout des écrits politiques courts. Les auteurs d’écrits plus longs amortissent le choc, c’est un pallier plutôt qu’une descente, mais on assiste à la même reprise avec la génération de Stendhal, 32 ans en 1815. Il explique comment la génération qui le précède avait préféré les armes aux lettres, cette étude montrera plus d’une fois que les écrivains ne manquent pas de lucidité sociologique. Cette baisse des vocations masculines élève mécaniquement la présence féminine, qui varie de 4 à 10 naissances par an, d’Olympe de Gouges à George Sand. Relativement à plusieurs centaines de naissances masculines, les algorithmes de lissages donnent des impressions de hausse ou de baisse , mais il vaut mieux rester prudent.

Databnf, 1770–1970, décennie de naissance de l‘auteur principal à la date de publication.

Générations — Chaque livre (> 50 p.) en français, lorsqu’il est attribué à une personne avec une date de naissance, peut être associé à la décennie de naissance de l’auteur principal. Cette projection ne considère que les publications d’auteurs vivants. Il en résulte une sorte de tranche géologique, où chaque génération prend sa mesure entre 25 et 35 ans, pour lentement s’éteindre au rythme des oubliés et des morts. La croûte est fendue de plusieurs failles, 1939–1945, 1914–1918, 1870…, autour desquelles se réarticulent les survivants et les nouvelles générations. La vue générale est largement occupée par les titres masculins (> 95 %).

Databnf, 1860–1970, femmes, décennie de naissance à la date de publication.

Un zoom sur les femmes entre 1860 et 1970 montre un autre paysage. Rappelons-nous que le nombre de titres entre 1860 et 1960 s’établit sur une technologie stable, autrement dit, les titres pris par une catégorie le sont à une autre, contrairement à la croissance de 1815 à 1860, ou de 1960 à 2008. Après la guerre de 1870, le nombre de titres signés d’une femme reste stable, alors qu’il ne cesse de monter pour les hommes (au détriment, notamment, des rééditions posthumes). Après 1918, les titres masculins continuent sur la lancée de leur croissance d’avant-guerre, mais rencontrent durement la Crise de 1930. Les rééditions ne retrouveront plus leur étiage avant 1946. La croissance de titres féminins se maintiendra dans le l’Entre-deux-Guerres, et se poursuivra pendant la Reconstruction, ce que montre la ligne pointillée qui indique le ratio sexuel des titres à leur date de publication. Depuis 1914, les femmes ne sont plus une variable d’ajustement du marché de l’édition et croissent de leur propre mouvement.

Databnf, 1770–1850, femmes, décennie de naissance à la date de publication.

Malgré une proportion de titres plus élevée pendant l’Empire et la Restauration, le paysage des générations féminines n’observe pas la molle pente du vieillissement, mais des failles très dures. La faiblesse des effectifs explique probablement cette sensibilité à l’événement, et aux individus, si bien que chaque cas semble particulier. La génération 1750 est effacée pendant la Terreur mais peut revenir pendant l’Empire et la Restauration (50 ans). La génération 1760 est surtout représentée par madame de Staël (45 rééditions de son vivant). La génération 1770 trouve enfin à s’exprimer pendant la Restauration (45 ans), avec notamment Pauline Guizot, la femme du ministre, mais s’efface dès 1825. La génération 1780 se résume pour beaucoup à Marceline Desbordes-Valmore, celle de 1790 semble vivace pendant la seconde Restauration, mais il s’agit surtout de la comtesse de Ségur. Sur des effectifs aussi faibles, l’enquête n’a pas besoin de statistiques, une recherche biblio-biographique suffirait à cerner le milieu et sa production.

Databnf, 1770–1850, hommes, décennie de naissance à la date de publication.

L’âge plus élevé des femmes à la publication se confirme largement pendant tout le XIXe siècle, jusque 1914. Le mécanisme des générations montre comment les places durement acquises sont d’abord prises aux ainées, plutôt qu’aux hommes, même en contexte de croissance des titres. On notera tout de même que les révolutions furent régulièrement l’occasion de prises de conscience pour chaque génération, comme en témoignent la biographie de George Sand ou de Louise Michel. Faute de réalité quantitative, il faut commencer par des victoires symboliques, à transmettre aux suivantes, pour maintenir et faire grossir, une brèche dans le barrage.

Lieux de naissance et de mort

Les notices peuvent comporter des indications de lieu de naissance et de lieu de mort. Cette information géographique est prometteuse, pleine d’enseignement sur la place de Paris dans la culture française, mais le champ n’est malheureusement pas renseigné de façon systématique. Sur les 260 k notices d’auteurs français avec une date de naissance, seules 21 % ont une indication de lieu de naissance, mais cette proportion varie beaucoup selon les époques (1500–1600 : 46 % ; 1600–1700 : 52 % ; 1700–1800 : 60 % ; 1800–1900 : 68 % ; 1900–1950 : 14 % ; 1950–2015 : 1,7 %). Cette baisse au XXe siècle s’explique par une contrainte légale expliquée dans les instructions de catalogage : « Pour les personnes vivantes, le lieu de naissance est une donnée confidentielle. Ce principe ne comporte pas d’exception, même quand ce lieu est mentionné dans une source publique. ». Il se trouve tout de même 3 268 exceptions avec un lieu de naissance et pas de date de mort, chronologiquement bien réparties au cours du XXe s. (1,88 % des vivants, c’est peut-être le taux de respect que l’on peut attendre d’une consigne documentaire). Pour les lieux de mort (1500–1600 : 31 % ; 1600–1700 : 39 % ; 1700–1800 : 45 % ; 1800–1900 : 52 % ; 1900–1950 : 52 % ; 1950–2015 : 37 %), la baisse après 1950 s’explique par la multiplication des titres par des personnes peu connues, d’où le temps de retrouver leurs lieux relativement au profit documentaire à en attendre. On ne constate pas de corrélation entre le nombre d’inconnus et une autre variable par exemple le sexe, le manque d’information étant vraisemblablement corrélé à la notoriété.

Graphies — Les lieux de naissance les plus fréquents sont dans l’ordre : Paris, Paris (France), Lyon, Marseille, Lyon (Rhône), Bordeaux, Toulouse, Rouen, Nantes… et les lieux de mort : Paris, Paris (France), Lyon, Bruxelles, Marseille, Lyon (Rhône), Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)… Malgré des consignes précises, les graphies ne sont pas homogènes, ainsi la capitale peut se retrouver sous les graphies : Paris – Paris (France) – Paris, France – Paris (Paris) – Paris 7e – Paris, 15e arrondissement (France) – Paris ? – Paris ou Tours – [Paris] – Né à Paris… Des normalisations automatiques ont été appliquées pour au moins retrouver Paris, qui est pour les auteurs français une ville aussi centrale que pour les lieux d’édition.

Databnf, lieux de naissance à la date du premier livre, 1750–1950.

Montée à Paris — La projection chronologique des lieux de naissance à la date du premier livre (pour éviter l’effet retard de la date de naissance), montre d’abord que les auteurs naissent moins souvent à Paris qu’ils n’y meurent. Cette ville est pour la culture française une pompe depuis le Moyen-Âge. On notera aussi que les femmes de lettres naissent beaucoup plus à la capitale que les hommes, ce qui est peut-être un indice d’origine sociale, et indique en tous cas une différence de mobilité. Qu’on se souvienne des marches de Rimbaud, à une époque où existent pourtant les chemins de fer ; l’engagement d’un auteur dans la carrière est socialement difficile pour les hommes depuis la Province ; il ne l’est pas moins pour les femmes. Il faut attendre la démocratisation de l’enseignement et le XXe siècle pour que les origines géographiques des hommes et des femmes se rejoignent. Il n’est pas pertinent d’aller au-delà de 1950, les lieux ne sont inscrits dans les notices qu’à la mort de l’auteur. On constate que naître à Paris donne un avantage aux hommes pour avoir une carrière avec plus de 10 livres publiés.

Databnf, Entre-deux-Guerres, avantage de naître à Paris pendant la crise.

Cet avantage aux parisiens de naissance s’observe particulièrement dans les moments de crise, comme ci-dessus après 1930, puis chute pendant la guerre, et retour pendant la Reconstruction. Les provinciaux apprécieront le courage résistant des gens nés à Paris.

Databnf, Guerres mondiales, lieux de mort.

Guerres mondiales — Paris est le lieu de mort le plus fréquent, de 25 % à 50 % selon les périodes, la variation de ce taux est indicative de périodes historiques conduisant les auteurs à mourir ailleurs. Les courbes sont très sexuées. En 1914–1918, plus d’hommes meurent ailleurs qu’à Paris, leur longévité baisse, tandis que celle de Paris se maintient. Les morts les plus jeunes finissent massivement leurs jours dans les départements du front : Pas-de-Calais, Nord, Somme, Meuse… Les retours se font vite. La seconde guerre mondiale frappe partout, à Paris, et encore plus fort ailleurs. La liste des lieux pour les gens jeunes est sans équivoque, camps allemands ou prisons françaises. Ensuite, le retour à Paris est moins prononcé qu’en 1918. Après 1945, les lieux de morts sont souvent dans le sud de la France. L’Évacuation a durablement modifié les habitudes des écrivains, et des artistes en général, qui ont souvent trouvé une province pour leur vacances et leur retraite, ce qui se perçoit bien dans les correspondances de l’époque (Paulhan, Ponge, Nicolas de Staël…).

Databnf, Révolution, lieux de mort.

Exil — L’effet de la Révolution est une fois de plus flagrant. 1789 élève rapidement le nombre d’auteurs venus mourir à Paris, alors qu’il n’y a pas encore de hausse de la mortalité (âge à la mort). La Terreur baisse la longévité, plus à Paris qu’ailleurs. Ensuite, la part des morts à Paris diminue beaucoup, les hommes vont mourir ailleurs, le retour se fera progressivement, à partir de 1800. En regard, le nombre des femmes qui restent à Paris (et y meurent) semble s’élever.

Les lieux de naissance et de mort ouvrent l’idée de suivre le parcours sociologique des auteurs à une échelle statistique. Les données restent cependant imprécises. Une personne peut très bien naître en proche banlieue, et se retirer sous un climat plus clément, alors qu’elle aura passé toute sa vie active à Paris. Toutefois, le lieu de mort est corrélé avec des évènement historiques confirmés, comme les guerres. Il permet de détecter les périodes d’exil important. Le lieu de naissance est un critère de distinction entre les sexes, montrant que les femmes qui entrent au catalogue sont plus souvent parisiennes.

Âge à la publication

L’âge moyen au mariage est une variable démographique classique qui permet d’adapter la natalité à des conditions économiques plus difficiles. Le premier livre d’un auteur est en quelque sorte son premier enfant, et l’âge auquel il peut publier est largement conditionné par le contexte socio-économique de l’édition.

Databnf, âges à la publication, XXe s.

Le graphique ci-dessus permet d’observer les variation de l’âge à la publication des femmes et hommes de lettres (les zones colorées). Ces variations doivent être comparées au nombre de titres pour chaque sexe, ici ramenés à une base 100, pour se concentrer sur les variations plutôt que les tailles relatives. La croissance est logarithmique, nettement plus rapide pour les femmes, et elles ont encore du retard à rattraper. On observe un vieillissement général à la publication, qui dépasse tout ce qui a pu s’observer par le passé. La génération des baby-boomers est certes bien formée, avec une espérance élevée de vie en bonne santé, mais cela peut aussi s’expliquer par différentes imprécisions. Par exemple, toutes les rééditions d’Astérix continuent d’être créditées à Goscinny, même s’il s’agit de la centième version de La Grande Traversée. Les données ne permettent pas encore de raccrocher les titres à une œuvre de manière fiable pour dédoublonner les rééditions du vivant de l’auteur. De plus, toute personne née après 1920 sans date de mort est considérée comme vivante. Les données exagèrent peut-être le mouvement, mais il est confirmé par l’âge à la première publication, d’ailleurs plus élevé pour les hommes, comme s’il était acquis qu’écrire ne rapporte plus mais serait plutôt un loisir pour la retraite.

Databnf, Révolution, âge moyen à la publication.

La Révolution propose des phénomènes plus complexes. On retrouve d’abord le rythme de publication masculin, avec son pic en 1789 (ligne pointillée bleue), qui est alimenté par une baisse de l’âge à la publication. La régression ensuite produit une hausse de l’âge moyen, qui baisse de nouveau pendant la Restauration, avec la reprise des publications. Les femmes accompagnent les hommes jusqu’en 1789, mais ensuite, la croissance de leurs titres ne coïncide pas avec une baisse de l’âge moyen. Pour les hommes, la baisse de l’âge moyen au premier livre entre 1805 et 1812 est un phénomène particulier que l’on comprend mieux en lisant les titres, ce sont souvent des textes didactiques, témoignant de la réorganisation napoléonienne des lycées et de l’université (concours de l’agrégation en 1808), uniquement pour les garçons. La vie intellectuelle est un phénomène social global. La place prise par des femmes de lettres parisiennes pendant l’Empire n’a pas été stabilisée par une conquête des lycées et des universités. De quelles femmes parle-t-on ? De filles d’aristocrates, comme Mme De Staël ou la comtesse de Genlis, qui peuvent tenir salon ? Leur train de vie n’a pas résisté à la Révolution, elles sont incapables (juridiquement) depuis de 1804, et ne peuvent donc exister que selon la libéralité de leur fortune personnelle, et de leurs pères ou maris.

Databnf, tranches d’âge à la date de publication.

Terminons par le paysage éditorial actuel. 70% des livres d’auteurs vivants sont publiés à plus de 70 ans (âge moyen au premier livre : 49 ans). Les rayons sont remplis de titres amortis, et notamment de bandes dessinées, rééditées massivement. Le papier est-il encore un lieu de culture vivante ?

Conclusion

La part relativement plus élevée des femmes dans l’édition durant la l’Empire et la Restauration semble causée par des dynamiques extérieures. Les Lumières ont amené plus de femmes à écrire, généralement parisiennes, instruites par la famille, et donc probablement de classe élevée, environ 4 % des titres, jusque 1914. Autour de cette dynamique intrinsèque, les hommes ont subi l’effet conjugué de la mortalité de la Terreur, de l’exil conséquent, et de la baisse des vocations littéraires ; ce qui mécaniquement laisse plus de places aux femmes, dans un marché déprimé jusqu’en 1815. Les retours d’exil, et certainement la réorganisation napoléonienne de l’enseignement des garçons, explique l’apparition de nouveaux postes, de possibilité de carrières, qui pendant la Restauration feront le lit de la génération Romantique. Les femmes n’ont pas profité du même élan avant la féminisation de l’enseignement, qui seul permet le rattrapage. Pour les auteurs vivants nés en 1990, nous arriverions enfin à la parité, ce qui nous donne encore un demi-siècle pour résorber les déséquilibres passés. Il reste à étudier si cette apparente féminisation ne cache pas des carrières inégales en quantité de titres, ou un cantonnement dans certains genres, comme le livre pratique ou la littérature pour enfants.

Les chiffres ne changent malheureusement pas le rôle marginal des femmes dans la culture pendant des siècles. La motivation féministe, qui attire premièrement l’attention, peut risquer des contresens en interprétant une hausse comme une conquête des femmes, alors que cela peut être un abandon des hommes. Il est en tous cas nécessaire de ne jamais interpréter une seule série qui renforcerait notre opinion, mais de croiser les chiffres, pour se décevoir soi-même, parce que l’on approche plus les faits. Fils d’une époque où l’universel a plus d’un genre, cette enquête m’a tout de même étonné. Je me laissais bercer par l’anthologie, qui par souci de symétrie m’a fait lire madame de La Fayette, la marquise du Châtelet ou Marceline Desbordes-Valmore… Ces quelques cas finissent par faire croire que la littérature féminine a été florissante, alors qu’il suffit de descendre à peine quelques marches dans le tableau pour tomber sur la comtesse Dash (1804–1872) avec des titres aussi libérateurs que les Galanteries de la cour du roi Louis XV (1861), ou bien les derniers Amours de Madame Du Barry (1864). La médiocrité prolifique est de tous les sexes, par exemple Eugène de Mirecourt avec sa série des Contemporains, en 100 volumes. Mais dans le nombre des auteurs hommes, il reste plus d’exceptions. Ce fait n’est évidemment pas de nature, mais de société, et les nombres permettent de mieux mesurer le poids du réel.

Genrer les chiffres ajoute aussi une variable supplémentaire dont le croisement permet d’affiner les interprétations. Ainsi, une baisse démographique qui affecte seulement les hommes, comme les morts à la guerre, n’est pas de même nature que si elle affecte aussi les femmes, comme les naissances qui n’ont pas eu lieu. Même si le genre ne découvrait rien de neuf, il ne faut pas se lasser de répéter et mesurer jusqu’où les femmes ont été marginalisées, sans se rassurer avec des petites embellies apparentes qui ne concernent pas la condition éducative et sociale de la majorité.


Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

More Posts - Twitter - Flickr

Publié par

Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

2 réflexions au sujet de « Femmes de lettres, démographie (data.bnf.fr 2017) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.