Auteurs français, éléments de démographie historique (data.bnf.fr 2015-04)

Lebras, Todd, ou Piketty, les sciences humaines vivent actuellement un renouvellement qui s’explique beaucoup par la loi de Moore, la puissance de calcul n’a jamais été aussi bon marché, mais aussi les données ! Nous ne travaillons pas autrement que Le Roy Ladurie pour Les paysans du Languedoc, sauf que nous allons beaucoup plus vite. Il n’est plus nécessaire de cultiver des vertus rares de persévérance pour dépouiller des fonds notariaux, nous sommes de plus en plus nombreux à pouvoir mouliner des masses de données (lorsqu’elles sont informatisées). Après un siècle d’énergie peu chère, nous entrons dans une ère d’information quasi gratuite. Ainsi la BNF ouvre désormais librement ses notices informatisées sur le site data.bnf.fr. On y trouve le catalogue des œuvres, mais aussi les autorités auteur. Ces noms, avec souvent des dates de naissance et de mort, constituent une sorte de recensement partiel de la vie culturelle, auquel peut être appliqué les méthodes de la démographie. Ces indications chiffrées sont une base indispensable pour que l’histoire littéraire ne se limite pas à l’épopée des grands auteurs, et connaisse mieux le fond de la toile sur laquelle se détache les personnages. Ce billet propose quelques chiffres nécessaires, et certainement à compléter, pour une démographie historique des auteurs en France.

Précautions

Le détail méthodologique n’est pas la section la plus intéressante de ce genre de billet, on préfère rouler la molette directement aux graphiques, qui fournissent plus de plaisir à l’intelligence. Ce n’est pas pour inspirer confiance, ou impressionner, que je m’efforce de détailler les biais et contournements, mais pour que l’on me corrige d’une bévue, et que le lecteur poursuive ses propres expériences selon d’autres intérêts.

foaf Ce billet se concentre principalement sur ce que la BNF appelle dump rdf auteurs personnes, dans sa version d’avril 2015. Cette précision est importante, parce que tous les effectifs vont changer à la prochaine livraison. La donnée, dans la syntaxe la plus légère (n3), pèse 220 Mo compressés, 3 Go décompressés, 1617 fichiers de 3 types (1617 = 3 x 539) :  contributions, skos, foaf. Le plus gros du poids vient des contributions, qui sont des liens entre œuvres et auteurs (pas étudiés dans ce billet). Le skos est une copie de la notice auteur, considéré comme un concept sujet. Tout auteur peut en effet devenir le sujet d’un document, de même que l’auteur de cette étude, et ainsi de suite, mais cette combinatoire toute théorique produit une grande quantité de concepts probablement peu utilisés. L’essentiel du travail de la bibliothèque nationale, ses notices, semble se trouver principalement dans les fichiers foaf (friend of a friend, format Internet pour tracer le réseau des “amis des amis”, transposition  RDF du format de carte de visite VCard). En résumé, ce transcodage permet d’exposer les notices selon les prescriptions du web sémantique, mais n’ajoute pas d’informations à ce qui est initialement en MARC. Les 539 fichiers *_foaf_*.* contiennent chacun 1000 notices auteurs (sauf le dernier, qui en contient 3), j’en obtiens bien 1000 * 538 +3, moins un, qui n’avait pas de nom de famille (seulement un prénom,  automatiquement refusé). Toute cette symétrie laisse penser que l’extraction s’est bien passée, d’autant plus que je trouve aussi 351 917 organisations, ce qui correspond exactement au chiffre de  889 920 auteurs (personnes+collectivités) affiché à l’accueil du site data.bnf.fr.

Champs — La BNF conserve et catalogue principalement des documents, non seulement des monographies, mais aussi des partitions, des gravures, ou des enregistrements. La seule liste de noms comportera donc différents types de créateurs, même si les écrivains seront majoritaires. Le seul champ obligatoire d’une notice auteur est le nom inscrit sur le document, comme sur une couverture de livre par exemple ; les autres informations sont complétées dans la mesure du possible. Même la distinction d’un nom et d’un prénom n’est pas garantie (ex : pseudonyme). Outre les noms, les notices les plus complètes peuvent comporter : un code pays, un code langue, un code sexe, dates et lieux de naissance et de mort, un code domaine (notation décimale dewey), des pseudonymes ou graphies alternatives, et une petite note de texte libre.

Pays — Pour un recensement démographique, nous avons surtout besoin d’une indication de nationalité, et des dates de naissance et de mort. La langue est un indice fort de nationalité, avec bien sûr une marge d’erreur pour les francophones non français, tandis que les français peuvent écrire en latin, ancien-français (code langue fro), ou breton. Après sondages quantitatifs, le code pays semble fiable,  46% des noms (245 180).

Dates — Afin d’observer des événements historiques, j’ai pris uniquement les dates précises à l’année, laissant les dates de type 194., 17.., qui grossirait artificiellement le début ou la fin des décennies et des siècles. On peut trouver des siècles sans points 18, qui perturbe beaucoup le calcul des longévités (1917-18= mieux que Mathusalem). On distinguera les morts, qui ont dates de naissance et de mort précises à l’année (et un âge réaliste) ; et les vivants, qui ont une date de naissance au XXe, mais pas de date de mort.

Morts Vivants Dates imprécises total
Français 66 153 (27%) 73 233 (30%) 105 794 (43%) 245 180
total 161 425 (30%) 174 023 (32%) 202 554 (38%) 538 002

Deux  cinquièmes des notices ne sont pas utilisables pour des études démographiques parce que des dates manquent ou ne sont pas assez précises. On peut supposer que cela concerne les personnes moins connues, et donc que l’échantillon reste représentatif de la vie culturelle d’une époque. D’ores et déjà on constate qu’il y a plus de vivants que de morts, résultat d’une augmentation logarithmique du nombre d’auteurs. La population sera donc très différente selon qu’on l’envisage depuis son année de naissance (les morts et les vivants), ou depuis son année de mort (que les morts). Les effectifs absolus seront pris avec distance, pour se concentrer sur les variations chronologiques.

Mortalité des auteurs et population française

France 1500-2015, auteurs et population totale
Source : data.bnf.fr

Population — Ce graphique donne une image du nombre d’auteurs vivants de plus de 20 ans, pour chaque année de 1500 à nos jours. Cet indice permet de se faire une idée de l’activité intellectuelle d’une période. Certes, tous les auteurs n’écrivent pas leur premier livre à 20 ans, mais ils sont déjà étudiants, ou instruits. Le premier phénomène flagrant est l’augmentation logarithmique du nombre d’auteurs, du moins, jusque vers 1990. La chute apparente n’a heureusement rien à voir avec une baisse de l’activité intellectuelle, il faut juste attendre un peu pour que les jeunes publient et entrent au catalogue. La comparaison avec l’évolution de la population permet de remarquer des ressemblances, par exemple le cran des guerres mondiales, ou des différences, le pallier de 1789 à 1815, que nous allons retrouver plusieurs fois.

France, auteurs, longévité et mortalité
Source : data.bnf.fr

Mortalité — Le graphique ci dessus compare le nombre de morts enregistrés pour une année, avec l’âge à la date de la mort. Le graphique montre d’abord une augmentation générale du nombre de morts, simplement parce que la population d’auteurs augmente. On remarque aussi une très grande variation de la longévité de 1580 à 1700, due à de faibles effectifs (4 en 1500, 50 en 1700). L’ampleur des variations annuelles diminue peu à peu, pour devenir l’effet de phénomènes collectifs, et notamment, la Révolution (gouffre en 1794), et les guerres mondiales du XXe siècle.

France, 1740–2015, longévité
France, 1740–2015, longévité (source : INED)

Longévité — Relativement à la population française, les auteurs d’Ancien-Régime vivent beaucoup plus longtemps, en moyenne 62,7 ans de 1500 à 1740 contre 25 ans pour le reste de la population, et 63,4 de 1740 à 1805 contre 35 ans (notons cependant que les écrivains ne sont pas affectés par la mortalité infantile, puisqu’ils n’ont pas encore écrit). On peut supposer que les intellectuels du catalogue sont mieux nourris, qu’ils appartiennent à une strate de la population qui n’est pas affectée par les mêmes événements, et en effet, on ne constate pas le cran des guerres napoléoniennes ou de 1870, par contre, les troubles parisiens de la Révolution les atteignent brutalement. Le statut de l’intellectuel change au XXe siècle, lui aussi peut mourir à la guerre, sa longévité se confond alors avec le reste de la population et les progrès de la médecine.

Natalité des auteurs et nombre de titres

Naissance ante-datée — En démographie, la natalité est un indice très direct de la santé morale d’une population, ainsi qu’une trace du passé (les jeunes morts à la guerre de 1914-1918 ne peuvent pas avoir d’enfants). La “natalité” des auteurs ne s’interprète pas de la même manière, car leur naissance ne se déclare pas à la naissance, mais à la mort. De plus, la période d’activité d’un auteur est globalement plus longue, il peut être fertile de 20 à 80 ans. Il en résulte que la variation des cohortes s’explique par des phénomènes longs, et toujours postérieurs à la naissance. L’interprétation est délicate.

Source : data.bnf.fr
Source : data.bnf.fr

Log, lissage — Le graphique ci-dessus projette le nombre de naissances et de morts d’auteurs par an sur une échelle logarithmique. Cette visualisation permet de comparer les taux de croissances sur des effectifs très différents, la distance entre 10 et 20 est la même qu’entre 100 et 200, si bien qu’une multiplication par 2 sur dix ans aura exactement la même pente (mais en partant de plus haut sur la portée). Afin que la lecture soit moins brouillée par les variations annuelles, d’autant plus importante dans le passé que les effectifs sont petits, une moyenne glissante sur 5 ans a été appliquée. Cela signifie que le point affiché pour 1794 par exemple, additionne les chiffres de 1792 à 1796 et divise par 5. Ce lissage conserve le point central d’un événement, mais l’écrase un peu. La chronologie est éclairée par quelques noms rangés à leur date de naissance, qui donne corps à une génération. Ce graphique ne sera pas analysé en ordre chronologique mais du plus simple au plus complexe à interpréter, d’abord les crans, ensuite les pentes.

Crans — Sur un mouvement global d’augmentation du nombre d’auteurs, la diminution des naissances enregistrées à partir de 1950 s’explique par un effet de données, les jeunes auteurs sont à venir. Le cran de 1914-1918 est un écho du départ des hommes pour la guerre, produisant un déficit important de la natalité globale de la population, et donc aussi, des auteurs (à noter, la natalité des auteurs n’a pas été affectée de la même manière par la guerre 1940-1945). Le cran des années 1890 s’explique par cette déclaration de “naissance” a posteriori. Parmi ces jeunes mobilisés de plus de 21 ans pour la Grande guerre, beaucoup d’auteurs potentiels sont morts avant d’avoir pu écrire, ils ne sont pas au catalogue (l’auteur du Grand Meaulnes meurt en 1914 à 27 ans). Le pic de mortalité de 1793 ne fonctionne pas comme une guerre, il frappe tous les âges, en commençant par les élites faites et en vue, par exemple Condorcet, si bien qu’il ne produit pas de creux observable dans les naissances.

Pentes — Le XIXe siècle montre une croissance régulière, de 250 naissances vers 1800, à 500 vers 1880, un doublement. Un phénomène plus délicat à interpréter est une baisse des vocations littéraires et scientifiques dans la génération 1755–1785. Stendhal (1783–1842) en donne peut-être la meilleure explication. Ses aînés ont vécu leur jeunesse durant la Révolution et l’Empire, l’Histoire les a entraîné loin des Lettres. Lui a plus que 30 ans en 1815, dans un pays fatigué, il commence sa vie comme Fabrice Del Dongo, à Waterloo. Il ne sait pas encore qu’il entre dans l’explosion romantique (1755 : 222, 1783 : 100, 1802 : 254), qui va plus que doubler en moins de 20 ans et rattraper les Lumières. Entre le Classicisme et les Lumières, on observe une autre baisse du nombre d’auteurs, en âge d’écrire pendant la descente du roi Soleil, ce phénomène est encore trop vague pour être affirmé.

Google books, 1640-1830, volumes et pages par volume
Google books, 1640-1830, volumes et pages par volume

Croissance du livre — Avec des données Google books  (pas encore BNF), j’ai montré pour les XIXe et XXe siècles que le nombre de titres par an, et surtout le nombre de pages par volume, étaient très sensibles aux événements économiques, dans une société en cours d’alphabétisation, où le livre est un produit de masse. Ceci se détecte d’autant mieux que pour la France de 1815 à 1950, le nombre de titres varie beaucoup avec les révolutions et les guerres, mais autour d’une moyenne assez stable (il faut attendre 1958 pour rattraper et dépasser définitivement le niveau de 1824). En regard, la croissance du nombre de titres durant l’Ancien-Régime est logarithmique, d’à peine 3 nouveautés par an au début du XVIIe siècle, avec des années vides, jusque 1500 à la fin du XVIIIe, ×150. En y regardant plus près, on remarque une grande stabilité durant le règne de Louis XIV (autour d’une vingtaine de titres par an), et une croissance continue ensuite, jusqu’aux troubles de la Révolution. Les Lumières ne sont pas un vain mot et accompagnent une croissance mesurable de l’imprimé, parallèle à l’augmentation de la population. La courbe pour l’Angleterre montrerait une croissance similaire, quoique perturbée durant les révolutions du XVIIe s. Une chronologie plus fine permet d’observer d’autres phénomènes en conjonction avec le nombre de pages.

  • 1648–1653, la Fronde ;
  • 1661–1715, règne personnel de Louis XIV ;
  • 1748, paix contestée d’Aix-la-Chapelle,  l’Esprit des lois ;
  • 1757, attentat de Damiens contre Louis XV ; 1759, révocation du privilège de l’Encyclopédie ;
  • 1763, expulsion des jésuites, reprise de l’Encyclopédie ;
  • 1782, début de l’agitation pré-révolutionnaireprof ;
  • 1802, sacre de Napoléon ;
  • 1815, Waterloo.

Agitations révolutionnaires — La Fronde montre un motif remarquable où le nombre de titres augmente, tandis que le nombre moyen de pages diminue, puis un phénomène symétrique avec le retour à l’ordre, le nombre de titres diminue, mais avec plus de pages en moyenne. L’événement se prépare en effet par la publication de nombreux placards et libelles courts (les mazarinades). Une même effervescence éditoriale s’observe dans les années 1780, suivi d’une dépression à partir de 1791. Avec le développement de la presse périodique, les révolutions du XIXe s. n’ont pas le même effet sur les monographies, on observe plutôt une baisse des titres, et du nombre des pages, en conséquence d’une désorganisation économique, comme pour les guerres.

Sensibilité politique — Les cycles du règne de Louis XIV sont difficiles à interpréter, les effectifs sont petits et sensibles au hasard des projets éditoriaux, de plus, beaucoup de livres en français sont imprimés à l’étranger. Les cycles du règnes de Louis XV, par contre, semble particulièrement bien confirmés par le nombre moyen de pages par volume, mais il est prudent de vérifier ces hypothèses avec les données de la BNF avant de tirer trop de conclusions.

Saucisses — La production éditoriale d’Ancien-Régime permet de confirmer les troubles révolutionnaires et le ralentissement durant l’Empire (la génération Stendhal). J’avais observé ce même phénomène de rupture forte entre les Lumières et le Romantisme, par des statistiques sur la critique littéraire européenne. Par contre, la rupture entre le Classicisme et les Lumières n’est pas clairement confirmée. Il ne s’agit pas de nier l’existence de chaînons qui assurent la continuité, mais autour de cette chaîne, le tuyau n’est pas également large, la tradition est un chapelet de saucisses.

Paris, province

Lacunes — Les notices peuvent comporter des indications de lieu de naissance et de lieu de mort. Cette information géographique est prometteuse, certainement pleine d’enseignement sur la place de la capitale dans la culture française, mais le champ n’est malheureusement pas renseigné de façon systématique. Sur 538 002 noms, 427 756 sont sans information de lieu (79% des noms), il y a de plus des disparités chronologiques. Les informations administratives sont plus difficiles d’accès pour le passé, mais aussi pour le XXe siècle, une contrainte légale est expliquée dans les instructions de catalogage : « Pour les personnes vivantes, le lieu de naissance est une donnée confidentielle. Ce principe ne comporte pas d’exception, même quand ce lieu est mentionné dans une source publique. ». Il se trouve tout de même 2975 exceptions avec un lieu de naissance et pas de date de mort, chronologiquement bien réparties au cours du XXe s. (4% des vivants, c’est peut-être le taux de respect que l’on peut attendre d’une consigne documentaire).  L’échantillon observé se restreindra donc aux morts français datés, avec les deux lieux (28 305, 43% des morts).

Graphies — Par ailleurs, malgré des consignes précises, les graphies ne sont pas homogènes. Parmi les lieux les plus fréquents on peut trouver : Paris – Paris (France) – Paris, France – Paris (Paris) – Paris 7e – Paris, 15e arrondissement (France) – Paris ? – Paris ou Tours – [Paris] – Né à Paris… J’ai appliqué des normalisations automatiques consistant à supprimer tout ce qui précèderait une parenthèse ou une virgule pour permettre quelques comptages.

Trajectoires — Le lieu le plus fréquent est évidemment Paris, qui peut suffire à articuler toutes les notices. Ce qui n’est pas à Paris est généralement d’une autre commune de France, parfois d’Île-de-France, et plus rarement, l’étranger (ex : Ionesco). Les données ne permettent pas facilement de faire ces distinctions, on se limitera donc à 4 profils :

  • Paris–Ailleurs : né à Paris et mort Ailleurs, trajectoire qui intuitivement semble plus rare ;
  • Paris–Paris : né et mort à Paris, catégorie bénéficiant d’une rente de situation ;
  • Ailleurs–Province : venu d’ailleurs et monté à Paris, la catégorie qui semble la plus importante ;
  • Ailleurs–Ailleurs : ni né, ni mort à Paris, ce qui n’empêche pas d’avoir vécu à Paris.

Ces profils peuvent ensuite être projetés à la date de mort, ou à la date de naissance, ce qui ne montre pas les mêmes phénomènes, et sera très corrélés avec les courbes de mortalité et de natalité. Puisque nous avons maintenant une bonne information sur l’augmentation logarithmique des effectifs, on observera plutôt les variations de proportions entre les profils. Enfin, certaines catégories étant peu nombreuses, une moyenne glissante de 7 ans sera appliquée, ce qui écrasera le pic des événements de 3 ans avant et après.

Auteurs, lieux à la date de mortCe graphique projette les lieux d’état-civil à la date de mort, ce qui permet d’observer la population jusqu’à aujourd’hui, mais les effectifs sont trop faibles avant 1700 pour présenter des courbes interprétables. On constate d’abord que les trajectoires Ailleurs–Ailleurs sont les plus nombreuses, mais rien ne dit que ces gens de lettres ont eu leur carrière en province. Ainsi les 8% des noms qui ont les mêmes lieux de naissance et de mort peuvent très bien avoir vécu toute leur vie à Paris pour revenir mourir chez eux. Il ne faut donc pas trop tirer de conclusion sur cette courbe, en revanche,  on ne peut que constater l’importance de la montée à Paris. Mais cette projection à la date de mort invite d’abord à valider les données sur les variations connues de la mortalité.

Morts pour la France — Les guerres mondiales perturbent beaucoup les trajectoires, des parisiens doivent mourir ailleurs, et des provinciaux qui aurait pu s’installer à Paris meurent avant.  Les troubles de la Révolution et de l’Empire observent une configuration similaire mais qui s’explique beaucoup plus par l’exil (nous avons vu que la mortalité des guerres napoléoniennes ne s’observait pas chez les gens de lettres). Les variations du XVIIIe s. semblent trop chaotiques pour autoriser une interprétation et s’observeront mieux depuis la date de naissance (profils de générations).

Auteurs, lieux à la date de naissanceLa projection selon les dates de naissances permet de remonter plus haut dans le temps (1600), mais les effectifs d’auteurs nés après 1940 diminuent fortement, parce qu’avec une espérance de vie de 80 ans, ils n’ont pas encore un lieu de mort. On peut supposer un décalage de 20 à 30 ans entre la naissance d’un auteur et le moment où la Capitale va l’attirer, avant il ne partira pas tout seul, et après la décision est plus difficile s’il a femme et enfants.

Les courbes d’Ancien-Régime sont volatiles, mais on ne peut pas s’empêcher de remarquer l’effet du règne de Louis XIV sur la culture. Quelques noms suffiront à expliquer les parcours : Racine, Jean (1639, La Ferté-Milon – 1673, Paris) ; Racine, Louis, poète, fils du précédent (1692, Paris – 1763, Paris) ; Diderot (1713, Langres – 1784, Paris). Le rayonnement du roi soleil, attire les talents de Province et d’Italie de 1660 à 1682 (installation de la cour à Versailles), touchant les générations de 1635 à 1665. Cette population d’intellectuels essuie ensuite la crise économique de la fin de règne,  les parisiens se resserrent sur les places pour eux et leurs enfants, produisant une centralisation culturelle inégalée, d’autant plus que les Grands attirés à Versailles ont réduit leur train en Province. Une étude plus fine des lieux de mort pourraient affiner l’hypothèse, afin notamment détecter l’effet de la révocation de l’édit de Nantes et des morts en exil.

La croissance revient pour les Lumières, avec une augmentation logarithmique du nombre de titres et d’auteurs. La Révolution et l’Empire correspondent à une diminution des titres et des auteurs qui ne sont plus attirés à Paris. Le XIXe siècle aurait beaucoup de raisons d’être plus instable, changements de régime et exils, apparition du chemin de fer, il est théoriquement plus difficile d’interpréter les états-civils Ailleurs–Ailleurs. On constate pourtant une grande stabilité des proportions de 1800 à 1930, sauf un creux dans la génération 1880–1890, qui meurt dans les tranchées. La génération 1930, encore vivante et active pour une bonne part, voit l’arrivée des anciennes colonies et de francophiles d’autres pays, Paris devient une ville mondiale.

La comparaison des lieux de naissance et de mort confirme donc les phénomènes constatés par la natalité et la mortalité (guerres), ce qui autorise à postuler un “déclin du soleil” entre le  Classicisme et les Lumières. La centralisation parisienne (et versaillaise), ainsi que l’assèchement de la Province, ont rendu la culture beaucoup plus sensible aux cycles économiques et politiques d’une seule ville, et même, d’une seule autorisation royale.

Disparité des sexes

Données sexuées — Les autorités auteurs de la BNF peuvent comporter un champ sexe, renseigné à 88% pour les notices datées. J’ai complété automatiquement ce champ par le prénom (sans trancher les cas ambigus des Camille, Claude ou Dominique), pour atteindre 98% des données. La faible proportion des femmes dans les autorités auteur est prévisible, mais comment varie-t-elle ?

Source : data.bnf.fr
Source : data.bnf.fr

La Nature et l’Histoire — Pour les femmes de lettres, le profil des courbes de mortalité et d’âge à la date de mort ont un mouvement général similaire à la hausse générale. Les effectifs au début sont faibles, les variations restent élevées (malgré le lissage), le cran de 1748 semble un effet des données, le cran de la Terreur est plausible (Charlotte Corday, morte à 25 ans en 1793) mais fondé sur trop peu de cas pour en déduire un traumatisme dans la population, on doit plutôt en conclure que la mortalité des femmes de lettres est moins sensible à l’histoire qu’à la nature. Par exemple la baisse de longévité vers 1918 n’est pas due aux tranchées mais à la grippe espagnole. Pour le XVIIIe siècle, la longévité des écrivains est plus élevée que le reste de la population (pas de mortalité infantile, hommes protégés de la conscription), mais contrairement à aujourd’hui, les femmes de lettres vivent  moins longtemps que les hommes  (1700–1800, longévité moyenne des femmes de lettres : 60,97 ans, hommes de lettres : 65,20), certainement à cause de la mortalité en couches. Tous les écrivains rejoignent ensuite le reste de la population et les progrès de la médecine.

Source : data.bnf.fr
Source : data.bnf.fr

Instruire — La courbe de natalité des femmes de lettres (nombre à la date de naissance) observe une augmentation logarithmique, la baisse après les années 1950 est un effet de données, les jeunes ne sont pas encore au catalogue. On remarque quelques chutes de vocation, mais pas aux mêmes périodes que les hommes (pas de génération Stendhal de 1755 à 1783), la causalité est différente et se comprendra mieux par le rapport hommes/femmes. Comme on pouvait le craindre, elles sont peu nombreuses jusqu’au XXe siècle (entre 5% et 15%) mais les variations de pentes sont intéressantes. On notera d’abord une croissance pendant les Lumières, arrêtée par la Révolution. On remarque ensuite une ascension forte vers 1880, sans doute l’effet des lois Jules Ferry (1880 : expulsion des congrégations chrétiennes, 1881 : gratuité de l’école primaire pour les garçons comme pour les filles, 1882 : instruction obligatoire). La causalité principale de variation du nombre de femmes de lettres est l’instruction des filles, parce qu’une femme qui ne sais pas lire ne pourra pas écrire. C’est ensuite un mouvement séculaire qui donne maintenant une place enfin égale aux femmes, du moins, en nombre, car ces données ne permettent pas encore de mesurer pour chaque auteur le nombre de titres , de rééditions, ou de ventes.

Que va-t-il se passer après ? Pour les auteures nées après 1980, il serait imprudent de tirer des conclusions sur ces données, mais on peut se demander si une part des femmes à 60 ou 80% serait une bonne nouvelle. La sociologie de l’enseignement ou des professions libérales est peu optimiste sur la féminisation, qui va de pair avec la dévalorisation. L’explosion actuelle du nombre de titres, et donc du nombre de signatures, n’est pas la conséquence de la demande, mais de l’informatisation qui abaisse les coûts de production, sans augmenter le revenu global. Écrire ne permet plus de vivre. Est-ce cette réalité économique va modifier la répartition des sexes ? Assisterons-nous à une génération “Houellebecq”, d’hommes préférant l’argent à la Culture ? Pour aller plus loin, la proportion homme/femme pourra être mesurée à partir des titres d’œuvres, qui permettront de mieux observer les tendances après 2000.

Conclusion

Les données de la BNF sont importantes, précieuses, avec quelques biais inévitables,  elles ne pouvaient pas être conçues à l’origine pour l’exploration sociologique. Elles suffisent pourtant à dessiner une coupe du relief  de la chronologie. Une histoire linéaire de la littérature aura tendance à vouloir remplir les blancs entre les périodes fastes, il faut accepter de constater qu’il y a des périodes de décadence des arts et lettres, avec d’autant plus d’effets que la culture est très concentrée à Paris. Toutefois, depuis la Révolution, on n’observe plus de rupture, même après les chocs démographiques inégalés des deux guerres mondiales. L’école gratuite et obligatoire a enraciné la culture dans la société, pourvu que nous sachions la faire durer.


Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique

More Posts - Twitter - Flickr

Publié par

Frédéric Glorieux

Ingénieur informatique