Un exemple de programmation, les registres de la Comédie-Française (1680-1793)

Le projet Registres de la Comédie-Française associe le MIT, la Comédie-Française, l’Université Paris Ouest-Nanterre, Paris-Sorbonne, et quelques autres partenaires. Le site permet de consulter en ligne les registres de ce théâtre parisien unique, et notamment, ceux des recettes (qui ne sont pas les profits, car les registres de dépenses ne sont pas encore numérisés). Ces livres de compte suivent un formulaire imprimé, qui assure des informations manuscrites assez homogènes. Un énorme travail d’indexation a été réalisé, si bien qu’une base de données permet de calculer des recettes par auteur ou par pièce, sur la période 1680–1793. L’équipe est animée par un esprit de données ouvertes, plusieurs points de téléchargement sont ouverts. Je ne suis pas spécialiste mais cette histoire peut intéresser tout esprit cultivé, parce qu’elle raconte comment fonctionne une programmation. Que ce soit les films d’une chaîne de télé, les disques d’une radio, ou les partitions d’un orchestre, le problème informatique est similaire : remplir les mêmes cases de la semaine et de l’année avec un répertoire qui grossit avec le temps. J’ai mené cette enquête quantitative parce que le projet m’a invité à faire des suggestions d’interface pour le site (16 décembre 2015). Ce billet a donc surtout pour but de cerner des données en laissant les conclusions littéraires et théâtrales à des chercheurs plus autorisés.

Technique — Certains exports étant en travaux à l’heure d’écriture, les données utilisées proviennent de l’api json (plays, performances with totals), ou de l’interrogation des facettes. Elles ont été mises en base, réparties en deux tables principales, les représentations (date, recette, pièce) et les pièces (titre, auteur, genre…), et quelques autres tables et colonnes de convenances. Les graphiques sont généralement produits avec un tableur ou des programmes maison.

Registres de la Comédie-Française, vue globale par auteur
Chaque couche de couleur représente la part d’un auteur dans le nombre de pièces jouées sur la période

Ce premier graphique permet de se faire une idée générale de la programmation durant les 113 années.   Les courbes sont ici lissées sur 5 ans, pour gommer des variations annuelles importantes qui brouillent la lecture. La hausse initiale s’explique par le démarrage de l’institution, et la chute finale coïncide avec la Révolution. Les bandes représentent un auteur et sont rangées par nombre de représentations pendant la période. Quelques auteurs sont très joués pendant longtemps, comme Molière, Dancourt, Regnard, Racine, Corneille, Voltaire, formant le fonds du répertoire. Plusieurs appartiennent encore à notre panthéon, d’autres sont moins joués, comme les comiques Florent Carton, dit Dancourt (1661–1725) et Jean-François Regnard (1655–1709).

Début et fin de séance — 563 pièces sont représentées en moyenne à l’année sur 304 dates ; en effet, les séances comportent en général deux pièces ; 1,85 en moyenne selon les données, avec 174 séances à trois pièces (dont généralement 2 de un acte), 93 à 4 pièces. Les facettes distinguent les pièces de première partie (Molière : 5923 ; Corneille, Pierre : 2857 ; Racine : 2609 ; Voltaire : 2433 ; Regnard : 2195 ; Corneille, Thomas : 1094) et les pièces de seconde partie (Molière : 4803 ; Dancourt : 4477 ; Legrand : 2294 ; Hauteroche : 1846). Cette information est relevée selon l’ordre des titres dans le registre, sans qu’il soit certain que l’ordre était significatif pour ceux qui l’inscrivaient. On remarque en effet que le formulaire imprimé détaille précisément la recette, où les acteurs présents, mais aucun champ n’est prévu pour les pièces jouées. Par ailleurs, la distinction entre pièce 1 et pièce 2 n’est pas encore fournie au téléchargement, mais on remarque cependant que les pièces en deuxième partie de Molière, et surtout de Dancourt, sont des textes courts, généralement en un acte. On peut donc essayer de reconstituer l’information en comptant le nombre d’actes des pièces. 90% des dates ont au moins une pièce de 5 ou 4 actes (la forme en 4 actes est surtout représentée par : Boursaut, le Mercure Galant, 373 représentations ; Beaumarchais, le Barbier de Séville, 116). Pour les séances sans grande pièce, il n’est pas possible de découvrir une corrélation avec le jour de la semaine, le mois, ou une période chronologique, on notera que la moitié comporte 2 pièces en 3 actes, on peut donc supposer que le reste tombe dans les hasards et la marge d’erreur (négligence d’époque, difficultés à déchiffrer).  Le nombre d’actes semble donc un critère suffisant pour relever la première pièce d’une séance.

Pièces les plus jouées par la Comédie-Française de 1680 à 1693, en ordre du nombre de représentations par an, avec une carrière de plus de 5 ans

  • Beaumarchais, 1784, Le Mariage de Figaro, 5 actes, 15,9/an
  • Collé (Charles), 1774, La Partie de chasse de Henri IV, 3 actes,  8,8/an
  • Molière, 1665, Tartuffe, 5 actes,  8,3/an
  • Molière, 1666, Le Médecin malgré lui, 3 actes, 7,8/an
  • Brueys, 1706, L’Avocat Patelin, 3 actes, 7,8/an
  • Du Fresny, 1700, L’Esprit de contradiction, 1 acte, 7,3/an
  • Beaumarchais, 1775, Le Barbier de Séville, 4 actes, 6,8/an
  • Regnard, 1696, Le Joueur, 5 actes, 6,6/an
  • Molière, 1662, L’École des femmes, 5 actes, 6,5/an
  • Hauteroche, 1670, Crispin médecin, 3 actes, 6,4/an
  • Regnard, 1708, Le Légataire universel, 5 actes, 6,0/an
  • Regnard, 1704, Les Folies amoureuses, 3 actes, 6,0/an
  • Molière, 1668, L’Avare, 5 actes, 5,9/an
  • Desmarres, 1686, La Dragonne, 1 acte, 5,8/an
  • Molière, 1668, George Dandin, 3 actes, 5,7/an
  • Racine, 1668, Les Plaideurs, 5 actes,  5,7/an
  • Dancourt, 1695, Les Vendanges de Suresnes, 1 acte, 5,6/an
  • Molière, 1660, Sganarelle ou le Cocu imaginaire, 1 acte, 5,6/an
  • Molière, 1661, L’École des maris, 3 actes, 5,6/an
  • Molière, 1668 Amphitryon, 3 actes, 5,5/an

Palmarès — Cette liste n’est pas rangée selon le nombre absolu de représentations, ce qui favoriserait les pièces les plus anciennes avec une longue carrière, elle est en ordre du nombre de représentations par an, à la condition d’avoir durer plus de 5 ans. Ce réglage évite d’être encombré par les succès d’une saison et permet de révéler le phénomène Beaumarchais. Ce classement montre aussi beaucoup de pièces courtes, qui expliquent mieux la fréquence de Dancourt et Hauteroche, auteurs brefs remarqués dans le graphique plus haut, mais laisse intacte la curiosité pour Regnard.

Genres — Les pièces les plus jouées ne sont que des comédies. L’Ancien-Régime n’aimait pas moins rire que nous. 56% des pièces de la base sont enregistrées sous le genre comique, 28% sont dites des tragédies, le reste se classe entre comédie-ballet, tragi-comédie, drame, tragédie bourgeoise, environ une trentaine de genres enregistrés. En nombre de représentations, la séparation est encore plus franche, 72% des pièces jouées sont des comédies, 21% sont des tragédies, 3% des comédies-ballets (essentiellement du Molière, Monsieur de Pourceaugnac : 394 en seconde partie ; et en début, le Malade imaginaire : 342, le Bourgeois gentilhomme : 289, les Fâcheux : 106). 98% des pièces en deuxième partie sont des comédies, comédies-ballet, ou des comédies épisodiques ; en début, 40% sont des tragédies ou une tragi-comédie (genre uniquement représenté par le Cid de Corneille). Avec ces regroupements, l’opposition tragédie–comédie couvre plus de 95% des pièces représentées. Cette distinction permet une lecture très claire des jours de la semaine selon les genres des pièces longues qui y sont jouées.

Registres de la Comédie-Française (1680–1793) Genre de la grande pièce selon les jours de la semaine

Tragédies Comédies Total Recette moy.
lundi 50% 46% 5210 1076
mardi 26% 70% 4369 587
mercredi 54% 41% 5242 1162
jeudi 28% 68% 4631 720
vendredi 25% 72% 4497 648
samedi 58% 38% 5273 1342
dimanche 31% 65% 5131 1123

Semaine — Tous les jours ne se valent pas, les petites séances sautent plus souvent (moins de représentations), présentent moins de tragédies, et rapportent moins. La recette moyenne a été obtenue après une manipulation des données. Dans le tableau source, ce que rapporte chaque séance est répété pour chaque pièce, il faut donc dédoublonner par date. Les sommes sont indiquées en monnaie courante, non corrigées de l’inflation ou de la variation de qualité des places ; cependant, ces variations seront les mêmes pour chaque jour de la semaine, si bien que les rapports relatifs restent significatifs. Ces proportions peuvent être confirmées par un graphique montrant même des évolutions au cours du siècle.

Recettes selon les jours
Recettes selon les jours

Le samedi est la grande séance, son palmarès des pièces de 4 ou 5 actes les plus jouées change complètement l’impression de la liste précédente (même rangement par le nombre de représentations par an pour les pièces ayant une carrière de plus de 5 ans).

palmarès des grandes  pièces du samedi

  • Voltaire, Tancrède, 1,7/an
  • Voltaire, Zaïre, 1,5/an
  • Voltaire, Amélie ou le Duc de Foix, 1,3/an
  • Boutet de Monvel, Le Chevalier sans peur et sans reproche, 1,3/an
  • Voltaire, Sémiramis, 1,2/an
  • Graffigny, Cénie, 1,2/an
  • Voltaire, Alzire ou les Américains, 1,2/an
  • Voltaire, L’Orphelin de la Chine, 1,2/an
  • Beaumarchais, Le Barbier de Séville, 1,2/an
  • Voltaire, Mérope, 1.2/an

Voltaire est le grand auteur du samedi, Racine y est au 15e rang avec Phèdre, et au 23e avec Andromaque, Corneille est au 24e avec Polyeucte, Molière au 27e avec le Tartuffe. La plupart des pièces les plus jouées le samedi sont des tragédies, on notera qu’elles sont rarement reprises plus d’un samedi par an, ce qui laisse supposer que le public se lasserait. Le lundi et le mercredi  ont des palmarès moins tranchés, donnant plus d’importance à Beaumarchais et Racine ; les palmarès des mardis, jeudis, vendredis et surtout le dimanche sont très similaires, et presqu’exclusivement comique, l’effet Grande Vadrouille du dimanche soir.

palmarès des grandes pièces des mardi, jeudi, vendredi et dimanche

  • Beaumarchais, Mariage de Figaro
  • Molière, Tartuffe
  • Regnard, Le Joueur
  • Regnard, Le Légataire universel
  • Molière, L’École des femmes
  • Molière, L’Avare
  • Voltaire, L’Enfant prodigue
  • Regnard, Les Ménechmes
  • Racine, Les Plaideurs
  • Molière, Le Misanthrope

Le jour où un auteur est joué montre bien son statut, qui évolue avec le temps. Molière commence par être joué assez également selon les jours de la semaine, puis il disparaît peu à peu des bonnes journées (lundi, mercredi, et surtout samedi).

Molière, évolution du statut de l’auteur le plus joué
Molière, évolution de son statut selon le jour où il est joué

Saisons — Si la semaine est un rythme fort de la programmation, l’année a aussi ses variations. Le calendrier de la Comédie-Française ne suit pas notre année civile de janvier, ni l’année scolaire avec coupure d’été, mais plutôt l’année de Pâques, en tous cas les registres démarrent en avril, et beaucoup de dates manquent en mars et avril. Les recettes montrent toutefois un creux estival. Il n’a pas encore été possible de montrer les effets de l’été sur les genres ou grands auteurs joués, il faudrait une exploration plus profondes des pièces moins réputées.

Registres de la Comédie-Française (1680–1793) rythme de la saison
Registres de la Comédie-Française (1680–1793) rythme de la saison

Inflation ? — Les recettes sont délicates à manipuler. On notera d’abord deux incidents, une inflation qui semble contemporaine de la faillite du système Law en 1720, et la chute de 1739–1740 simplement due à la perte d’un livre de compte. On constate une très grande variation à court terme et un mouvement général qui semble une inflation, mais qui pourrait tout aussi bien être l’augmentation du nombre de places (la Comédie-Française occupera 4 salles différentes durant la période). Il en résulte que l’on ne peut comparer les recettes entre les années sans précaution.

Registres de la Comédie-Française (1680–1693) recettes
Registres de la Comédie-Française (1680–1693) recettes

Recette relative — Si les recettes ne sont pas comparables en valeur absolue entre les années, elles peuvent l’être en valeur relative sur une année, selon leur écart à la moyenne annuelle. Les graphiques qui suivent comparent la recette d’auteurs et de pièces sur un siècle, selon qu’ils sont en dessous ou au dessus de la recette moyenne de l’année, selon la formule : 1 + (recette d’une représentation – recette moyenne à l’année d’une représentation) / recette moyenne à l’année d’une représentation. Un chiffre à 0 signifie que la pièce n’a strictement rien rapporté, à 1, elle est dans la moyenne, au dessus, c’est un succès commercial. On peut se demander si un an est la bonne unité pour établir la moyenne de référence, car il y a de bonnes et de mauvaises années, on peut aussi arguer que c’est un ordre de grandeur auquel la troupe est sensible.

Recettes relatives à la moyenne pour quelques auteurs
Recettes relatives à la moyenne pour quelques auteurs

Succès anthume — On remarquera d’abord qu’un auteur rapporte plus vivant que mort. Regnard (1655–1709) ou Voltaire (1694–1778) on eu de grands succès durant leur vivant, ils rejoignent le répertoire mais ne font plus autant recette après leur mort. On observera ensuite que pour une représentation, les comiques morts rapportent moins que les tragiques, parce qu’ils ne passent pas le samedi. Ceci se confirme pour un même auteur, Les Plaideurs de Racine sont plus joués mais rapportent moins en moyenne que ses tragédies, de même pour Le Menteur de Corneille.

Molière, recette relative à la moyenne de l’année
Molière, recette relative à la moyenne de l’année

Molière — Quant à Molière, le Bourgeois gentilhomme a une recette plus forte que les autres pièces, parce que c’est une comédie-ballet avec musique et danse. La recette ne suffit pas à calculer le profit, tant que les livres de dépenses ne sont pas numérisés, mais on peut retenir que lorsqu’il est joué  (il y a des décennies d’absence), ce spectacle est programmé le dimanche, grosse journée de comédie. Le Misanthrope est un texte de vendredi, jeudi et mardi, comme le Tartuffe, ou l’Avare, mais il rapporte un peu plus, ce qui plaide pour un l’effet des pièces sérieuses sur le public de l’époque.

La programmation d’un théâtre est d’abord une économie qui s’occupe moins de juger les œuvres que de mesurer ce qu’elles rapportent. Les acteurs de l’époque n’avaient pas besoin de ces courbes pour sentir chaque soir ce qui marcherait le mieux. Nous ne découvrons rien qu’ils ne savaient déjà, mais les instruments nous épargnent un peu de temps pour partager leur expérience.

Suggestions pour le site — Le site ne permet pas encore de produire tous les graphiques et listes de ce billet, ce qui amène donc à quelques propositions. Le navigateur à facettes pour explorer les registres est une idée brillante, il suffirait de quelques aménagements pour en augmenter le profit intellectuel. Il faudrait d’abord quitter ce plan prédéfini de facettes qui se mettent à jour à chaque interaction de l’utilisateur, ce qui prend du temps. Le chercheur élabore sa question progressivement, mais de manière à chaque fois originale, si bien que l’on pourrait plutôt proposer un scénario commençant avec un seul champ d’entrée et un sélecteur (auteur, titre, genre, nombre d’actes, saison, mois, jour…). Après chaque choix, un nouveau filtre de sélection serait proposé, les notices ne seraient fournies qu’à la demande, mais avec la possibilité de les obtenir toutes en une fois et non en déroulement infini AJAX. Les listes de valeurs pour un champ pourraient être proposées avec des cases à cocher, comme par exemple dans un tableur, pour facilement sélectionner (et surtout déselectionner) un ou plusieurs critères. Toutes les listes de valeurs avec effectifs devraient êtres proposées au téléchargement. La position de la pièce dans la séance (début ou fin), ainsi que la recette, sont des variables délicates à interpréter qui ne devraient pas être centrale dans l’interface.  Le tableau croisé dynamique est une expérimentation intéressante, mais peut-être pourrait-on commencer par générer un fichier tableur pour familiariser le public avec cette idée dans une interface plus familière et plus rapide. Les points de téléchargement de données, destinés à des développeurs, manquent d’une première information, le schéma documenté de la base. Sans ce schéma, toutes les tranches offertes sont suspectes de cacher une part des données, si bien qu’un expérimentateur consciencieux commencera par croiser tout ce qu’il peut pour s’assurer qu’on lui donne bien autant que ce que le site affiche. Plutôt que des tables qui sont toujours des interprétations, on pourrait commencer par un dump SQL de la base originale, ou mieux, une base SQLite avec la totalité des données en un seul fichier facile à requêter. Mais le plus simple, c’est surtout que les chercheurs intéressés ne fonctionnent pas comme des consommateurs solitaires et critiques, qu’ils se mettent en réseau pour augmenter leur compétence collective, ce qui diminue le temps de développement de l’offreur de données. Cette journée d’études est peut-être le moyen le plus efficace pour informer le public potentiel de ces données sur leur intérêt et les précautions à prendre pour les interpréter.


Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

More Posts - Twitter - Flickr

Publié par

Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.